Mivy décoiffe, car il est fait par un chauve

Journal 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020, 2021
Derière mise à jour 27-Jui-2022
Pour m'écrire, ou pour s'abonner à la liste de diffusion

Journal 2022

Jeudi
23 juin 2022


Le président Macron perd la majorité absolue à l'assemblée nationale

Notre président ne s'est pas inquiété de son score limite à l'élection présidentielle. Pourtant, il savait, le 24 avril, date de sa réélection, que les 12 et 19 juin, il y avait des élections législative, qu'il devait impérativement gagner s'il souhaitait mener à bien ses projets de gouvernance. Or, il a mis un temps fou avant de désigner Élisabeth Borne comme premier ministre, et cette dernière n'a pu présenter son équipe que le 20 juin. Il ne restait que 22 jours pour convaincre.

Or le Président a dû faire une erreur de casting. Élisabeth Borne est peut-être une personne très compétente, mais elle n'a aucun charisme, c'est visiblement une femme de dossiers. Depuis son élection, on ne l'a pas entendu, elle n'a tenu que des propos convenus, rien pour choquer, rien pour enthousiasmer. Dans le gouvernement, le premier ministre a nommé Pap Ndiaye à l'éducation nationale, un universitaire spécialiste de l'immigration et des USA, laissant croire que les difficultés du ministère pourraient venir soit d'un racisme systémique, soit des problèmes ethniques non résolus. En remplaçant un laïque convaincu, cette nomination est un clin d’œil à la tendance "décoloniale", "woke" (réveillé en anglais). Les militants de ces mouvements pensent que le racisme est lié au système, et assignent chacun à son identité raciale, ils votent "insoumis" très à gauche. Cette tentative de récupération a échouée, les quartiers populaires ont voté "Nupes".

L'électorat de Macron est âgé, cadre, alors que les classes populaires votent pour le Rassemblement National dans les zones géographiques déclassées, dans les déserts médicaux, dans les régions désindustrialisées. Ils votent pour la NUPES (Nouvelle union populaire, écologique et sociale, c'est à dire l'union des gauche) dans les banlieues urbaines. Les électeurs de Marine Le Pen voient d'un mauvais œil un immigré à l'éducation nationale, et la nomination de Pap Ndaye les renforce dans leur choix. Les électeurs musulmans, souvent sympathisants de la Nupes, n'ont pas été séduits par cet intellectuel si éloigné de leurs préoccupations, et qui a été aussi muet qu’Élisabeth Borne.

Outre l'erreur de casting, Élisabeth Borne n'a pris que des mesurettes face à une montée de l'inflation qui traumatisait les plus modestes. Le gouvernement a annoncé des "primes", des chèques énergie, des sommes modestes données en fonction des impératifs sociaux, mais qui ne résolvent rien. Si les prix s'envolent, c'est tous les mois qu'il faudrait donner des "cadeaux" si on voulait maintenir le pouvoir d'achat, et on sait bien que ce n'est pas possible. Emmanuel Macron est resté ferme sur la retraite à 65 ans, comme c'est le cas chez nos voisins, ce qui a servi aux dirigeants du Rassemblement National, et de la NUPES d'argument de choc pour le contrer

Le résultat de cette bataille, qui n'a pas été menée par le parti présidentiel, est qu'il n'y a pas de majorité à l'Assemblée Nationale. Nous avons :

Le problème est qu'il faut 289 sièges pour avoir la majorité

Le Président Macron reste à la commande, et cherche à trouver une alliance, il a besoin de l'appui de 44 députés, 14 sont faciles à trouver, mais 30 appartiennent à son opposition. Ses adversaires refusent un gouvernement d'union nationale. La droite républicaine refuse toute allégeance, comme les partis de gauche. On s'oriente vers un gouvernement minoritaire, ayant le soutien de l'assemblée. Le futur gouvernement devra avoir des ministres compatibles avec les choix des 44 députés non membres de la "République en Marche".

Pour la petite histoire, deux femmes de ménage ont été élues députés, une à gauche et une au Rassemblement National, curieusement on ne parle que de Rachel Keke, une "insoumise", qui fut jadis partisane du Rassemblement National, et qui fit l'appologie d'Assad. Elle prétend avoir changé d'opinion. Rachel s'est surtout fait connaître en animant avec succès une grève du petit personnel dans les palaces où ils étaient terriblement exploités. Personne ne parle par contre de Lisette Pollet, fraîchement élue à Montélimar, sous l'étiquette Rassemblement National, mais elle était déjà conseiller régional, et ne s'est pas fait remarquer par des propos sulfureux.

On s'oriente aujourd'hui vers un gouvernement minoritaire, ou vers une alliance, qui sera chèrement négociée, comme on en voit chez nos voisins allemands ou italiens. A ce jour aucun parti politique n'est prêt à s'allier à la République en Marche de Macron, mais le mot "toujours" et "jamais" n'ont guère de sens en politique.

Ce résultat me semble plutôt bon pour la France. Le parlement représente mieux les électeurs que le précédant. La gauche, comme le Rassemblement National sont présents en force. En conséquence, les députés ne feront pas du parlement une simple chambre d'enregistrement. Le gouvernement devra veiller à présenter des projets acceptables pour les uns ou les autres.

Pour m'écrire c'est ici,
et pour réagir sur Facebook cliquez étoile

mercredi
15 juin 2022


Plus de Cent jours de guerre en Ukraine

Voilà plus de trois mois que Vladimir Poutine a décidé de libérer l'Ukraine des ukrainiens qu'il avait l'audace de qualifier de nazis. Trois mois qu'il se déclarait menacé par l'OTAN, alors que c'était lui la menace. Trois mois qu'il a déclenché son "opération spéciale", cette guerre honteuse, injuste, injustifiable, innommable, qui met le monde en péril.

Dans un premier temps, Poutine a foncé sur Kiev et Kharkov qu'il espérait prendre rapidement, afin d'imposer un régime à sa solde sur toute l'Ukraine. En même temps il avançait sur la Mer Noire et dans le Donbass. Son initiative tous azimuts s'est heurté à la résistance Ukrainienne, son "opération spéciale" n'a pas été une promenade de santé.
Ses longues colonnes de chars ont été écrasées par des armes de poing remarquablement efficaces, si bien que l'armée russe a due changer ses plans stratégiques.

Les troupes Russes se sont retirées de la région de Kiev, ont été repoussées autour de Kharkov, et se sont concentrées sur Marioupol au bord de la mer d'Azov qu'ils ont fini par prendre après plus de deux mois de siège intense. Puis lentement, mais sûrement, les Russes gagnent du terrain dans le Sud de l'Ukraine, des batailles terribles ont lieu, des centaines de combattants meurent tous les jours à Severodonetsk , mais la technique russe est efficace. Ils ont abandonné les combats de chars, ils utilisent l'artillerie, et pilonnent avec une puissance de feu redoutable les positions ukrainiennes.

L'armée Russe, utilise la même technique qu'à Grosny ou à Alep, sans soucis pour les populations civiles, les canons détruisent, tout, tout... La Russie n'est pas Israël, alors, elle peut se le permettre ! L'Ukraine réussit bien de temps en temps une contre offensive, et reprend tel ou tel village, vers Kharkov ou Kherson, mais là où se concentrent les offensives russes, elle subit.

L'Ukraine a utilisé toutes ses armes, et toutes ses munitions, qui étaient de fabrication Soviétique ou Russe, elle ne peut combattre aujourd'hui que grâce à la livraison massive de nouveaux équipements occidentaux, dont elle ne maitrise pas encore le fonctionnement. Des formations accélérées ont lieu en France, aux États Unis et ailleurs. Tous les marchands d'armes profitent du champ de bataille pour prouver l'efficacité de leurs derniers bijoux, dont le canon "Caesar" français, qui peut tirer à plus de 40 kilomètres. Le canon sur châssis, vise, tire, et se retire afin de n'être pas à son tour cible de l'ennemi. Son coût unitaire est de 5 millions de US$.

Plusieurs issues au conflit sont possible, si la Russie réussissait à renouveler ses équipements, et à s'alimenter en munitions, elle pourrait prendre son temps, et écraser les ukrainiens tranquillement, quitte à y passer plusieurs mois. Alors l'Ukraine serait obligée de perdre le quart de son territoire. Cette victoire Russe pourrait donner des ailes à Poutine, qui alors serait peut-être tenté de se retourner contre les Pays Baltes pour désenclaver Kaliningrad. Nous ignorons jusqu'où s'arrêterait l'impérialisme Russe.

Mais des rumeurs insistantes font état de graves dangers sur la santé de Vladimir Poutine, qui lutterait contre un cancer. La mort du tyran, pourrait rebattre les cartes à Moscou, et une nouvelle équipe plus réalistes au Kremlin pourrait chercher un compromis et une sortie de guerre honorable.

On peut aussi envisager une défaite Russe, il faudrait pour cela, que l'empire ne puisse renouveler son stock d'armement, soit par manque de pièces détachées, en particulier de puces électroniques fabriquées en Asie, soit par l'afflux d'immenses quantité d'armes occidentales, d'un niveau technologique très supérieur à ce que pourraient produire les Russes. Ce n'est pas garanti, car la Russie contourne les sanctions, et son économie n'est pas en train de s'effondrer.
L'Ukraine espère toujours un retournement, avec un appui massif américain mais la Russie dispose d'armes nucléaires, l'engagement US aura forcément ses limites.

Jusqu'à présent, les Chinois sont resté spectateurs, mais ils se montrent de plus en plus agressifs, ils peuvent décider d'un jour à l'autre d'attaquer Taïwan, en prenant exemple sur la folie de Poutine, et les États Unis se sont engagé à défendre l'île.

Ce scénario, priverait le monde de la plupart de ses puces électroniques, et pourrait nous conduire vers une guerre mondiale. Déjà l'aventure Russe oblige les européens à s'unir militairement, il faudrait plusieurs années avant que l'Europe de la Défense ne devienne une véritable puissance.

Notre continent est faible, il ne pourrait pas résister à une offensive impérialiste puissante, comment défendre ses frontières est face à la Russie ? et que se passerait-il s'il prenait envie aux Chinois d'imiter Poutine ? ?


Pour m'écrire c'est ici,
et pour réagir sur Facebook cliquez étoile

 

mercredi
04 mail 2022


Police et légitime défense

Le 24 avril, des policiers étaient en mission de sécurisation sur l'île de la Cité à Paris, alors qu'ils ont vu une voiture qui se stationnait à contre sens avec deux passagers à l'intérieur, une troisième personne est entrée dans la voiture, cela leur a semblé louche. La patrouille s'est approché du véhicule, le conducteur aurait alors démarré en trombe, menaçant d'écraser une policière. Face au danger, le policier armé d'un pistolet-mitrailleur a tiré sur le véhicule qui a fini par s'arrêter. A l'intérieur, les deux passagers avant étaient morts, et celui qui était à l'arrière grièvement blessé. Soigné à l'hôpital, il est aujourd'hui hors de danger.

Les premières constatations ont justifié la présence d'une arme automatique aux mains d'un policier, car la patrouille pouvait débusquer des terroristes. On a rapidement vérifié que les victimes étaient défavorablement connues des services de police, il s'agissait de trafiquants de drogue. Mais l'enquête a aussi remarqué que les impacts de balles sur la voiture étaient de face, ce qui est logique pour arrêter la voiture dangereuse, mais aussi de côté, ce qui voudrait dire qu'on aurait tué les passagers alors qu'ils ne présentaient plus de danger pour personne.

En conséquence, Le gardien de la paix a été mis en examen pour "homicide volontaire" concernant le conducteur, "violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique ayant entraîné la mort sans intention de la donner" s'agissant du passager avant et pour "violences volontaires aggravées par personne dépositaire de l'autorité publique" envers le passager arrière. (*)

Les syndicats de policiers Alliance et Synergie sont ulcérés, et ont organisé partout des manifestations en France. Ils réclament une "présomption de légitime défense". Ce point figurait d'ailleurs dans le programme d’Éric Zemmour et de Marine Le Pen à l'élection présidentielle. La "présomption de légitime défense" qui s'imposerait pour tous les policiers, supposerait qu'on ne fasse pas d'enquête quand un policier tue quelqu'un dans l'exercice de ses fonctions.

Stanislas Gaudon, délégué général du syndicat Alliance, a déclaré : « Nous faisons face à un refus d'obtempérer toutes les 20 à 30 minutes.. Ce policier est passible des assises et de 30 ans de réclusion criminelle alors qu'il a fait feu pour protéger son intégrité physique et celle de ses collègues sur le terrain...»

Le syndicat de la magistrature fait remarquer qu'une mise en examen n'est pas une condamnation, mais une vérification. Sophie Legrand, secrétaire du syndicat affirme :
« Quand il y a deux morts et des tirs, ça paraît logique qu'on vienne s'assurer que tout s'est passé dans les règles. Si les citoyens ont confiance en leur police, c'est qu'ils ont l'assurance que quand la police fait usage de son arme c'est parce qu'elle n'avait pas d'autre choix, que c'était la seule solution pour s'assurer que personne ne serait mis en danger»

Notre société est de plus en plus violente, elle est bafouée par des trafiquants et des voyous qui méprisent l'état. Machiavel avait conseillé Le Prince ainsi : «Si on te demande, si tu dois te faire aimer ou te faire craindre, je dirais les deux, mais si c'est impossible alors fait toi craindre». On aime pas celui qu'on ne respecte pas. Par ailleurs on accepte les mesures dures, si elles sont justes. Les juges ont donc la périlleuse mission de faire respecter l'état, et d'être juste, ni les policiers, ni les voyous n'ont le droit de tuer les gens. Le Talmud dit aussi qu'il ne faut pas se porter volontaire pour être juge, car c'est une mission pleine d'embûches.

 

Pour m'écrire c'est ici,
et pour réagir sur Facebook cliquez étoile

jeudi
26 avril 2022


Macron réélu Président de la République

Emmanuel Macron a gagné son second mandat contre Marine le Pen, même duel qu'il y a cinq ans, même succès par défaut, même soulagement, et toujours aussi peu d'enthousiasme.

La France qui souffre n'adhère pas au nouveau président, il devra montrer concrètement qu'il n'est pas que le président des riches. La gauche et les nationalistes espèrent se refaire aux prochaines élections législative, une sorte de troisième tour. Mais sans la proportionnelle, qui autorise toutes les combinaisons même les plus improbables, est-ce possible ?

Voir l'article complet ici

Pour m'écrire c'est ici,
et pour réagir sur Facebook cliquez étoile

 

jeudi
7 avril 2022
corse

Le séder et l'eucharistie

Dans la tradition juive, Pâques commémore la sortie d'Égypte, le passage de l'esclavage à la liberté. A cette occasion, les familles juives vivent un véritable psychodrame en famille, où à l'aide d'un assemblage savant de phrases issues de la bible et du talmud, chacun considère qu'il est lui-même sorti d'Égypte. Ce repas pascal s'appelle "le Sédère", mot qui signifie "ordre" car il est très codifié.

Cette fête se traduisait dans l'antiquité par un repas où on mangeait l'agneau qui avait été sacrifié au temple. Tout le peuple y participait, ce qui donnait lieu à une immense fête, et un immense rassemblement. Sous l'oppression romaine, c'était une période de vive tension, les Romains craignaient des révoltes, surtout que la fête commémorait la liberté et la fin de l'esclavage.

Jésus, comme tous ses compatriotes, célébraient la Pâques, et les évangiles décrivent dans "la cène", cette soirée tragique où Jésus pendant le Séder a été arrêté par les romains suite à la trahison de Judas. Il s'en suit un procès improbable, une condamnation à mort, et une exécution à la romaine, problèmatique pour la tradition juive.

Cet événement fondateur de la tradition chrétienne, est commémoré à travers l'eucharistie. On peut dire que les chrétiens célèbrent toute l'année le repas pascal alors que les juifs ne le vivent qu'au cours du "séder".

Le Séder et l'eucharistie
Théologiquement parlant, la signification de l'eucharistie est totalement étrangère à la tradition juive, mais les rites ont la même origine. C'est cette proximité historique qui a été effleuré avec la complicité de mon amil le père Raphaël Clément lors de notre réunion mensuelle des amitiés judéo-chrétiennes de Dijon.

 

Pour m'écrire c'est ici,
et pour réagir sur Facebook cliquez étoile

jeudi
31 mars 2022
corse

La mort d'Yvan Colonna

A la prison d'Arles, Yvan Colonna condamné à vie pour l'assassinat du Préfet de Corse, a été assassiné par un musulman fanatique, jetant la consternation sur l'île beauté contrôlée par l'Assemblée de Corse, où les autonomistes, pour ne pas dire les indépendantistes sont majoritaires.

L'île s'éloigne du continent, et les insultes et calomnies contre les autorités républicaines, souvent maladroites, s'enchaînent.

Le ministre de l'intérieur est prêt à discuter autonomie, laissant l'île enfreindre la consitution, et donnant la marche à suivre pour les basques, les bretons, les alsaciens ou les savoyards. Mais pourquoi donc notre République ne fait-elle plus rêver ?

Voir ici l'article

Pour m'écrire c'est ici,
et pour réagir sur Facebook cliquez étoile

 

Lundi
14 mars 2022 poutine

Ukraine : Maintenant, on sait

Nous avons très peur, un conflit armé en Europe, cela nous semblait impensable, voir une puissance nucléaire dirigée par un homme seul atteint de paranoïa peut nous donner des cauchemars.

L'Ukraine est envahit sur de fallacieux prétextes, par Vladimir Poutine, qui ne supporte pas l'effondrement de l'URSS, et qui prend le risque de ruiner la Russie, l'Ukraine voir de provoquer un désastre nucléaire. L'Ukraine résiste grâce aux armes occidentales, mais pour combien de temps ? qui arrêtera Vladimir Poutine ? Peut-être les pertes imprévues et énormes subies par la machine de guerre Russe

Voir ici l'article

Pour m'écrire c'est ici,
et pour réagir sur Facebook cliquez étoile

Dimanche 20 février 2022

Ukraine : A quoi joue Poutine  ?

L'Ukraine est un lambeau de l'empire Russe, ravagé par les guerres, hanté par les drames du passé, il lui reste un contentieux très lourd avec le grand frère russe. 
Un article de Mivy paru en 2014 publié à l'occasion de la conquête de la Crimée par la Russie résume rapidement son histoire.

  On se rappelle que l'Ukraine à l'est est peuplée de populations russophones, en particulier dans le Donbass. Les villes de Donesk et Lougansk sont tenues militairement par des milices «indépendantistes» en fait favorable à l'annexion par la Russie du Dombass. Ces milices sont armées et entraînées par la Russie, qui y envoie aussi des combattants d'élite déguisées en miliciens.

  L'Ukraine se sent menacée dans sa souveraineté, elle a déjà perdu la Crimée, et craint de perdre tout le Donbass, région industrielle et agricole très riche. Pour cela, elle aspire à adhérer à l'OTAN, (Organisation du traité de l'Atlantique Nord). Pour Kiev, c'est un droit souverain, renoncer à cette adhésion serait reconnaître qu'elle obéit aux ordres de Moscou.

  La Russie prétend que l'OTAN la menace, on se rappelle que l'OTAN a été créé en 1949 pour contrer l'impérialisme soviétique, en face l'Union Soviétique avait créé le pacte de Varsovie, or aujourd'hui tous ses ex-satellites européens se sont mis sous le bouclier de l'OTAN, ainsi que les pays Baltes. L'Ukraine est tentée, alors Moscou se considère comme directement menacé. Pour cela il a massé des troupes tout autour de l'Ukraine, en Russie même et en Belarus, pays satellite, où Poutine a maintenu militairement au pouvoir Loukachenko qui était rejeté par tout son peuple.

  Militairement, Poutine peut conquérir l'Ukraine, il ne rencontrera pas d'armée capable de lui résister, et l'Otan ne souhaite pas engager une guerre mondiale. Alors Poutine se contentera-t-il de conquérir le Donbass ?  comme disait Churchill en parlant d'Hitler, "ce n'est pas en donnant votre enfant à manger au crocodile que vous calmerez son appétit".

  L'Europe, présidée par Emmanuel Macron tente une médiation poussive, Poutine l'a reçu par politesse, et est resté muet comme un sphynx sur ses intentions. Il prétend n'avoir aucune intention agressive, et même retirer ses troupes de la frontière. Or les services d'espionnages américains disent le contraire, la Russie renforce son dispositif militaire. Sur cette information, américains, français et autres demandent à leurs citoyens de fuir l'Ukraine.

  Volodymyr Zelensky président Ukrainien est parti en Allemagne chercher du soutien, mais l'Europe a peur de la guerre. Le président des États Unis, Joe Biden menace la Russie des pires sanctions s'il engageait une opération militaire. Mais ces sanctions auraient pour effet de jeter Poutine dans les bras de la Chine, donc de multiplier les périls pour les pays occidentaux.

 Tout le monde a peur, Poutine a dit qu'il n'attaquerait pas si on ne le provoquait pas, or tous les jours les milices du Donbass provoquent les troupes Ukrainiennes, et l'armée Ukrainienne risposte, quitte à prendre le risque d'envoyer un obus en Russie. Qu'est-ce que Poutine appelle une provocation ?  On peut en trouver tous les jours !  ! 
Face au sphynx, la Finlande et la Suède songent sérieusement à adhérer à l'OTAN.

Nous voilà retourné au temps de la guerre froide, pourvu qu'elle le reste.

 

Pour m'écrire c'est ici,
et pour réagir sur Facebook cliquez étoile

 

  lundi
10 janvier 2022

Médecine et spiritualité

Comme tous les ans, j'ai le plaisir de présenter le judaisme à des étudiants en médecine, dans le cadre du module facultatif "Médecine et spiritualité". Vous trouverez ici le diaporama qui me sert de support pour le cours donné le lundi 10 janvier 2022

Cette année, il a été possible de parler devant de vrais étudiants c'est plus agréable que devant un ordinateur.

La présentation a évoluée, et j'ai davantage insisté sur la formation de la pensée juive religieuse, comment la torah se complète, depuis le Sinaï à nos jours, comment le débat entre mystiques, rationalistes, et modernistes perdure et n'est pas prêt de s'arrêter.

Afin de vous donner un aspect du raisonnement talmudique, j'ai mis en ligne l'introduction d'un témoignage sur le monde talmudique qui m'a amusé et impressionné. Je ne peux pas m'empêcher de vous le proposer ici.

Il n'est pas possible de développer trois mille ans d'histoire à travers toute l'Europe, l'Afrique, l'Orient, l'Amérique en une heure trente  !   aussi, j'ai essayé de mettre l'accent sur certains personnages qui ont marqué l'histoire de la pensée jusqu'à nos jours. J'y ai mis des liens vers des informations beaucoup plus riches qui vous conduiront vers les contributions de certains spécialistes qui m'ont aidés, sans le savoir, à réaliser cette synthèse.  

 

Pour m'écrire c'est ici,
et pour réagir sur Facebook cliquez étoile

  lundi
20 décembre 2021

Zémmour, le réactionnaire

Réagissant contre l'influence grandissante des musulmans en France, devant les poussées du féminisme, ou l'abandon de la souveraineté nationale, ÉricZémmour lance sa candidature à la présidence de la République. Ennemi du dialogue et du compromis qui sont des valeurs féminines, il veut souder les français en leur désignant un ennemi commun les étrangers. Il est nostalgique d'une France catholique en oubliant qu'il en aurait été lui-même exclu par ceux qui pensaient à l'époque, comme lui aujourd'hui.

Pour lire l'article, cliquez ici

Pour m'écrire c'est ici,
et pour réagir sur Facebook cliquez étoile

 

  lundi 22         Novembre 2021chine

La Chine, y pensez vous parfois ?

La Chine rivalise avec les États Unis, et pourrait devenir d'ici quelques années la principale puis-sance mondiale. Jusqu'à présent, les chinois se sont montré des com-merçants, des industriels remar-quables, efficaces, ils ont accumulé d'énormes ressources financières, or depuis quelques années leur dis-cours a changé, le "président" Xi affiche des ambitions nationalistes, revendique des territoires qui ne lui appartiennent pas, et se dote des moyens militaires lui permettant de les conquérir par la force. Faut-il en tirer les conséquences ?

Voir l'article ici

Pour m'écrire c'est ici,
et pour réagir sur Facebook cliquez étoile

 

  Dimanche 14         Novembre 2021

Facebook et l'histoire

Le onze novembre est l'anniversaire de la fin de la Grande Guerre. Sur Facebook, on peut lire les nombreux hommages dus aux combattants aujourd'hui tous disparus. Je suis né en 1944, et quand j'avais dix ans, dans les Vosges, je voyais encore les tranchées et à l'école, on nous apprenait à ne rien ramasser de métallique, cela pouvait nous exploser dans les mains. Le 11 novembre à Colmar, on voyait défiler les combattants de la seconde guerre mondiale, des jeunes gens de trente cinq ans, et de la guerre de 14, des soixantenaires encore frais.  Toute la ville était pavoisée.

Pourtant, derrière l'unanimité qui a suivi la victoire en 1918, se cachait de profondes divisions. Entre Alsaciens, ils avaient conservé des prénoms français, parlaient alsaciens, beaucoup s'étaient  habitués à l'Allemagne et étaient fidèles au Reich, alors que d'autres avaient déserté pour rejoindre les armées françaises.

Les juifs français, originaires d'Alsace pour la plupart à l'époque étaient d'ardents patriotes, l'Affaire Dreyfus ne les avait pas ébranlé. Gaston Lévy, mon grand père, à plus de quarante ans avait été rappelé sous les drapeaux et a souffert dans les tranchées pendant quatre ans, il ne comprenait pas comment on pouvait être juif et allemand.

Je l'avais rappelé à un correspondant sur Facebook et écrit ceci en commentaire à une photo représentant une tombe juive au millieu de tombes chrétiennes allemandes : « Mon grand père, né en 1873 a fait les tranchées. Il disait des juifs allemands "ils sont plus boches que les boches ! " Il ne comprenait pas comment on pouvait être juif et allemand.»  .

Facebook m'a écrit : « Votre commentaire ne respectait pas nos Standards de la communauté concernant les discours haineux »  non seulement, il l'a effacé, mais il m'a banni de la plateforme pour 36 heures, en menaçant de m'exclure complètement si je récidivais. Très surpris j'ai fais appel en pensant à un malentendu évident, et dans les minutes qui suivent, Facebook a confirmé son avis et la sanction sans donner d'autre explication. Preuve, s'il en était besoin que personne n'avait lu la discussion, sauf un ordinateur qui avait tiqué sur le mot "boche". 

Facebook m'a dit que je pouvais écrire à une commission de conciliation, composée d'un aéropage d'experts qui rejetait quasiment toutes les requêtes.   J'ai tenté ma chance et la farce s'est arrêtée là car le lien de Facebook aboutit sur un fatra de considérations juridiques et ne donne aucun lien débouchant sur ce jury fantomatique.

Les sanctions se suivent et se ressemblent. J'avais commenté un dessin représentant un travailleur, pèle sur l'épaule qui donnait un coup de pied au derrière à un gros capitaliste, cigare au bec. Voici ce que j'ai écris, prédédé de la motivation de Facebook :

Jeudi 25 novembre 2021, 08:41
Votre commentaire ne respectait pas nos Standards de la communauté concernant les discours haineux Personne d’autre ne peut voir votre commentaire.
Michel Levy : «Arbeit macht frei ! Les juifs étaient réputés non-travailleurs, car ils étaient rarement dans le travail manuel, d'où la réaction kibboutznik pour tenter de prouver que c'était faux, mais allez donc prouver quelque chose aux nazis ! !
De même au Cambodge, les vrais travailleurs avec la pelle, comme sur l'image ci dessus ont mis un coup de pied au derrière aux parasites dans les bureaux... plus d'un million de morts. » (exclu 8 jours)

Pour les mêmes types de motifs, Facebook avait fermé sans préavis le groupe des "Amitiés Algérie Israël" un groupe dont la finalité est la fraternité, et qui remuant des sentiments contradictoires devait faire face à des assault continus d'islamistes, de nationalistes de tous poils et  qui devait lutter pied à pied contre le fanatisme et la bêtise.

L'intelligence artificielle, est sûrement artificielle, mais rarement intelligente, Facebook pour des raisons d'économie n'a embauché qu'un minimum de modérateurs, et tout dialogue est impossible avec lui. Vous avez déjà bavardé avec une machine, vous ?

  Facebook est attaqué sur le plan fiscal et politique, les États en ont peur, et font monter la pression pour que le mastodonte cloue le bec aux terroristes, aux dissidents, et à tous ceux qui menacent la paix public. Facebook voulant sauver l'essentiel, c'est à dire ses revenus, n'hésite plus à tirer sur tout ce qui bouge. Les plus malins connaissent les mots à ne pas utiliser pour ne pas froisser les robots, et continuent à diffuser ce qu'ils souhaitent..

Pour m'écrire c'est ici,
et pour réagir sur Facebook cliquez étoile

Mercredi 10 novembre 2021 vaccin

Le choix du pass

L'épidémie du Covid-19 continue son évolution comme un serpent de mer, avec des périodes répit, des vagues successives, alimentées par des variants nés aux quatre coins du monde. Ils ne sont plus anglais, brésiliens, ou indiens, mais se nomment Alpha, Beta, Gamma...  comme ça on ne vexe personne, mais on sait que l'épidémie est mondiale, et qu'elle ne sera pas jugulée par un seul pays, car la fermeture hermétique des frontières est impossible.

Toutefois, on s'est vite rendu compte que si le vaccin était efficace, même s'il n'était pas suffisant pour assurer une bonne protection. Il fallait malgré tout conserver le masque dans tous les lieux publics fermés, comme les transports en commun ou les salles de spectacles. Plus grave on s'est rendu compte que les vaccins sur le marché apportaient une protection limitée dans le temps. Au bout de six mois, ils avaient perdu la moitié de leur efficacité.

Sans vaccination massive, on aurait laissé la nature agir, et naturellement, nous aurions subi une hécatombe, or les dirigeants n'ont pas le pouvoir juridique de rendre la vaccination obligatoire, ce serait attentatoire aux libertés. Alors ils ont trouvé le "pass sanitaire". On le remet à chaque personne vaccinée. Le pass possède cartouche noir et blanc, lisible sur un document papier, ou visible sur un écran de téléphone portable. Il peut être lue par un smartphone ayant un logiciel spécifique, et comparé à une base de donnée nationale. 

Présenter son pass est obligatoire pour consommer dans un café, un restaurant, voyager en transport en commun, ou entrer dans un lieu public, comme un musée, une salle de spectacle, ou une salle d'exposition. Autrement dit, la personne n'ayant pas son pass est privée de vie sociale. Nos dirigeants ont trouvé le truc, comment contourner la loi et rendre obligatoire, ce qu'ils n'avaient pas le droit d'imposer. Et ça marche  !  ! Le nombre de vaccinations s'envole, et les hôpitaux sont soulagés, ils sont moins surchargés, et les services de soin intensifs peuvent accueillir les cas urgent.

Vu que les deux doses de vaccin ont été efficace globalement pour protéger la population, vu qu'au bout de six mois ils perdent la moitié de leur efficacité, le Président Macron, a décidé que les personnes de plus de 65 ans avaient un délai d'un mois pour se faire vacciner avec une piqûre de rappel. S'ils oublient de le faire, leur pass ne sera plus valable, et la base de donnée nationale dira à l'agent chargé de vérifier l'entrée du lieu public, que la personne ne doit pas être admise.

Certaines personnes ne souhaitent pas subir une troisième piqûre, car elles ont très mal supporté la précédente. L'administration ne reconnaît que six cas permanents d'incompatibilité entre l'état de santé du citoyen et le vaccin, plus deux cas temporaires. Rien ne concerne les effets indésirables qui sont censés ne pas exister ou être insignifiants.

Or l'enquête de pharmaco vigilance du vaccin Pfizer, montre qu'il existe de nombreux effets indésirables, en particulier des d'embolies pulmonaires tous graves, et des zonas dont 46 jugés graves, qui ont suivi directement le vaccin. Vous pourrez lire ici un rapport hebdomadaire, informant le corps médical des problèmes rencontrés. Cette liste est infiniment plus longue que celle admise par les services du premier ministre.

Dans de telles conditions, on ne comprends pas pourquoi le médecin traitant, connaissant l'état pathologique de ses patients, et tenu au courant des risques par des enquêtes comme celle ci-joint n'ont pas compétence pour juger si oui ou non une personne est susceptible de recevoir une troisième dose de vaccin. Dans mon entourage très proches, j'ai vu deux embolies pulmonaires dont une mortelle, et un zona très violent suivant immédiatement le vaccin.

Pensez vous qu'une personne ayant échappé au décès par embolie, ou ayant souffert le martyre avec un zona suite à une deuxième piqûre, ait envie d'en recevoir une troisième ?   est-il normal de l'exclure du pass sanitaire, donc de la priver de vie sociale ?
Est-il logique que le médecin traitant n'ait pas la liberté de se prononcer sur l'opportunité du vaccin compte tenu de l'état sanitaire et des antécédants de son patient ?

D'autre part, une personne sans pass est en quelque sorte un proscrit, à qui on pourrait refuser tous les droits si une dictature fascisante l'imposait. Imaginons un tyran local ou un occupant étranger, qui imposerait un pass à tous les citoyens, accordé s'ils se présentaient à la police. Tout résistant, mal pensant, ou opposant se verrait aussitôt plongé dans une situation bien pire que celle connue par les juifs devant se cacher pendant l'occupation.

pass sanitaire

Le pass est déjà très pénalisant pour ceux qui à tort ou à raison refusent le vaccin, mais il serait mortel pour tous les amateurs de liberté en cas de tyranie .

Les outils pour notre asservissement sont prêts.

 

Pour m'écrire c'est ici,
et pour réagir sur Facebook cliquez étoile

Mardi 19 octobre 2021

Une repentance mal comprise

En septembre-octobre 1961,  la guerre d'Algérie débarque à Paris. Le FLN s'implante solidement dans la communauté nord-africaine, et s'impose par la violence. Ceux qui refusent de payer leur cotisation au FLN, ou qui militent au MNA courent le risque de se faire assassiner. On découvre de nombreux cadavres décapités.

La police réprime ces meurtres, et le FLN n'hésite plus à tirer sur la police, 22 policiers ont été tués en 1961, dont cinq début octobre. Face à cette menace, la préfecture a ordonné un couvre-feu spécial pour les nord-africains, ce qui était à la limite de la légalité. En réaction le FLN a organisé une manifestation puissante pour protester contre le couvre-feu. Il y aurait eu 30 000 manifestants, et il n'est pas sûr que tous soient venus de leur plein gré, des menaces planaient sur ceux qui refuseraient de manifester. Le FLN, ennemi de la France, savait qu'il prenait des risques en maintenant son action.

La manifestation était pacifique, mais interdite. La police l'a réprimée avec une violence d'autant moins contenue, que certains policiers souhaitaient se venger de la mort de leurs collègues, et que la hiérarchie les couvrait. Des témoignages accusent l'entourage du Préfet de police, Maurice Papon d'avoir franchement encouragé la violence.

11500 manifestants ont été arrêtés, et les témoignages parlent de tabassages, dans les autobus, dans les dépôts, des comportements inhumains et indignes. On a accusé la police d'avoir jeté à l'eau des victimes tuées sur le coup, ou après la manifestation, victimes de tabassage.

Le nombre de victimes généralement admis, et passé de quelques-uns, selon la police au début, à plusieurs centaines selon la gauche, puis un consensus parle de quelques dizaines. Le décompte est complexe. Tous ne sont pas morts sur le coup. Tous n'ont pas été tués pendant la manifestation, certains avant, d'autres après, certains cadavres retrouvés cachaient mal que des malheureux avaient été victimes FLN.

Les archives sont contradictoires et les historiens se sont parfois comporté en militants. Je vous invite fortement à lire la revue de presse, en annexe, en particulier l'article de Bernard Lugand qui tente de démontrer avec brio, qu'il n'y aurait eu que deux ou trois victimes de la police, et ceux publiés sur Marianne et Libération qui  analysent plusieurs aspects de ce drame et apportent un autre point de vue.

Le Président Macron a organisé des cérémonies officielles d'hommage aux victimes, en accusant le préfet de police de l'époque, d'être quasiment le seul responsable de ce drame. Ce bouc émissaire est pratique, car son passé criminel pendant la seconde guerre mondiale en faisait le coupable idéal et avait l'avantage diplomatique de masquer les responsabilités du gouvernement français et du FLN.

Cette repentance de la France a un sens pour les seuls français. Quelque soit le nombre réel de victimes de la répression de la manifestation du 17 octobre 1961, le comportement des policiers a été indigne.
Ce drame doit nous maintenir en éveil, en 1941 et en 1961, des policiers ont été capables d'agir au mépris de la morale et du droit, encouragés par une hiérarchie complice. Cela pourrait se reproduire.
Nous devons tous les jours veiller pour notre police républicaine soit digne de la mission qui lui est confiée, et ce n'est pas rendre service à la nation que de cacher les mauvais comportements de quelque uns dans des temps difficiles.

L'Algérie n'est pas concernée par ce drame, et si elle l'était, elle devrait commencer par faire son autocritique, on soupçonne le FLN d'avoir assassiné pendant la guerre d'indépendance, plus de huit milles musulmans d'Algérie sur notre sol, et commis de nombreux crimes de guerre en Algérie.
Depuis son indépendance, l'armée et la police algérienne a réprimé avec une sauvagerie tout à fait comparable à celle des hommes de Papon des opposants, souvent Kabyles, mais pas que.
Le gouvernement Algérien est mal placé pour demander à la France des excuses pour le drame du 17 octobre 1961, mais très bien placé pour imiter Macron, et reconnaître les fautes historiques de sa police et de son armée.

Je ne vois pas en quoi cette contrition unilatérale peut servir pour améliorer les relations franco-Algériennes.
Elle conforte parmi les héritiers du FLN ceux qui pensent que la fin justifie les moyens. Qu'aucun crime ne peut leur être repproché, que les français sont des méchants et eux des gentils quelle que soit les intentions et les actes.
Les dirigeants actuels algériens, nous expliquent que si le pays est mal géré, ce serait à cause de Papon, de Macron, du Roi du Maroc, et des israéliens voir des Kabyles ! 

revue de presse
    

Il faudrait informer les populations, et diffuser sur les événements d'octobre 1961, ainsi que sur toute l'histoire franco-algérienne, une vérité consensuelle, avec ses ombres et ses lumières, car chacun a eu raison quelque part, et beaucoup de fautes ont été commises par les deux belligérants.
On pourrait sur cette base, passer à autre chose, d'autant plus facilement que la plupart des protagonistes de ce drame ne sont plus de ce monde.

Français et algériens avons vécu ensemble, nous nous sommes apporté beaucoup, des millions de musulmans d'Algérie ont choisi la France, ils habitent aujourd'hui

parmi nous, et ont pris la nationalité française, preuve qu'en toute bonne foi, un musulman d'Algérie pouvait aussi être français.

Il faut rebâtir une amitié sans complexe ni regrets entre les deux rives de la méditerranée.       

Pour m'écrire c'est ici,
et pour réagir sur Facebook cliquez étoile

Vendredi
15 octobre 2021

L'homme fort de Tunis

La Tunisie qu'on croyait bien partie après l'indépendance se débat dans des difficultés économiques aggravées par l'épidémie de Covid qui a fini de ruiner le tourisme. C'est de Tunisie qu'était parti le printemps arabe, dont les islamistes étaient sortis grans vainqueurs, et avaient prouvé leur incompétence. Kaïs SAÏED reprend tous les pouvoir et tente un régime autoritaire, avec l'appui des femmes, mais sans abandonner son discours complotiste.

Voir l'article ici

Pour m'écrire c'est ici,
et pour réagir sur Facebook cliquez étoile

 

lundi 30 Août 2021

Que d'interrogations ce samedi  ! 

Ce samedi matin, à la synagogue de Dijon, nous n'avons pas réuni les dix fidèles masculins et adultes nécessaires pour la prière collective. Cela me rend très triste de voir de désintérêt, nous sommes surtout des vieux, nos enfants sont partis loin de la Bourgogne, et ceux qui sont restés nous désertent.

Pourtant nos traditions sont belles, ce même soir, la ville de Dijon nous a offert un spectacle dit de "klezmer", gracieusement dans la cour du musée de la vie Bourguignone. Nous avons écouté des airs traditionnels juifs, certains en yiddish, d'autres en hébreu, et beaucoup en musique. Le chanteur-saxophoniste-clarinettiste était un jeune italien, qui a participé à l'animation de la synagogue de Florence.

Je vois dans cette juxtaposition de deux événements, une marque de l'évolution de notre société, notre patrimoine se diffuse dans la société, mais notre propre communauté semble le négliger.

Pour m'écrire c'est ici,
et pour réagir sur Facebook cliquez étoile

 

lundi 30 Août 2021

Les américains quittent l'Afganistan

" Personne n’aime les missionnaires armés" disait Robespierre en 1791, les Afghans n'ont pas apprécié les droits de l'homme que les soldats occidentaux apportaient à leur femmes. La débandade apparente des États Unis met en évidence la détresse des Afghans qui nous ont fait confiance, et cache les enjeux géostratégiques. Les États Unis ont bien protégé ce qui est l'essentiel à leurs yeux.

Voir l'article ici

Pour m'écrire c'est ici,
et pour réagir sur Facebook cliquez étoile

 

Jeudi 12 Août 2021

Mais Qui  ?

Les manifestations contre le vaccin, et contre le  pass-sanitaire sont devenues régulières, et auraient plutôt tendance à prendre de l'importance, au fur et à mesure que la quatrième vague (Variant Delta) prend de l'ampleur.

Ces manifestations regroupant toutes sortes de mécontents, évoque irrésistiblement aux manifestations des gilets jaunes. Inorganisées, sans direction, et laissant cours à tous les abus.

Le gouvernement veut obliger tout le monde à se faire vacciner, mais il n'en a pas le droit, car c'est contraire à la loi, alors il impose un pass-sanitaire indispensable pour participer à la vie collective : aller au restaurant, dans une salle de spectacle, un hôpital, un train, ou dans des grands centres commerciaux. Ceux qui n'en possèdent pas, car ils refusent le vaccin se sentent "discriminés", et certains se sont collé des étoiles jaunes, les même que les nazis imposaient aux juifs afin de les marquer pour mieux les arrêter et les assassiner.

Ces manifestants individualistes, défendent leur liberté, le droit de ne pas voir leur corps souillé par une injection qu'ils ne désirent pas. Beaucoup pensent que le vaccin profite avant tout à "Big Pharma", l'hypothétique lobby de l'industrie pharmaceutique. Ils résistent à la volonté "système" qui veut leur imposer ce vaccin. On leur fait néanmoins remarquer que " Autre fois, la résistance, c'était risquer sa vie pour la liberté des autres, aujourd'hui, c'est risquer la vie des autres pour sa liberté."

A Metz, Casssandre Fistot a jugée utile de défiler le 7 Août 2021, avec cette pancarte, qui a été photographiée une fois, et diffusée mille fois. On remarque en gros "Mais Qui", on cherche à trouver les Traîtres, (en blanc), responsables probables du virus, du vaccin, du pass, et de tout ce qui va mal en France. On nous donne une piste, la lettre "Q" de qui est agrémenté de deux cornes, montrant le diable. Et devinez qui est diabolique ?  ?   Et on lit la liste des coupables, Macron, entouré d'une série de personnalités réputées juives, même si certaines ne le sont pas.

Cassandre Fistot, qui est professeur remplaçante d'allemand, a été brièvement cheffe de cabinet en 2013 de Louis Aliot, alors vice-président du Front national (devenu RN), avant d’être remerciée et de quitter le parti pour s'inscrire au "Parti de la France", mouvement réputé islamophobe, et nationaliste. Devant le tollé provoqué par sa pancarte, elle a été suspendue par le ministre de l'éducation nationale, et sera jugée pour «provocation publique à la haine raciale le 8 septembre 2021».

Cette affaire est une illustration de l'ambiance "complotiste" qui règne chez les anti-vax, ceux qui refusent le vaccin qui serait imposé par une hypothétique "Big Pharma" qui n'existe que dans leur imagination. En plus Big Pharma, serait aux mains d'un lobby Juif imaginaire, le même qui aurait répandu le virus, dans le but d'enrichir les laboratoires dont ils tireraient les ficelles. On est en plein délire

Ces délires ne font plus rire les responsables de la sécurité intérieure, car, parmi ceux qui le soutiennent, on trouve des admirateurs du Général Daniel Delaward, qui pourrait être le leader anti-républicain chargé par les complotistes de rétablir l'ordre en France. Ils présentent le Président Macron, et son gouvernement comme complices, ou otages des Juifs. La police a découvert un site qui liste des personnalités surtout du monde politique qui seraient juifs, ou qui sont accusés de l'être. Elle veut le faire fermer et cherche ses responsables.

Le Président Macron n'assistera pas la conférence de Durban sur le racisme, qui est en fait un forum antisémite conséquence de la diabolisation d'Israël. Si l'antisémitisme de masse est loin d'être une menace actuelle concrète en France, ceux qui le promeuvent menacent directement la République, qui commence à en prendre conscience.

 

Pour m'écrire c'est ici,
et pour réagir sur Facebook cliquez étoile

Mardi 14 juin 2021

Le pass sanitaire est imposé

 

Mon grand-père disait "Quand il n'y en a pas, il n'en faut pas ! "  Telle a été la devise de nos dirigeants, les masques n'étaient pas utiles, avant d'être imposés. Le vaccin contre le Covid-19 lui aussi a été strictement limité avant d'être généralisé.

Depuis le début 2021, les laboratoires ont fait le forcing, et nous sommes arrivés d'une pénurie à pléthore. Le 18 janvier, il fallait avoir 75 ans pour se faire vacciner, le 16 avril on est descendu à 60 ans, le 11 mai tous les adultes y avaient droit, et le 15 juin on a autorisé les adolescents de plus de 12 ans à se faire vacciner.

Ce virus, comme ses confrères, a tendance à muter, on a parlé de variant, le variant anglais, le variant brésilien, le variant japonais etc. Mais cela vexait les pays où le virus est apparu, alors on a appelé le variant alpha, bêta, gamma, lambda etc...  aujourd'hui c'est le variant Delta, ex indien qui nous cause des soucis, et provoque la majorité des infections. Autrement dit, à peine avons-nous réussis grâce à la vaccination et aux mesures de confinement à réduire sa malfaisance, qu'un nouveau encore plus contagieux apparaît. On parle d'un "delta +".

Les experts affirment que la seule façon de sortir de ce guêpier et d'arriver à l'immunité collective, c'est à dire que plus de 80 % des français soient vaccinés, ce qui est très dur à atteindre. J'ai lu que 5 % de la population ne produisait pas d'anticorps, malgré le vaccin, qu'il existe de nombreuses personnes "anti-vax", opposées par principe au vaccin, peut-être 10 ou 20 % des gens, il existe aussi des personnes non joignables ou difficilement contactables, les sans-abris, les clandestins, les asociaux, si on voulait atteindre les 80 % de personnes vaccinées, il serait donc indispensable, d'une part de vacciner les adolescents, voir les enfants, et en même temps, de rendre le vaccin quasiment obligatoire.

 

La solution trouvée est le pass sanitaire. Il suffit d'imposer un document certifiant qu'on a été vacciné pour pénétrer par exemple dans un restaurant, une salle de spectacle, ou un hôpital. Ainsi les non-vaccinés n'auront leur "pass sanitaire" que s'ils se font tester, c'est à dire qu'on leur prélèvera au fond du nez un peu de je ne sais quoi, c'est très désagréable, et il leur faudra renouveler l'opération toutes les 48 heures. Sinon, ils seront privés de vie sociale, on annonce même qu'à la rentrée, les tests seront payants. On espère que les récalcitrants finiront bon-gré, malgré à se faire piquer.

Afin d'atteindre ce but, le président Emmanuel Macron y a consacré une grande partie de son discours traditionnel du 14 juillet. Il déclare que le personnel soignant, y compris les  infirmières, devra être vacciné, sous peine de se faire licencier. L'accès aux centres commerciaux, et centres de loisir seront réserve aux seuls détenteurs de ce précieux sésame rendu ainsi obligatoire pour tous ceux qui ont plus de douze ans, à partir du premier août 2021.

Mais, cette mesure est intenable, les adolescents n'ont pu se faire vacciner qu'après le quinze mai, il faut un mois entre les deux doses de vaccin, et quinze jours de délai entre la seconde dose et l'immunité. Moins de cinq pour cent des ados disposent de ce précieux sésame. Comment passer des vacances en famille ? ?   devant la levée de bouclier, Olivier Véran, ministre de la santé, contredit le président, il annonce que le pass ne sera exigé pour les jeunes qu'après le 31 août, et dans la foulée, dispense gendarmes et policiers de cette obligation; en période pré-électorale (les présidentielle auront lieu début 2022), on est jamais trop prudent.

Je suis heureux que nos autorités ne soient pas autistes, et puissent corriger rapidement leurs erreurs, mais je suis ahuri devant la désinvolture de la communication présidentielle, personne ne relit donc les discours ?  ?   comment se fait-il qu'un ministre soit obligé de rectifier une décision présidentielle ?  ?  c'est le sérieux de la parole du Président de la République qui a été inutilement mise en cause.



L
e discours du 12 juillet a eu l'effet escompté, et pour se faire vacciner, tout le monde a couru, sauf les culs de jatte, bien entendu  !   

 

Pour m'écrire c'est ici,
et pour réagir sur Facebook cliquez étoile

Mardi 7 juin 2021

Les élections départementales et régionales ne passionnent pas.

François Hollande avait décidé que les régions françaises étaient trop disproportionnées, et souvent trop petites aussi a-t-il regroupé les "petites" régions, et crée le Grand Est, la Nouvelle Aquitaine, ou Rhône Alpes Auvergne.

➔  On vient de faire les premières élections locales, et les enseignements sont vite tombés. Le vainqueur est l'abstentions, un tel taux n'avait jamais été obtenu, pensez donc en 2004 => 34 %  en 2010=>48,8 %  en 2015 =>41,6 et en 2021 => 65,7 %  c'est énorme. 

➔  On remarque une corrélation entre la population du département et le taux d'abstention, plus il est peuplé, moins on vote.  Sur le graphique plus bas, j'ai mis la population sur un axe (en logarithme, c'est plus parlant), et le % d'abstention, chaque point représente un département

➔  Mis à part la Corse où on a beaucoup voté (42 % d'abstention) en raison de la concurrence entre listes nationalistes, mis à part Lyon et Paris ou il n'y a pas eu de scrutin départemental, la corrélation est assez bonne, plus le département est petit, plus on vote.

➔  Un autre enseignement a été l'échec des mouvements récents au profit des partis traditionnels, le Rassemblement National, comme la République en Marche ont perdu un peu partout au profit de la droite libérale traditionnelle, appelée aujourd'hui les Républicains, grands vainqueurs du scrutin, et de l'union de la gauche autour du parti socialiste qui profite de sa forte implantation locale.

➔  Les explications fusent pour expliquer ce désintérêt, je privilégierais le manque de visibilité des enjeux. On ne voit pas bien en quoi voter pour telle ou telle liste changerait quelque chose, vu que tous les candidats ont à peu près le même programme. La décentralisation n'a pas donné aux régions l'influence qu'on les Länder allemands ou les cantons Suisse, le véritable élu de proximité est le maire.

➔  Le désintérêt pour les urnes est beaucoup plus fort chez les jeunes qui n'ont perdu beaucoup du sens civique qui était jadis enseigné dans les écoles. L'abstention, à 79% chez les 18-34 ans, chute à 62% chez les quinquagénaires, et même à 42% chez les plus de 70 ans. Il faut dire que les jeunes sont les grands sacrifiés de notre société, fini l'époque où si tu avais un diplôme tu trouvais du travail, la norme de l'emploi, c'est la précarité, les difficultés à se loger, les conséquences du COVID n'ont pas non plus arrangé les choses. Les hommes politiques sont généralement discrédité dans notre société, car ils n'ont pas réussi à porter de projets réalistes et enthousiasmants.

➔ Alors, comment se réconforter ?   en pensant à l'Algérie, où lors des dernières législatives, il n'y a pas eu 5 % de votants en Kabylie !

Pour m'écrire c'est ici,
et pour réagir sur Facebook cliquez étoile

 

Mardi 14 juin 2021

L'arabe de service

Taha Bouhafs n'en revient pas, journaliste de gauche, il se retrouve lui-même au tribunal, accusé de racisme pour avoir traité d'arabe de service, Linda Kebbab, syndicaliste policière.

Taha Bouhafs est arrivé d'Algérie en France, à l'âge de quatre ans, ses grands parents ont combattu la France les armes à la main en Algérie, naturalisé français, ayant arrêté ses études très tôt, sans diplôme il est militant pro palestinien, mais surtout anti police. Il a réalisé plusieurs scoop dont bien des journalistes seraient fiers, par exemple, c'est lui qui a photographié Alexandre Benalla , un proche du président Macron, tabassant un manifestant. Témoins des affrontements entre la Police et les Gilets Jaunes, il diffusera de son mieux des images des brutalités policières. Au théâtre, il découvre Emmanuel Macron deux sièges avant lui, il lance l'info sur les réseaux sociaux et le président est fort mal accueilli à sa sortie du théâtre. Traînés plusieurs fois devant les tribunaux, il a été relaxé. Est-il vraiment journaliste ?   Emmanuel Derieu professeur de droit pense que non, car on ne peut pas être à la fois journaliste, c'est à dire observateur, et militant c'est à dire acteur.  

Linda Kebbab sait ce qu'est le racisme, mais n'en fait pas un fond de commerce. Sa grand mère a vu des horreurs de la guerre d' Algérie, par exemple les viols par des militaires français en permission de petites filles qui se badigeonnaient de suie pour tenter d'être repoussantes. Elle même a vu aussi les têtes d'enfants coupées par les islamistes en Algérie pendant les années noires, elle a fuit l'horreur, et sa mère lui a fait promettre de ne pas se venger, mais au contraire d'accepter la France, et de devenir une bonne citoyenne. Aussi, elle a réussi tout ce qu'elle a entrepris, elle a monté une entreprise, puis elle est entrée dans la police où elle a milité contre les lâchetés administratives. Elle s'est engagée dans le syndicalisme, afin que le droit soit respecté, y compris le droit du travail, et que le racisme n'y soit soit pas toléré.

L'insulte d'arabe de service lui est resté dans la gorge, l'arabe de service serait une arabe, prise au hasard, dont le rôle serait de servir d'alibi à des racistes qui pourraient dire, "vous voyez, nous avons une arabe parmi nous", l'arabe de service serait choyé, et n'aurait d'autre mission que de dire du bien de la hiérarchie.   Mais Linda Kebbab est une battante, une "emmerdeuse"  ! !  elle dénonce tout ce qui ne va pas, et se fait plein d'ennemis au sein de l'institution. Pourquoi ? car elle aime la police, elle sait que sans sécurité, il n'y a pas de liberté. elle sait que traquer des arabes voyous, ce n'est pas traquer des arabes, mais traquer des voyous !  !   Taha l'accuse de racisme par ce qu'elle est policière, et qu'elle poursuit les voleurs et les truands, comme si être arabe ou noir voulait dire être voleur ou truand  !  !
Dans cette affaire, qui insulte les noirs et les arabes ?    

Les uns sont fatalistes, et disent « Le pouvoir » est racistes par nature, il faut le combattre. Le système est pourri et la seule chose à faire, est de le dynamiter. On va même plus loin, on assimile «le pouvoir» à une ethnie ou une religion. On dit les blancs, les français, les juifs etc…. sont contre nous, car c’est dans leur nature… Ainsi on a eu le FLN, on a le Hamas, et on a les Indigènes de la République dans nos banlieues.

À côté du pessimisme de personnages souvent aigris, frustrés, on voit l’optimisme de ceux qui jouent le jeu de la République, qui n'hésitent pas parfois à entrer dans la police pour traquer les gens malfaisants.. et ils en trouvent parfois même au sein de la police ! ! Ceux là savent que ce monde est imparfait, mais ils veulent le réparer, car ils savent aussi que nous n'en avons pas d'autre.

Nos républiques ont inscrit dans leurs constitution de grands principes, qui ont fait avancer l’humanité. Après de nombreuses luttes, on a aboli l’esclavage, on a retenu le principe que les hommes naissent égaux en droit etc…. En Israël aussi, la déclaration d’indépendance est pleine de beaux principes qui devraient s’imposer aux législateurs et à la société. Or partout, on voit des dirigeants ou des particuliers, qui ne les respectent pas. Notre société a donc besoin d’hommes de femmes, et de juges qui nous obligent à être nous même, d’être les dignes enfants des humanistes qui ont crée nos sociétés, et qui les ont rendues humaines et vivables.

Dire que l’État ou sa police serait raciste par nature, serait d’une part nier une réalité évidente, et d’autre part, légitimer tous les abus considérés alors comme « naturels ». Cela donne un chèque en blanc à tous les terroristes, ennemis de nos libertés qui font le pire au nom des « opprimés ».

Linda Kebbab n’est pas une collabo qui sert d’alibi aux oppresseurs des noirs et des arabes, elle n’est pas l’arabe de service, elle défend nos libertés, notre république contre la délinquance, et le racisme.

Michel Lévy

 

Pour m'écrire c'est ici,
et pour réagir sur Facebook cliquez étoile

Mardi 08 juin 2021

Encore des violences au Proche Orient

La judaïsation de Jérusalem Est, a ulcéré la population du quartier aujourd'hui musulman de Sheikh Jarrah, provoquant des émeutes violentes à Jérusalem, et des affrontement invraissemblables entre des voisins Juifs ou Arabes qui vivaient paisiblement jusqu'à présent dans des villes mixtes comme Lod ou Acco.

Le pays, sans gouvernement s'est laissé surprendre par les milliers de roquettes lancées depuis Gaza. Israël comme d'habitude a gagné la bataille, mais pas la guerre. On rêve à cette heure d'un nouveau gouvernement israélien, ayant l'inspiration nécessaire pour consolider l'unité nationale, et pour trouver le compromis magique qui réunira palestiniens et israéliens autour d'un même projet de développement économique et humain. . .    suite de l'article ici

Pour m'écrire c'est ici,
et pour réagir sur Facebook cliquez étoile