Mivy décoiffe, car il est fait par un chauve

Journal 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020, 2021 , 2022
Derière mise à jour 16-Jan-2023
Pour m'écrire, ou pour s'abonner à la liste de diffusion

L'état civil de la Côte d'Or
publié sur le Bien Public

Tous les jours, ou presque, je note dans un fichier excel les informations sur l'état civil publiées par "Le Bien Public". Ces publications sont très incomplètes, toutefois suffisantes pour qu'on puisse se faire une idée sur certaines tendances démographiques de notre société. Les résultats interrogent, autant par ce qu'ils nous disent que par ce qu'ils nous cachent.

Tout au long de l'année, je note, jour après jour les naissances, les mariages et les décès publiés dans le Bien Public, et ceci depuis plus de deux ans.

Ces relevés ne sont pas complets, en particulier les mariages ne sont que rarement publiés. Depuis six mois, j'ai noté les funérailles, ce qui a sensiblement augmenté le nombre de décès publiés, sans toutefois être complet.

Les naissances :

Je n'ai relevé que 2055 naissances en Côte d'Or en 2022, contre 2477 en 2021. Cette différence s'explique par une baisse constatée de la natalité, et par des aléas que je ne maîtrise pas, car les chiffres publiés dans le journal sont loin d'être complets.

J'avais en 2021 trouvé 24 Jules, mais le leader a été détrôné par Maël qui ne se trouve que vingt fois, baisse de natalité oblige.

Cette baisse globale a plusieurs origines, la plus importante vient du Bien public, qui ne publie que les chiffres venus de l'état civil des communes où sont situées les maternités. Globalement, il en manque la moitié.

Toutefois, il est peu probable que ces oublis modifient sensiblement le classement des prénoms les plus fréquents. En effet pour 2022, pour la commune de Dijon, le même Bien Public avait trouvé avec une statistique complète, Maël le prénom garçon en premier, et Ambre pour le prénom féminin.

On trouve des familles de prénoms : Maël = 20; Maé = 8; Mahé = 7; Maëlle = 2;
Maëly = 3 ; Maëlyne = 1 soit 41 en tout. Alors que Gabriel, ne s'enrichit que de 3 Gabrielle et d'une Gaby. Maël est donc bien le premier en 2022.

Il est surprenant de voir les prénoms les plus souvent donnés sont masculins, cette année, comme l'an passé. C'est par ce que dès la naissance, les femmes aiment la variété, en 2022, j'ai trouvé 445 prénoms masculins différents, et 501 prénoms féminins, or le nombre de naissances relevé est comparable, 974 filles et 994 garçons. Autrement dit, en moyenne, chaque prénom masculin est utilisé 2,23 fois, alors que le prénom d'une fille est plus rare, utilisé 1,95 fois seulement.

Vous trouverez ici la liste complète que j'ai établie à partir des parutions dans "Le Bien Public" des prénoms donnés aux bébés en 2022 en Côte d'Or, classés par fréquence, et par ordre alphabétique :

Les prénoms africains

J'ai trouvé 2055 naissance, et j'ai pu estimer le genre pour 1968 d'entre elles, car il y a des prénoms mixtes, et d'autres totalement inconnus, soit à cause d'une faute d'orthographe, soit car ils sont le produit d'une imagination fertile.

120 bébés avaient un prénom nord-africain, d'origine islamique ou berbère. Toutefois, certains parents musulmans ont préféré des prénoms passe partout, comme Adam, Abel. Par ailleurs j'ai trouvé 41 prénoms originaux africains, dont certains sont aussi islamiques, et 11 prénoms turcs. Il y a aussi une grande dispersion des prénoms, les plus fréquents ne sont Adam, Ibrahim, Ismaël, Mohamed et Naïm.. Avec les variantes, Mohamed reste leader, il y a un Mohamed-Ali, sans doute référence au boxeur, un Mouhammed, un Muhammad.

En 2022, on voit de plus en plus en plus de nom de famille d'Afrique du Nord avec un prénom à la mode.

Globalement, on trouverait, sous toutes réserves, environ 8 % des bébés ayant un nom et un prénom typiquement africain ou turc.

Où et quand les bébés sont-ils nés ?

Il existe quatre maternités en Côte d'Or, celle de Semur en Auxois qui reçoit les jeunes mamans du Nord et de l'Ouest du département, régions rurales en plein déclin démographique. Le journal n'a dénombré que 111 naissances pour l'année, en fait un peu plus, car au mois d'août, j'étais en vacances, donc il y a eu probablement des naissances que je n'ai pas comptées. Le record a été en janvier avec 17 bébés notés dans le Bien Public.

L'hôpital de Beaune est nettement plus important, et plus riche, il bénéficie des profits réalisés lors de la vente traditionnelle des vins des "hospices de Beaune", la cuvée du Président s'est vendue à 3000 € le litre par tonneau de 228 litres.. comme les bouteilles n'ont que 75 cl, le prix devient raisonnable. J'ai trouvé 286 enregistrements. avec un pic de 31 naissances en mars et en septembre.

L'hôpital privé du groupe Ramsay, de Dijon Valmy a subit un crise, qui n'est pas entièrement terminée, il y a toujours des grèves du personnel qui s'estime mal payé, et qui n'apprécie pas toujours les conditions de travail. Alors qu'il y a eu 51 naissances en janvier, en juillet on était tombé à 18. La fin d'année est meilleure et on se rapproche à nouveau des 50 accouchements par mois.

Le Centre Hospitalier Universitaire Régional de Dijon, possède la principale maternité du département, et réaliste plus 50 % des naissances toute l'année. Si janvier est le mois le plus fort avec 128 bébés, c'est en octobre que sa part relative est la plus forte avec 67 % des naissances du département.

Les mariages

Les mariages ont lieu dans toutes les communes, donc les états civils de Dijon, Beaune et Semur devraient représenter 40 % des mariages du département, et les mariages annoncés par le Bien public, sont très inférieurs à la réalité probable, à peine 144 pour l'année ! !

Parmi eux le tiers concernait au moins un marié visiblement d'origine étrangère (Nom et prénom étranger). Je n'ai trouvé que cinq mariages homosexuels. Les français se marient tard, souvent en présence de leurs enfants, par contre le mariage entraînant une naturalisation, les étrangers sont d'avantage poussés vers la mairie.

La mariée s'appelle Alexandra, Alice, Amandine, Anna, Céline, Charlotte ou Julie (3)

Le marié se prénomme : Nicolas, Vincent ou Romain (4) et Cyril, François, Frédéric, Gaétan, Joris, ou Mohamed (3)

Les décès

Depuis le mois de mai 2022, le Bien public annonce les enterrements ou les incinérations, ce qui a gonflé sensiblement les statistiques.

J'ai donc trouvé 2260 enregistrements de décès. La grande majorité des personnes qui nous quittent, avaient entre 70 et 100 ans, et la plupart autour de 85 ans. A l'époque de leur naissance, la gamme de prénom était beaucoup plus restreinte, pour cela les prénoms les plus communs se retrouvent très souvent. L'an passé Jean était en première place, et cette année il a laissé la place à Michel. Vous avez donc compris, je vais bientôt moi aussi passer à la casserole.

 

Même si les noms leaders parmi les bébés sont des noms traditionnels et anciens, ils ne sont pas les mêmes que ceux des personnes qui nous quittent aujourd'hui. En effet Louise, Arthur, Rose, Hugo, Jules, Juliettes étaient à la mode en 1900 et non dans les années 30-40.

On remarque toujours une fréquence plus importante pour les prénoms masculins, car, car, comme pour les habits, les femmes préfèrent la variété, il y a bien davantage de prénoms féminins que masculins.

Si on trouve quelques prénoms et noms d'origine étrangers, ils sont quasiment toutes d'origine européenne, je n'ai trouvé que cinq prénoms d'origine africaine.

En conclusion, l'observation des naissances, mariages et décès publiés dans le journal ne donnent qu'un aperçu, et doivent être pris avec la plus grande réserve, car la source est très incomplète, et je n'ai guère trouvé d'explication à ces absences. Toutefois, dans les débats actuels entre identitaires et multiculturalistes il est intéressant d'observer la réalité sans préjugés, et c'est ce que j'ai tenté de faire.