Mivy décoiffe,
car il a été conçu par un chauve !
réagir ou s'abonner : a  
https://www.mivy.fr/

30-déc-23


Pour me suivre ou commenter sur Facebook,
facebook

Minarets en Suisse

Lundi, 22-Mar-2021

Pour réagir, ou s'abonner à la liste de diffusion :


Pour naviguer, cliquez sur le nez

Accueil

Résumé : EditRegion EditRegion6
 

 

7

NPA : le terreau de l’initiative anti-minarets

Une majorité (57,5 %) de citoyennes et citoyens helvétiques ont accepté le 29 novembre une initiative fédérale visant à interdire la construction de minarets. Les cantons de Genève (59,7 % de non), Vaud (53,1 %), Neuchâtel (50,8 %) et Bâle-ville (51,6 %) l’ont refusée. De grandes villes de Suisse-allemande, comme Zurich (63,7 %) ou Berne (56,4 %), ont également dit non. Cette initiative raciste a été soutenue par l’Union démocratique du centre (UDC). Un parti de la droite dure, conservatrice et xénophobe, qui participe au gouvernement fédéral ainsi qu’aux exécutifs cantonaux.

Sous prétexte de combattre un prétendu danger d’islamisation rampante, cela institue une mesure discriminatoire fondée sur l’interdiction d’un édifice religieux qui vise à stigmatiser une « identité étrangère », musulmane, à travers la religion. Pour l’UDC, il s’agit de renforcer la méfiance à l’égard des musulmans, et plus généralement à l’égard de ceux qui ne partageraient pas « les valeurs occidentales ». Un avatar du « choc des civilisations », à la suite du 11 septembre 2001.

Les musulmans représentent 4,5 % de la population en Suisse. Ils sont 400 000, dont environ 10 % revendiquent une pratique religieuse. Les préjugés et les peurs qui ont prévalu n’ont bien entendu strictement rien à voir avec la réalité. Aucun problème sérieux de cohabitation entre les personnes de religion musulmane et le reste de la population ! L’initiative fait du reste ses meilleurs scores dans des cantons où il n’y a quasiment pas d’habitants de confession musulmane (71,4 % en Appenzell ou 68,8 % à Glaris !).

Le « succès » de cette consultation s’explique avant tout par un réflexe de repli sur soi, d’angoisses face à la crise économique et ses conséquences. Le bouc émissaire, c’est l’étranger, et le plus étranger des étrangers, dans les fantasmes identitaires, le musulman.

Quant au terreau politique de cette interdiction de construire des minarets, introduite dans la constitution suisse, c’est une politique migratoire raciste, mise en œuvre depuis des décennies.
J.-M. Dolivo, membre de solidaritéS, est avocat et député au Parlement du canton de Vaud.

PCF Une extrême droite populiste joue sur les peurs et le mensonge

Par : Bureau de presse du PCF Mis en ligne : 30 novembre

Le Parti communiste français exprime sa grande préoccupation après le résultat du référendum « anti-minaret » en Suisse.

En jouant sur les peurs et le mensonge, une extrême droite populiste a réussi à mobiliser une majorité sur des conceptions xénophobes et islamophobes. Ce rejet des valeurs de liberté, d’égalité et de laïcité est un signe grave dans une Europe en crise sociale où le besoin de citoyenneté, de solidarité et de démocratie est profond. Il est urgent pour les démocrates et les progressistes de mettre la promotion de ces valeurs au centre des mobilisations pour une Europe démocratique parce que sociale et solidaire.

Parti communiste français,

Paris, le 30 novembre 2009.

La consultation sur les minarets en Suisse

Le Parti socialiste tient à exprimer sa vive inquiétude, voire notre consternation. Quand un gouvernement laisse les populistes faire campagne sur un tel sujet alors qu’en face les grands partis démocratiques n’apportent pas de réponse à la crise sociale, cette stratégie du bouc émissaire, porte. Il est regrettable de voir que le secrétaire général de l’UMP embraye sur ces positions considérant qu’on avait pas besoin de minarets pour pratiquer l’islam en France. C’est préoccupant alors que dans le cadre du débat sur l’identité nationale, on fait de la question de l’immigré le point à partir duquel on se définit comme Français. Les populations européennes sont sensibles à ces thématiques, dès lors que les gouvernements n’apportent pas d’autre réponse au plan économique et social.
Votation sur les minarets en Suisse, débat sur l’identité nationale en France : l’Europe dérive

Communiqué de presse du 30 novembre 2009

Les verts français partagent l’indignation des Verts suisses devant le résultat de la votation du 29 novembre interdisant la construction de minarets. Personne n’est dupe et nous savons tous que la préoccupation n’est ni architecturale ou urbanistique. Il s’agissait de se prononcer sur l’acceptation du vivre ensemble avec nos différences. Elle vise une communauté bien précise de la même façon que le débat sur l’identité nationale lancée par Eric Besson et soutenue par Sarkozy et tout son gouvernement.

Il est inquiétant de constater que les lobbys islamophobes, xénophobes... touchent de plus en plus de pays européens. Tous les prétextes sont bons : débat sur la burqa, mariage gris, minarets, amalgame entre la sécurité et l’immigration, identité nationale... pour faire peur et nourrir un sentiment de rejet contre certains immigrés ou européens issus de l’immigration venant de pays musulmans. L’Europe s’éloigne chaque jour d’avantage du respect des droits humains et de la liberté de croyance. C’est la cohésion sociale européenne qui est aujourd’hui menacée.
Djamila Sonzogni, Porte-parole

Identité Nationale, à propos du vote suisse sur les minarets

nouveau centre

Minarets : « le débat sur l’identité nationale est le lieu idéal pour évoquer ce sujet»

La votation des citoyens suisses de refuser, ce dimanche 29 novembre, la construction de minarets sur leur territoire a focalisé l’attention des médias lors du point presse hebdomadaire du lundi 30 novembre 2009. L’UMP se veut vigilante face à toute tentative de prosélystisme.

« Vouloir transposer cette situation en France, c’est faire fausse route » , estime Frédéric Lefebvre, le porte-parole de l’UMP, pour qui le « débat sur l’identité nationale était le lieu idéal » pour évoquer ce sujet ». Et qu’il ne fallait pas « avoir peur d’en parler » dans la mesure où il « intéressait » les Français. « A force de ne pas vouloir le faire, les socialistes ont favorisé la poussée de l’extrémisme », commente Frédéric Lefebvre.

Recentrant le propos, le porte-parole de l’UMP remarque que « le débat dans ce pays n’est pas de se prononcer pour ou contre les minarets en France. « Ce serait stupide d’y être hostile alors qu’il existe des minarets dans notre pays. Le problème est plutôt de s’assurer des meilleures conditions possibles d’accueil pour la pratique convenable des croyances ».

La décision d’une telle construction relève de l’urbanisme. « C’est aux responsables des collectivités locales d’apporter les réponses, ce dans le respect des règles mais également des us et coutumes », souligne Frédéric Lefebvre.
Défendant « un modèle à la française », Frédéric Lefebvre se veut cependant vigilant face à toute tentation de prosélytisme. « Le prosélytisme fait partie de toutes les religions et doit s’arrêter

là où il y a des règles. Nous ne laisserons pas faire la provocation. La France s’est construite sur toute une histoire. Et, que je sache, les Français musulmans ne rejettent pas le fait qu’il y ait des clochers en France ».

Communiqué de presse de Roger HOLEINDRE
Président du Cercle National des Combattants

Une fois encore… Une fois de plus, le peuple français vient de subir une avalanche de mensonges et de désinformations systématiques de l’actualité, pour complaire à ceux qui ont la haine farouche de la France et de l’Occident.

Une votation… « référendum » vient d’avoir lieu en Suisse. Ce genre de vote est totalement légal, puisque inscrit dans la constitution suisse. Ses résultats sont incontestables et prennent force de loi. Comment les médias français peuvent-ils se permettre de « caviarder » à ce point les informations et faire en sorte que le vote du peuple suisse devienne un vote extrémiste dû à la « populace » ? Comme si un résultat favorable de 57,5 % des votants, n’était rien !

La désinformation systématique veut que le vote ayant pour trait l’interdiction des minarets, serait une atteinte à la religion musulmane. En Suisse, comme en France, les musulmans ont et auront toujours la possibilité de suivre les préceptes de leur religion, et les lieux de prière ne sont pas interdits.

Comment se fait-il alors, que des gens dont le métier est d’informer, font semblant de ne pas savoir que dans la majorité du monde musulman les croix chrétiennes sont interdites ; que les ambassades étrangères dans ces pays, quand elles désirent une messe de Noël, font venir des prêtres quasi clandestinement ; que sur la planète, dans maints pays, chaque jour, des chrétiens sont massacrés du seul fait qu’ils sont chrétiens ; qu’au moment de la guerre du Golfe, l’extrémisme religieux musulman avait voulu que les croix rouges soient supprimées des ambulances militaires… que les colis de nos soldats soient contrôlés afin qu’ils ne contiennent pas de charcuterie ?

Le vote totalement démocratique du peuple suisse devrait obliger les observateurs étrangers à un peu plus de retenue. Ce sursaut légitime prouve tout simplement que les européens n’oublient pas qu’ils vivent dans des pays d’origine chrétienne et que ce n’est pas à eux de changer leurs coutumes, mais aux nouveaux arrivants, même légaux, de se plier à leurs lois.

Tous nos intellectuels, tous à gauche bien sûr, trouvent normal que l’on mette en cause aujourd’hui le fait que nos campagnes aient leurs églises avec leurs croix et même, d’après certains extrémistes, que nos « bonnes sœurs » circulent avec des voiles. Tout cela est la porte ouverte sur n’importe quoi, et peut-être même sur la guerre civile !

Toutes ces élucubrations et ces falsifications sur un vote légal et démocratique permettent de ne pas parler des derniers évènements qui se sont déroulés en France. A la suite du match Algérie-Egypte… 350 véhicules ont été brûlés, des dizaines de magasins pillés, vandalisés, détruits ! Mieux encore, si l’on peut dire, à Toulouse notre drapeau national qui était à sa place sur le fronton de la mairie a été arraché… brûlé, puis remplacé par le drapeau algérien, en présence de forces de police tétanisées !

Monsieur le Président de la République et tous nos dirigeants feraient bien de se pencher sur ce grave problème, sur ce genre d’insultes que le peuple français ne saurait tolérer encore longtemps.

Tous les gens intelligents et non sectaires de notre pays savent qu’un vote sur le même sujet chez nous donnerait un chiffre identique, voire supérieur ; que les français veulent garder leurs lois, leurs mœurs, leurs coutumes, leurs traditions ; qu’ils sont contre l’immigration invasion, en un mot qu’ils veulent rester Français sur une terre française et que leur non racisme, reconnu par nombre d’étrangers vivant chez eux, ne doit pas devenir une raison de perte d’identité et d’islamisation.

 
EditRegion8

Peintures

Courriers

Humour
EditRegion9 EditRegion10
  EditRegion11 EditRegion12
  EditRegion13 EditRegion15
  EditRegion14 EditRegion16