Mivy décoiffe, car il est fait par un chauve

Journal 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018
Derière mise à jour 11/28/2019
Pour m'écrire, ou pour s'abonner à la liste de diffusion

Le Morbihan en juillet

On ne voit bien qu'avec le coeur, l'essentiel est invisible pour les yeux disait Saint Exupéry, aussi je vous invite à bien voir le Morbihan, vous y verrez même des choses qui n'existent pas.

Cet été particulièrement chaud, nous a poussé vers la Bretagne, comme d'habitude nous nous sommes réveillés à la dernière minute. La plupart des gites de vacances étaient réservés depuis longtemps, nous avons donc été obligé de nous rabattre sur une maison d'aspect magnifique, au fin fond de la campagne à plus d'une heure de l'océan.

Notre fille nous y a rejoint, et nous y avons passé une quinzaine de jours très agréable. Le séjour a été agrémenté par une table à l'ombre pour faire des parties endiablées de Monopoly, alors qu'à Dijon ou à Paris, les malheureux tiraient une langue qu'ils espéraient assez longue pour atteindre le verre de citronade.

Le soir, nous avons pu nous retrouver tous ensemble dans une immense baignoire avec des jets d'eau et des lumières fantasmagoriques et clignotantes... qu'on appelle Jacuzzi.

Le Morbihan, intérieur est très surprenant, c'est très peu peuplé, les villages sont rares, peu ou pas animés, et toute la campagne est parsemée de maison isolées. Le sol est granitique, si bien que parfois on pourrait se croire dans les Vosges, tout est vallonné, mais les plus hauts sommets dépassent péniblement les 200 mètres !
Le sol permet la culture des hortensias bleus. La nature habituellement humide, ainsi que le talent des bretons et leur goût pour le jardinage, fait de cette région isolée un délice pour les yeux.

Les hortensias sont aussi parfois de couleur rose, blanche, ou violette, cela dépend de l'acidité du sol, on m'a dit que pour avoir un beau bleu, il faut mettre sous les racines de l'ardoise pilée.

Le goût des bretons pour les fleurs est impressionnant, le climat aidant, les ruraux soignent leurs maisons et les espaces communs avec amour.

Que ce soit à Melrand, dans un parc public, où on voit des nénuphars, ou à Quistinic sur un menhir se trouve sur propriété privée, le bon goût et l'amour de la nature font de chaque paysage un émerveillement.


Que ce soit à Melrand, dans un parc public, où on voit des nénuphars, ou à Quistinic sur un menhir se trouve sur propriété privée, le bon goût et l'amour de la nature font de chaque paysage un émerveillement.

Le parc du Stérou

C'est au milieu du Morbihan, à Priziac, vous trouverez un grand espace boisé, avec une grande clairière bordée par des menhirs apportés par l'ancien propriétaire. Ici vivent en semi-liberté des daims, et quelques autres animaux, dans un vaste espace clos. Le parc vient de changer de propriétaire, aussi son aménagement reste encore sommaire, toutefois, pour le prix d'entrée, on vous prête un petit véhicule électrique pour vous promener à travers le chemin balisé qui serpente au millieu du domaine, on y voit des étangs, une rivière avec des couleurs magnifiques.

 

Au cours de la promenade, on traverse l'étrange forêt bretonne, on y voit une végétation de montagne, alors que l'altitude n'atteint jamais 300 mètres, c'est le sol granitique et le climat étrange qui nous donne cette végétation, beaucoup d'arbres ont été abattus, soit par l'homme, soit par les tempêtes, et on a laissé les souches pourrir dans nature. Ces souches ont des formes étranges, qui évoquent les fées et les lutins, nous ne sommes pas très loin de la forêt de Brocéliande.

En voici quelques exemples :

Les Deux chiens : à gauche, le gentil, à droite le méchant

Voici Josephine.. prête à vous aider, quand elle était une petite fée, c'est vrai qu'elle n'a jamais été grande.

Voici d'ailleurs son oncle Arthur, vous savez, le cousin du roi... mais vous pouvez aussi y voir un lapin debout sur ses pattes.

En voici un troisième, d'une grande richesse, je vous laisse devenir ce qu'on voir, c'est infini. A quoi servent les peintres abstrait, vu que la nature nous permet d'exercer notre imagination sans eux ?

Le nombre de personnage qu'on peut deviner est impressionnant.

La Côte des mégalites

Au Sud Morbihan, Obélix est passé par là, et dans son immense désordre, il a égaré partout des menhirs et quelques dolmens. En voici deux pris à Erdeven et à Carnac


Si vous êtes observateur, sur ce géant photographié à Carnac, vous verrez plusieurs têtes, j'ai mis en rouge la plus belle, mais vous avez son compagnon juste à côté avec un très large sourire. En regardant bien vous verrez que l'ensemble du menhir ressemble à la la tête de Vercingétorix, et j'en vois encore bien d'autres... combien en comptez-vous ? Voyez-vous le moustachu qui a une jolie fille dans la tête ?

Les petits trésors bien cachés

Le plus grand plaisir, quand il fait beau, est de s'attabler, si possible en terrasse dans un petit restaurant, où on trouve des salades et des galettes, parfois la surprise est grande, car à l'intérieur, on peut voir exposer les oeuvres de peintres de grand talent, qui comme moi ont été séduits par le Morbihan, et qui ont décidé de s'y installer.

Ici, à Melrand, j'ai admiré les oeuvres de Marie Godest, qui présente, «saveur et douceurs». Cette dame aux inspirations multiples, se plait au début du XX ième siècle, dans les années, folles... parfois on devine même un clin d'oeil à Klimt


Le tableau suivant est très curieux, fait de peinture, et de dentelles, le personnage dépasse du cadre, et l'effet est très réussi

Poul Fetan

Que faire d'un village de chaumières ? on en a fait un musée de la vie rurale vivant, où des artisans et comédiens pratiquent les métiers anciens. Ils racontent souvent avec humour la vie d'autrefois. La fileuse de lin, nous a expliqué, en joignant le geste à la parole, qu'avec le fil tissé au rouet, on faisait un tissus très rêche. Avec le tissus qui gratte, on faisait une belle chemise pour les enfants de la maison. On lavait le linge deux fois par ans, parfois trois, et bout d'un certain nombre de lavage, les fibres grattantes et chatouillantes avaient disparues, alors, le papa reprenait la chemise de ses enfants pour son usage personnel.


On voit un tourneur sur bois, qui travaille avec un petit outil ancien, qui ne lui permet pas de faire des objets plus grands que des cuillères à miel, et la comédienne hors pair, qui ici nous explique comment on fait le beurre, elle se fait aider par de jeunes spectateurs, qui ont eu le droit de partir avec une demie livre de beurre tout frais, sous l'oeil jaloux des autres spectateurs.

Le pays de Vénus

La Vénus de Quinipily est une statue gallo-romaine, édifiée sur le site de Gastennec, déplacée plusieurs fois. De bons chrétiens ont tenté de noyer cette infâme idôle, mais des libertins ont osé la sauver... Pierre de Lanion, seigneur de Quinipily près de Baud, l'installe dans le jardin de son château, au-devant une fontaine aussi sèche que les caisses publiques, et aujourd'hui on peut lui rendre visite, et le prix modeste de l'entrée finance le magnifique jardin qui à lui seul mérite le détour.

Et c'est en s'inspirant de cette déesse, que Christophe Milcent, "Le maître du fer", a réalisé une statue géante de cinq mètres de haut, au bord du Blavet, un fleuve côtier majestueux grâce aux barrages en aval.

La statue est en fer imputrescible, protégé par une rouille qui n'altère pas le métal, vous la voyez de dos, elle est très belle, alors imaginez là devant vous ! ! je ne la vous montre pas par devant, je suis trop pudique, et surtout le soir elle ne montre que son dos à la lumière. .

C'est à ses pieds que nous avons vu le feu d'artifice du 14 juillet, c'était à Saint Nicolas des Eaux.

Au fait, en Bretagne, y-a-t-il aussi la mer ?

Je vais vous surprendre, mais effectivement, l'océan borde la Bretagne, et le Morbihan a une côte magnifique, ou de belles plages voisinent des côtes rocheuses, on trouve des stations mondaines où les touristes s'agglutinent, et du sable où quelques familles profitent du soleil, de la mer et des paysages. .

Alors, elle est pas belle la Bretagne ? ? j'y étais allé pour voir des chapeaux ronds, et j'en ai vu le dernier jour, dans une crèperie à Erdeven ! !

Les galettes sont sublimes, les fleurs sont partout, et les paysages vous surpennent à tout moment. Il a fait beau, en juillet, pas trop chaud, et je me demande encore pourquoi les autres ne sont pas partis en Bretagne ! !

Michel Lévy