Mivy décoiffe, car il est fait par un chauve

Journal 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019
Derière mise à jour 21-Jan-2020
Pour m'écrire, ou pour s'abonner à la liste de diffusion

Al dura Propagande
5 décembre 2006

L'enfant que l'on voit mourir n'était pas un héro, juste un innocent, victime d'une fusillade. Les arabes  en ont fait le symbole de la barbarie israélienne, et un martyre montrant l'exemple du sacrifice.

Le 30  septembre 2000, le caméraman palestinien (Talal Abou Rahme) travaillant pour France2 filmait une scène dramatique, représentant Jamal Al Dura, et son fils Mohamed coincés contre un mur par une fusillade, le fils mourrait devant nos yeux, victime des balles israéliennes, et le père était blessé.
      Tourné rapidement et transmis à France2, le film a été diffusé au journal de 20 heures ce même 30 septembre, avec le commentaire suivant :

« Quinze heures, tout vient de basculer près de l’implantation de Netzarim, dans la Bande de Gaza. Les palestiniens ont tiré à balles réelles, les isaéliens ripostent. Ambulanciers, journalistes, simples passants sont pris entre deux feux. Ici, Jamal et son fils Mohamed sont la cible de tirs venus des positions israéliennes. Mohamed a douze ans, son père tente de le protéger. Il fait des signes. Mais une nouvelle rafale. Mohamed est mort et son père gravement blessé. Un policier palestinien et un conducteur d’ambulance ont également perdu la vie au cours de cette bataille. »

France2 a offert gracieusement aux télévisions du monde entier ce reportage qui a obtenu de nombreuses récompenses internationales. Le film monté par France 2 durait deux minutes, l'original transmis 6 minutes, Tala Abou Jamal affirme avoir filmé pendant 27 minutes, et que la fusillade a durée 45 minutes, mais personne n'a jamais vu son film.

   

http://www.al-sham.net/al_quds.html (Lien hors fonction)


Cette mort a été exploitée pour galvaniser les foules, et encourager la lutte contre les israéliens, présentés comme des tueurs d'enfants. Voir le site www.al-sham.net, site syrien aujourd'hui exclusivement   en arabe, dont est extrait la copie d'écran plus haut (cliquez sur elle)

 

La Vérité Maintenant présente un dossier décrivant une partie de l'exploitation du film de France 2

Le ministère Palestinien de l'éducation nationale a diffusé l'image ci dessus avec le slogan : " Je ne vous dis pas adieu, je vous invite à me rejoindre".

Le clip sur Mohammed Al-Dura au paradis appelant des enfants palestiniens l’y suivre, a été diffusé sur la télévision palestinienne déjà le 25 décembre 2000.  Soit deux mois seulement après sa mort.

Il ressort de tout ceci, que la mort du petit Mohamed Al Dura a servi de moteur pour accélérer une intifada qui avait du mal à prendre, en même temps que les négociateurs palestiniens et israéliens semblaient proche d'un accord.

Je vous invite à lire les observations de "Jacadi" sur son blog (lien désactivé :-( )
Il parlait d'Al Dura dans le système éducatif palestinien.

Deux mois après sa présentation comme victime d’un meurtre israélien prémédité, Mohamed Al Dura est qualifié d'incitateur au martyre, au sens d’Ousamma Ben-Laden.
       Sans qu’on s’en rende compte en Occident, une victime innocente est devenue un recruteur de meurtriers de jeune âge.

Narrateur :

“Comme il embaume, le parfum des martyrs,
“Comme elle embaume, l’odeur de la terre,
“Qui se désaltère avec le flot de sang
“Qui jaillit du corps juvénile."

Mohammed Al-Dura reprend :

"Oh! mon Père, adieu jusqu’au jour de nos retrouvailles,
"Oh! mon Père, adieu jusqu’au jour de nos retrouvailles,
“C’est sans peur et sans larmes que je pars,
“Comme il embaume, le parfum des martyrs !
“J’irai à la place qui est la mienne au ciel,
“Comme il embaume, le parfum des martyrs ! ”

Chœur :

“Comme il embaume, le parfum des martyrs ! ”

Mohammed Al-Dura :

“Oh! mon Père, adieu jusqu’au jour de nos retrouvailles !”

http://www.pmw.org.il/ASK%20FOR%20DEATH_frn.htm
04 décembre 2004  

Quand cette campagne a-t-elle été lancée ? 

  Pendant que le gouvernement de M Barak faisait des efforts considérables pour arriver à une paix satisfaisante pour tous avec le peuple palestinien... C'était bien avant l'arrivée de M Sharon au pouvoir. 
    (Pour mémoire Barak proposait d'évacuer toute la bande de Gaza, 95 % de la Cisjordanie, et de donner des terres à l'intérieur de la ligne verte à la Palestine, pour que le chiffre de 100 % soit atteint.)

Pourquoi

          Il est possible de juger l'arbre par ses fruits, cette mort a légitimée la violence  à venir. Personne n'a demandé à Arafat de calmer le jeux pendant qu'il était encore temps, tous les médias mondiaux se sont montré solidaires de la victime en oubliant la responsabilité palestinienne évidente dans le déclenchement de la fusillade. 

Par qui ? 

  Par la partie arabe bien sûr, mais que faisaient donc les négociateurs palestiniens à Taba ? pourquoi a-t-on fait mine de vouloir arriver à une paix, à une coopération avec Israël alors qu'en même temps on traitait d'assassin son futur partenaire.
   
    Arafat avait deux langages, deux comportements. Soit  il n'a pas pu, pas su, ou pas voulu trancher entre ses conseillers. Soit il ne voulait absolument pas de paix, et la mort de cet enfant lui aurait donné le prétexte recherché pour rompre les négociations

Les défenseurs de Charles Enderlin, affirment que les attaques contre son film sont dues à la publication récente d'un ouvrage, où il critique l'attitude de la diplomatie israélienne pour sa rigidité face aux revendications Palestiniennes.

Argumentaire auteur : Charles Enderlin est le correspondant permanent de France 2 à Jérusalem depuis 1981 et est donc un témoin privilégié du processus de paix au Proche-Orient. Argumentaire livre : D'offensives en ripostes, d'attaques terroristes en représailles, Charles Enderlin a suivi les soubresauts de la guerre, tant au coeur des territoires occupés que dans les salons feutrés des ambassades. Il nous livre à la fois le récit des événements et leurs coulisses diplomatiques, apportant de nombreuses révélations sur les contacts secrets entre Israéliens et Palestiniens. Voici donc l'histoire de l'échec du processus de paix au Proche-Orient, de l'assassinat de Rabin à l'offensive lancée par Sharon contre Arafat.
Note de Mivy : C'est bien Arafat qui a lancé la révolte armée qui a amené Sharon au pouvoir, et qui a discrédité les partisans de la paix négociée !

 

 

Retour article maître sur l'Affaire Enderlin-Al-Dura