facebook
Mivy décoiffe,
car il a été
conçu par un chauve !

m'écrire : a  
adresse : http://www.mivy.fr/


Journal 2014
Jeudi, 08-Sep-2016
Pour réagir, ou s'abonner à la liste de diffusion :


Pour naviguer, cliquez sur le nez
historique => journal 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016... 
Facebookfacebook
a

mardi 30 décembre 2014
aleph

Le corps et l'âme sont liés pour la vie

Seule la mort peut séparer le corps et l'âme, ils sont solidaires en tout, et celui qui négligerait l'un ou l'autre serait considéré comme un mort vivant. Maïmonide soignait le corps et l'âme, pourtant certaines personnes maltraitent leur corps au nom de la thora, d'autres considèrent le corps d'une femme comme de l'impureté, n'est-ce pas incompatible avec le judaïsme ? voici quelques questions posées lors de notre cercle d'étude dont j'ai le plaisir de vous livrer ici un apperçu...

haut

Pour réagir, cliquez ici ici>étoile

mardi 23 décembre 2014

Don Quichotte fait la guerre au terrorisme

Le terrorisme a été défini par l'ONU ainsi : «Toute action […] qui a pour intention de causer la mort ou de graves blessures corporelles à des civils ou à des non-combattants, lorsque le but d'un tel acte est, de par sa nature ou son contexte, d'intimider une population, ou de forcer un gouvernement ou une organisation internationale à prendre une quelconque mesure ou à s'en abstenir »

Cette définition condamne les moyens utilisés et non les buts poursuivis, et c'est une erreur cardinale, car les organisations et les états les plus pernicieux créent des goupes ad-hoc pour comettre les actes terroristes qu'ils souhaitent, et ne sont jamais juridiquement attaquables.

Pour suivre la suite... cliquez ici

 

 

dimanche 14 décembre 2014

Un beau voyage en Israël

Quatre articles, plein de photos, et aussi des réflexions sur les malheurs de la francophonie, sur le rôle ambiguë des rabbins qui mettent le feu au poudre sur le mont du temple, et sur un pays attachant et varié

Pour lire l'article : Cliquez ici

Pour réagir, cliquez ici ici>étoile
Dimanche
22 novembre 2014
a

 

La France aura 15 régions

Il faut faire des économies, et la France, qui fut le pays le plus peuplé d'Europe, conserve une structure administrative héritée de son histoire, plus de 36000 communes, 97 départements, 22 régions, des syndicats intercommunaux, des conseils d'agglomérations, des métropoles etc... les structures se superposent, et on a du mal à savoir qui fait quoi. On a parlé de mille feuille administratif, certains projets supposent l'agrément du maire, du président de l'agglomération, du département, de la région etc...

Le nombre de fonctionnaires rattachés à des collectivités locales augmentent au fur et à mesure que les fonctionnaires d'État baissent, si bien que la dépense publique salariale ne peut pas fléchir.
Fin 2012, il y avait 5 400 000 agents publics, dont 2 millions, dans les collectivités territoriales. L'évolution des effectifs est contrastée, pour 2012, nous avons eu - 1,1 % dans la fonction publique d'État (- 25 500 emplois ), + 0,7 % dans l'hospitalière et + 1,7 % dans la territoriale. Depuis 1998 le nombre de fonctionnaires territoriaux a augmenté de 44 %.

Les contraintes budgétaires imposées par l'Union Européenne font que la charFrance est poussée bon gré mal gré à faire des réformes parfois douloureuses, l'État s'est déjà débarrassé de nombreux emplois et les réservoirs se tarissent, l'armée a tout donné, l'éducation n'en peut plus, les autres ministères ne peuvent maigrir sans renoncer à leurs missions, les hôpitaux sont en sous effectif, alors il reste la fonction publique territoriale qui présente une santé affolante, dans un monde fou, où les médecins de Molière tiennent à faire des saignées dans une économie anémiée.

Dans un premier temps, on a parlé de supprimer les départements, et ce n'est pas si simple, un référendum en Alsace avait prévu de fusionner le Haut Rhin et le Bas Rhin, les électeurs concernés ont massivement refusé. Les départements les plus faibles, ceux qui seraient appelé à disparaître, sont les plus appréciés par leurs administrés, car ils sont isolés, et restent malgré tout les seuls défenseurs des sans voix.
Qui défendra Lure et Vesoul si la Haute Saône venait à disparaître ? et surtout, combien de politiciens influents perdront responsabilités et revenus ?

Devant une telle levée de bouclier, le gouvernement a reculé, et a repporté la disparition des départements à la prochaine législature, au prochain président en garantissant la survie des départements ruraux... autrement dit rendez vous aux calendes grecques !

Il fallait trouver autre chose, alors on a décidé de fusionner des régions, si
cela n'a pas trop posé de problèmes pour la Bourgogne-Franche Comté, ou pour la Normandie, les premiers découpages ont fait hurler, on a calmé le jeu en laissant intact le Centre et le pays de Loire, en rattachant la Picardie au Nord, et on a promis la capitale régionale à Strasbourg, car les Alsaciens très proches du Pays de Bade et du Canton de Bâle, ne se voyaient pas dans la même région que la Champagne. N'ayant aucune carotte compensatoire à offrir, on a pas osé fusionner la Corse avec Provence Côte d'Azur.
Reste le mécontentement des gens du Languedoc, Montpellier n'a aucune envie de dépendre de Toulouse, et ceux de Poitiers ou de Limoges ont bien peur d'être oubliés dans le désert français, si cher à nos technocrates pour qui hors des grandes métropoles, point de salut.

Cette réforme n'est que la première, pourquoi Troyes serait-elle dans la même région que Strasbourg ? pourquoi pas de Poitiers, de Lyon ou de Caen ? Essayez donc de relier les deux villes en transport en commun ! le mieux est de passer par Paris, au bas mot cinq heures de voyage. Comment ose-t-on affirmer qu'une ville du grand bassin parisien est dans la "région" d'une métropole rhénane ?

On veut peut-être faire des régions française de la taille de la Bavière... peut-être mais est-ce possible en oubliant l'histoire, la géographie et l'humain ?
Quand j'étais étudiant, je m'étais déjà insurgé contre un professeur d'économie, qui nous expliquait que le but de l'économie était d'effacer la géographie pour optimiser le profit, ce mépris des réalités humaine continue à favoriser le déclin de nos régions, et l'effacement de la France.

Lire la revue de Presse ici

haut

Pour réagir, cliquez ici ici>étoile

 

lundi
5 octobre 2014


Au secours du jambon persillé

Le jambon persillé est une spécialité dijonnaise, et Dijon, capitale gastronomique en est très fière. C'est sûrement excellent et j'attend la bénédiction du Beith Dine pour le vérifier.
Cette spécialité est menacée, des têtes d'oeuf de la commission de Bruxelles veulent interdire l'usage du persil frais pour le remplacer par du persil en poudre.

L'accumulation des normes sanitaires rend notre nourriture de plus en plus saine et insipide. On ne vend plus que du "Pickel fleish" sans un gramme de graisse, de fabrication industrielle. On assiste à la fermeture de la plupart des charcuteries, celles qui rendaient colorées et odorantes les rues de mon enfance.

La disparition de la profession est due à la désaffection de la clientèle jeune, habituée à une nourriture sans goût ni saveur, à des normes de fabrication de plus en plus contraignantes, et à la difficulté de trouver de la main d'oeuvre assez courageuse pour se lever très tôt le matin, et d'accepter le salaire qu'un petit artisan peut proposer, et surtout à la concentration de la distribution dans des supermarchés. Les «poujadistes» ajoutent à cause des taxes, mais ils n'ont rien compris, il faut leur pardonner.

Heureusement, il reste à Strasbourg, une dernière grande charcuterie, qui est passé au stade semi industriel, et qui conserve comme elle peut, la tradition de la charcuterie cacher d'Alsace.

 

haut

Pour réagir, cliquez ici ici>étoile

 

mercredi
18 septembre 2014


Les mariages «mixtes» en Israël

Mahmoud et Moral est un couple d'amoureux, Mahmoud est un jeune arabe israéliens de 26 ans, et Moral une jeune juive. Ils ont annoncé leur mariage sur Facebook, après cinq ans de vie commune. Moral s'est convertie à l'islam, et ils habitent dans une rue de Jaffa, ou la moitié des habitants sont juifs, et l'autre moitié arabe.

a

L'association Lehava, dont le but est de « Prévenir l’assimilation en Terre sainte » a diffusé le carton d'invitation, et a appelé des milliers de personnes à manifester contre ce mariage. Le jeune marié a demandé l'interdiction de la manifestation, mais le juge l'a débouté, la manifestation sera autorisée à condition qu'elle se tienne à plus de 200 mètres de la fête.

Yad Leahim est liée à Lehava, Yad Leahim milite contre ceux qui veulent sauver les juifs malgré eux, en les convertissant à l'islam ou au christianisme.
Elle se scandalise à l'idée d'une loi qui pourrait permettre à des non juifs d'adopter des juifs, et trouve normal que des juifs adoptent des enfants nés chrétiens ou musulmans.
Yad Leahim publie des récits sur d'innocentes jeunes filles juives, séduites par des arabes pervers, et maltraitées au fond de mystérieux villages arabes, en appelant au secours. Ils envoient même des commandos pour les récupérer.
Des militants de cette organisation se promènent sur les plage de Tel Aviv pour pour chasser les dragueurs arabes qui oseraient s'approcher de pures filles d'Israël.
Cela sent fort le racisme,Yad Leahim oublient de dire qu'il y a aussi des maris juif violents et pervers et des musulmans aimant.
Ces actions sont des atteintes évidentes à la liberté individuelle, leurs commmandos évoquent la police des moeurs qu'on trouve en Iran.
Dans cas du mariage de Mahmoud et Moral, Jaffa n'est pas un village mystérieux au fond de la bande de Gaza, en cas de difficulté, une jeune femme malheureuse est protégée au même titre que si elle s'était mariée avec un juif. Le prétexte de protéger les vièrges d'Israël ne tient pas.

Tout cela sent fort le racisme, même si le mot est impropre. Il n'est jamais question de race, mais de religion. Un arabe pur sang converti au judaïsme sera accepté en tant que juif.

A quelques mètres de militants de Lehava, des militants de gauche ont organisé une contre manifestation, pour féliciter les jeunes mariés, et des personnalités de premier plan, dont le nouveau président de la République, Ruby Riveline ont souhaité beaucoup de bonheur aux jeunes mariés.

Lorsque qu'on a crée l'État d'Israël, ses premiers dirigeants ont confié aux religieux la responsabilité de l'État civil, ainsi on ne peut se marier que devant un rabbin, un imam, ou un prêtre.
Si une jeune fille juive tombait amoureuse d'un arabe et souhaitait se marier, elle pourrait le faire à l'étranger, si non, il faudrait qu'elle ou son fiancé change de religion.
Pour devenir chrétien ou musulman, pas de problème, c'est très rapide et sans frais.
Par contre pour devenir juif, excusez l'expression, c'est la croix et la bannière. Les rabbins exigent que le nouvel entrant souhaite respecter les 613 commandements, or ceux qui veulent faire partie de la majorité religieuse, n'ont pas nécessairement la foi, ni envie de pratiquer une religion aussi complèxe.

Les rabbins poussent donc, les couples mixtes à choisir l'islam ou la chrétienté.
Les mêmes s'offusquent devant les résultats de leur stratégie. Ils se plaignent du risque
« d'assimilation», preuve d'une ignorance des lois sociologiques, ce sont toujours les minorités qui s'assimilent à la majorité. Les gens préfèrent être comme tout le monde. Si cela n'est pas le cas en Israël, c'est suite à l'attitude des rabbins qui appliquent des règles conçues en diaspora pour la diaspora.

Certaines personnes militent avec force pour l'instauration d'un véritable mariage civil, comme il existe dans tous les pays occidentaux, d'autres pour un changement radical d'attitude du rabbinat afin qu'il facilite les conversions au judaïsme, et c'est l'attitude du Rabbin Amsellem, député atypique de la Knesset, président fondateur du mouvemenet Am Chalem, peuple complet.
Haïm Amsellem s'est préoccupé des russes arrivés en Israël pour se sauver d'URSS, beaucoup ne sont pas juifs selon la loi juive, et n'ont aucune envie de pratiquer la religion. Pourtant, ils font l'armée, se comportent en bons citoyens et n'adhérent à aucune église. Que faut-il en faire ? ils sont des centaines de milliers, il faudra bien un jour ou l'autre régulariser leur situation, et bon gré mal gré, le rabbinat devra nécessairement évoluer.

haut

Pour réagir, cliquez ici ici>étoile

 

lundi
14 septembre 2014


 

Qui a une dentcontre François Hollande ?

 ➔ Les présidents de la République, comme les rois, représentent l'État, donc tout le monde, et le peuple aime s'identifier à eux. Qu'ils soient hommes ou femme, sur la photo, ils sont entourés par une famille heureuse et souriante. On sait bien sûr qu'il existe des scènes de ménages derrière l'écran, la famille royale d'Angleterre a été très secouée, et nos derniers présidents Giscard d'Estaing, Mitterrand, ou Chirac n'ont pas toujours été des modèles de vertus. Sarkozy fut le premier président à divorcer en plein exercice de ses fonctions.

 ➔ On appelle Première Dame de France, la femme du Président. Toutes ont fait honneur à leur fonction, si Danièle Mitterrand a pris rapidement de grandes libertés avec son Président de mari, elle a mené une vie de militante sans reproche, et loin du pouvoir, elle a mérité l'estime de la plupart des français. Les autres ont accompagné avec classe le Président, on se souvient de la collection de pièces jaunes données à la fondation de Bernadette Chirac. On a critiqué cette opération sur le tard, en pensant que plusieurs personnes s'étaient enrichies dans cette opération, mais l'affaire a éclaté après la fin de la présidence Chirac. Le couple est resté uni.

Nicolas Sarkozy a divorcé en plein mandat de Cécilia, pour se remarier avec Carla Bruni, une chanteuse. Son ex, a refait sa vie avec un homme d'affaires d'origine judéo-marocaine, elle a publié un livre, qui a eu un certain succès, mais n'a rien déballé de sulfureux. Quant à Carla Bruni, à la surprise générale, elle a très bien tenu son rôle, présente, discrète, distinguée, ambassadrice du bon goût français.

Par contre le président normal n'a pas ces qualités. Lui francois qui a fait passer le mariage pour tous, n'avait pas jugé bon de se marier. Valérie Trierweiler , dès l'élection de son homme a pesé sur des nominations, et a fâché pas mal de monde en jouant un rôle d'élu, alors qu'elle n'était choisie que par un homme. François Hollande s'est fait photographier à son insu, par Closer, un journal à scandale, alors qu'à scooter, il s'était enfui de l'Elysée pour se rendre chez Julie Gayet, une comédienne de talent, militante socialiste. Valérie, n'a pas apprécié, et ce fut la rupture. Elle en a fait une déprime, a été hospitalisée et s'est murée dans un profond silence en méditant sa revanche.

Valérie répudiée, François Hollande a pu tranquillement nourrir son impopularité en abaissant le niveau de vie des français les uns après les autres : fonctionnaires, retraités, contribuables, pharmaciens etc... Grâce à la réduction des dépenses publiques, les grands travaux sont ralentis, et les entreprises ont moins de commandes. Le chômage n'a jamais été aussi élevé.
On lui a assuré que les difficultés économiques des ménages et des entreprises entraîneront un regain de consommation, donc des recettes fiscales supplémentaires. Les médecins de Molière sévissent toujours. Plus personne ne croit que François Hollande mène une politique de gauche.

zpop

Coup de tonnerre, sans crier gare, Valérie Trierweiler a publié un livre racontant par le menu ses relations avec son ex compagnon. "Merci pour ce moment" . Un succès d'édition remarquable, 200 000 exemplaires vendus en un temps record, 270 000 en réimpression immédiate ! une nouvelle réédition, elle a battu le prix Goncour !
De cet ouvrage, la presse a retenu que François Hollande se serait moqué dentdes pauvres en les appelants des "sans dent". Le président a réagit en affirmant "C'est un mensonge qui me blesse", mais pour ma part je n'y vois aucun mal. Les pauvres comme des gens sans dents, ont envie de manger comme les autres mais faute de moyens sont dans l'incapacité de le faire. En outre, ils n'ont pas les moyens d'entretenir leurs dents, et on les distingue des riches, par des trous dans leurs mâchoires.
Les pauvres sont effectivement souvent des sans dents, et j'aurais tellement aimé qu'un président socialiste mette en place quelque chose pour leur en donner ! !

 

haut

Pour réagir, cliquez ici ici>étoile

mardi
2 septembre 2014


 

La bataille de Gaza est finie

 ➔ Pendant plus d'un mois, le Hamas et le Djihad islamique ont lancé tout ce qu'ils ont pu comme missiles sur Israël, en prouvant leurs progrès technologiques. Les fusées les plus sophistiquées venaient d'Iran, et certains tirs ont atteint le Carmel, et la Cijordanie au delà de Jérusalem. Le Hamas avait aussi fabriqué sur place des armes, montrant une progression remarquable de son savoir faire. Toutefois, l'organisation islamique qui avait prévu des réseaux souterrains pour acheminer armes et soldats, n'avait rien prévu pour protéger sa population. L'aviation militaire, les tirs de la marine, et les combats ont fait d'énormes ravages dans la ville. On a dénombré, selon les sources palestiniennes plus de 2150 victimes, et parmi elles un très grand nombre de civils. En se fiant sur la pyramide des âges, on peut penser que la moitié environ étaient des militaires, mais selon le Hamas, on dénombrait plus de 80 % civils. A la fin de la guerre Israël a bombardé un immeuble de 14 étages, et cela a provoqué une double détonnation, la première quand les bombes sont tombées, la seconde quand le dépot de missiles qui étaient caché dans les caves a explosé. Israël avait prévenu, et il n'y a pas eu de victimes.

Après avoir pilonné les endroits stratégiques du Hamas, Israël a été contraint de lancer une opérations terrestre, qui lui a été coûteuse en hommes, soixante six soldats sont morts dans les tunnels. La population israélienne a eu des sueurs froides à retardement devant le danger auquel elle a échappé, le Hamas avait construit tout un réseau de tunnels très denses, très bien construits, ils pouvaient conduire des dizaines de commandos simultanément loin à l'intérieur d'Israël pour mener des attaques contre des objectifs civils ou militaires. Israël a appelé son opération ; "Roc inébranlable" en hébreu : מִבְצָע צוּק אֵיתָן, Mivtza' Tzuk Eitan, littéralement « Opération Roc inébranlable » .

Le 26 août 2014, le Hamas accepte enfin un cessez le feu illimité, le même qu'il avait refusé plusieurs fois auparavant, les gains sont maigres pour les deux belligérants. Israël s'engage à doubler la zone de pêche, a augmenter le nombre de points de passage, à laisser passer le nécessaire et le Hamas à ne plus tirer sur son voisin. On a envie de dire tout ça pour ça ! ! Cette trêve a été fêtée à Gaza où les leaders du Hamas, ne craignant plus d'être visés par l'aviation israélienne, ont repris leurs discours habituels triomphalistes. Ils annoncent de prochaines batailles décisives, et les israéliens, s'ils sont contents de voir la fin des hostilités sont très amères, Le Hamas a accepté la trêve car il croulait sous les bombes et la population n'en pouvait plus, mais rien n'annonce la paix, et si rien ne change, dans deux ou trois ans, il faudra recommencer

Des négociations doivent s'ouvrir dans le mois pour trouver les termes d'un accord plus prometteur, mais les choses s'annoncent mal, au lieu de profiter de l'affaiblissement du Hamas pour se montrer généreux avec l'Autorité Palestinienne et séduire les palestiniens qui aspirent à la paix, Netanyahu s'accapare de nouvelles terres palestinienne «En représailles pour l'assassinat des trois jeunes» maigre prétexte pour un vol qualifié.
Les mauvaises langues disaient déjà dès le début des hostilités que Netanyahu ne chercherait pas à déstabiliser le Hamas, mais à l'affaiblir pour lui retirer l'envie de s'attaquer à Israël. En maintenant les palestiniens divisés, il pourrait brandir l' extrémisme du Hamas et mieux faire avaler sa politique rampante d'annexion des territoires de Judée Samarie. 

Côté arabe ce n'est pas mieux, l'autorité palestinienne annonce marcher la main dans la main avec le Hamas, qui lui même affirme par la bouche de M Zahar :

« L'une des exigences des négociateurs palestiniens était la réouverture de l'aéroport de Gaza et la possibilité de réutiliser le port maritime. Ces points épineux "devront être discutés durant les négociations" prévues sous un mois, selon la proposition du médiateur égyptien...
  
Il a ensuite assuré que se poursuivrait à Gaza "l'armement et le développement des capacités de la résistance". "L'avenir est à nous, pas à l'occupant" israélien, a encore lancé M. Zahar, promettant de "reconstruire toutes les maisons" détruites durant la guerre.
   
"Nous voulons renforcer notre union avec le Jihad islamique et tous les mouvements de la résistance pour libérer toute la Palestine", a encore ajouté M. Zahar, alors que pour la première fois pour ces négociations indirectes avec les Israéliens, les Palestiniens ont envoyé au Caire une délégation représentant le Hamas, le Jihad islamique et l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) qui chapeaute l'Autorité palestinienne.

   

Devant les interrogations de l'opinion, qui se demande pourquoi Nethanyahu a signé avant l'effondrement du Hamas, il évoque d'une part les problèmes budgétaires : la guerre coûte cher et imposera des coupes budgétaires, et surtout l'évolution inquiètante des rapports de force en Syrie et en Irak. Les armées islamistes ont atteint la frontière israélo-syrienne, les troupes du Président Assad sont en difficultés, et les démocrates syriens, ont de plus en plus de mal à exister militairement.
Les mauvaises langues, elles, disaient bien avant la guerre que que Nethayahu préfèrerait maintenir un Hamas faible mais vivant, afin de compliquer la tâche de l'autorité Palestinienne, et de trouver des prétextes pour refuser la création d'un état palestinien. Mais ce sont de mauvaises langues.
Peut-être aussi, que l'opération s'est arrêtée, par ce qu'on a pas trouvé de leadership crédible à Gaza pour diriger le territoire; sans le Hamas, on risquerait d'avoir une situation à la Somalienne, une anarchie encore plus dangereuse.

haut

Pour réagir, cliquez ici ici>étoile

 

lundi
18 Août 2014


Un voyage plein d'émotion en Tchéquie

 ➔ Je me suis acheté une nouvelle voiture quasiment neuve, une occasion de 24 km ! une immense Renault scenic blanche, alors pour l'inaugurer, mon épouse et moi sommes parti à travers l'Allemagne jusqu'en République Tchèque, où nous avons rencontré les fantômes de l'empire Austro-Hongrois, du Yiddishland, et vu un pays en pleine mutation.

 ➔ Nous avons ramené des foules de photos, avec le numérique, cela ne coûte plus rien, sauf à l'arrivée, où il faut faire le tri, qui donc aurait envie de regarder des centaines de photos dont certaines sont en double, voir en triple ? Toutefois notre voyage a été si riche en découvertes et en émotions que je n'ai pu résister à l'envie de vous le faire partager. Ce sont trois articles qui ont été nécessaires pour vous faire vivre une petite partie de nos aventures et de nos émerveillements.
Pour lire tout cela et rêver avec nous, cliquez ici

haut

Pour réagir, cliquez ici ici>étoile
lundi
13 juillet 2014
bagarres

Et une guerre de plus à Gaza ! ! Une ! !

 ➔ Les événements se précipitent, trois étudiants de Yeshiva ont été enlevés, puis après quelques jours de recherche qui distillaient l'espoir, on a retrouvé leurs cadavres. L'opinion israélienne a été choquée, et partout des manifestations de solidarité avec les victimes ont eu lieu. Chaque israélien s'est senti de la famille des victimes, et a pensé qu'une telle douleur aurait pu lui arriver. Les autorités ont déployé des efforts immense pour identifier les coupables, et rapidement, ils ont eu la conviction qu'ils appartenaient à un clan de Hébron, la famille  Qawasmeh réputée proche du Hamas. L'armée et la police ont ratissé toute la région, et procédé à des centaines d'arrestations, en choisissant de préférence des sympathisants du Hamas dont beaucoup avaient été libérés en échange de Guilad Shalit. Ces interpellations ont mis en colère le Hamas qui a redoublé ses lancements de roquette sur le Sud d'Israël.

Quelques jours plus tard, on retrouvait le corps calciné Muhamed Hussein Abou Khudair, un jeune arabe de Jérusalem âgé de 16 ans. L'émotion a été très forte dès le début, les autorités israéliennes ont annoncés que les coupables seraient recherchés et punis, et le chef de la police a déclaré qu'il y avait deux pistes :
- Un crime israélien, des gens auraient voulu tuer un adolescent arabe au hasard pour venger les trois adolescents juifs
- Un crime «d'honneur» selon certaines sources, le jeune aurait été homosexuel, et sa famille, connue en mal des services de police, aurait déjà cherché à l'enlever plusieurs fois.
En France, les médias se sont bien gardé de parler de cette seconde hypothèse.

La police a mis une semaine pour arrêter cinq israéliens de Beith Shemesh, accusés d'avoir tué Muhamed pour venger les trois ados juifs. Ce fut la consternation dans tout le pays. L'autopsie devait confirmer l'horreur, le jeune Muhamed avait été brûlé vivant, on a trouvé des cendres dans ses poumons. Trois accusés ont avoué lors de la reconstitution judiciaire, les autres ont été mis hors de cause. Ils étaient des supporters du Betar Jérusalem, une équipe de foot, réputée d'extrême droite, et n'appartenaient à aucune organisation structurée. Le premier ministre, le président de la République, et toutes les autorités ont condamné, et ont traité ces criminels de «terroristes», ils ont demandé à la justice de leur appliquer la même loi que celle qui est en vigueur contre les «terroristes» arabes. La famille de la victime milite pour une Palestine indépendante, et si elle a accepté de recevoir dans sa tente de deuil des centaines de juifs israéliens venus présenter leurs condoléances, elle a refusé l'entrée à Shimon Perez, président de la République, et aux représentants de Benjamin Nethayahu.

Ces événements ont ravivé les tensions. L'échec des pourparlés israélo-palestiniens, et l'absence de perspective de paix a poussé les palestiniens dans les bras du Hamas. Pourtant, le mouvemente islamiste est isolé sur la scène internationale et se trouve au bord de la faillite. Il s'était fâché avec l'Iran en soutenant les frères musulmans, et perdu ses appuis égyptiens depuis leur écrasement par le Général Sissi. N'ayant plus de ressources, le Hamas aurait préféré une fuite en avant pour attirer à lui subsides et sympathies. Le Hamas a déclenché l'offensive, en bombardant assidument Israël;

Nethanyahu ne pouvait plus laisser faire, son opinion de l'aurait pas admis. il à engagé l'aviation. Dès lors les missiles pleuvent sur Israël, ils atteignent cette fois Jérusalem, Tel Aviv et la banlieue de Haïfa. Grâce à son avance technologique, Israël réussit à les intercepter en vol chaque fois qu'ils se montrent dangereux pour les habitants, si bien qu'il à réussit à ce jour à ne déplorer aucun mort. C'est un miracle ! !
Israël bombarde des objectifs à Gaza, dépôts d'armes, tunnels, maisons des responsables du Hamas... comme d'habitude les dirigeants se cachent, et des civils meurent, déjà plus de cent cinquante morts. Il n'y a pas de miracle.
Les dirigeants de Gaza demandent aux population de servir de boucliers humains, ainsi ils protègent les infrastructures, et en cas de malheur, les photos de leurs cadavres alimenteront la propagande. Israël prévient, mais à quoi bon ? des innocents meurent.
Si la réaction israélienne a été comprise à l'origine par François Hollande et Angela Merkel, au fur et à mesure où elle se prolonge, et que la liste des morts s'allonge, Israël reprend sa casquette habituelle d'accusé, le déséquilibre des victimes ne joue pas en sa faveur, et les ignominies antisémites pullulent sur la toile.
On ne sait pas pourquoi le Hamas a déclenché cette offensive, Jacques Benillouche a émis l'hypothèse que ce serait à la demande de l'Iran pour tester le système défensif israélien avant une attaque en règle. Si tel était la vérité, le test est concluant, et l'Iran devrait hésiter avant de se lancer dans une aventure.

La population Gazaoui sous les bombes tente de fuir en Égypte, qui ouvre avec précaution sa frontière, le Général Sissi aimerait que l'autorité Palestinienne retourne à Gaza... et Israël aussi ! ! et tout le monde voudrait que les 40 000 soldats israéliens qui n'attendent qu'un ordre pour entrer dans le territoire islamique, suffisent pour impressionner les dirigeants du Hamas, que tout le monde rentre à la maison, et que les populations cessent de souffrir des fous qui aiment tellement la guerre.

Qu'est-il de plus précieux que la vie ?

Lire : réactions sur Facebook
https://www.facebook.com/midith/posts/10203338443634857

Lire revue de presse

haut

Pour réagir, cliquez iciétoile
Dimanche
7 juillet 2014


L'assemblée générale du Consistoire a élu un nouveau Grand Rabbin de France

Le Consistoire Central – Union des Communautés Juives de France - couvre un réseau de plus de 500 synagogues et oratoires à travers l’Hexagone et les DOM-TOM. Il est la principale organisation religieuse du judaïsme français, crée par Napoléon, son Grand Rabbin est le Grand Rabbin de France.

A côté, d'autres communautés de plus en plus nombreuses ne se placent pas sous son autorité. Parmi elles certaines sont de stricte observance, comme les communautés Loubavitchs, ou Harédis d'autres sont partisans d'une lecture plus moderne du judaïsme, comme le mouvement Massorti (proche des conservatives américains), les divers tendances du judaïsme libéral. (ULIF, MJLF, CJL)

J'ai eu la chance de représenter Dijon à l'assemblée générale du consistoire central.

Joël Mergui est un ambitieux, président du Consistoire de Paris, il a réussit à se faire élire président du consistoire de France, et fort de sa double casquette a pu présider l'assemblée. Son discours a été très pessimiste pour l'avenir de notre communauté.
"L' Alya est devenu un phénomène important" précise-t-il On ne peut pas réfléchir à l'avenir sans en avoir conscience, ce sont des rabbins et des militants qui ne seront plus à nos côtés. « Il faut organiser la décroissance de nos communautés» Plus personne ne viendra en France pour nous renforcer.

Le consistoire devra donc chercher à remplacer ceux qui partent, et simplifier ses structures, dans ce sens le regroupement des consistoire de Paris et de France sera une source d'économie; Il faut préciser qu'aujourd'hui probablement plus de 60 % de la communauté juive française vit en Ile de France.
Sans surprise, les menaces pesant sur notre communauté ont été évoquées : intolérance vis à vis de rites fondamentaux comme la viande cachère ou la circoncision, risque d'antisémitisme, et aussi problèmes financiers, les grandes communautés se faisant tirer l'oreille pour verser leur écot au consistoire central.

Le clou de la journée a été l'élection du Grand Rabbin de France, et le nombre de candidats parti de dix, s'était réduit à six, qui tous ont été invités à présenter leur programme.

  • Deux candidats ont été éliminés de suite, avec 4 voix chacune, le Rabbin Malka qui avait préféré être présent à un mariage et n'avait pas été représenté, et le Rabbin David Shoushana, rabbin de Charenton le Pont, qui habillé en "loubavitch", avait un aspect beaucoup trop typé pour plaire, et malheureusement, il a trop parlé de lui et pas assez de son projet
  • Deux autres candidats étaient à la tête de très importantes communautés : Sarcelles, et Créteil. Créteil est la ville de France où le poids démographique de la communauté juive est le plus fort.
    Il s'agissait du rabbin Laurent Berros (41 voix) de Sarcelles, et Alain Senior (32 voix) de Créteil.
    Tout deux s'étaient distingués par une campagne électorale particulièrement active, où tout leur programme était annoncé. Fiers de la réussite de leur communauté ils s'engageaient à dynamiser la France
Les rabbins Senior (à gauche) et Berros (à droite)
  • Enfin, deux autres candidats ont porté leur discours sur les enjeux nationaux : la place de notre communauté dans la société française et vis à vis des pouvoirs publics, le rôle de la femme, la réaction face aux menaces qui pèsent sur le judaïsme français, et ils ont été préféré par l'assemblé, le rabbin Olivier Kaufmann, directeur de l'école rabbinique qui a obtenu 97 voix, et Haïm Korsia aumônier de l'armée de l'air avec 131 voix a été élu le nouveau Grand Rabbin de France.

    Ces deux candidats ont fait preuve d'une grande ouverture d'esprit qui m'a réjouit, et j'ai été rassuré de comprendre que la formation des rabbins étaient confiés à une personnalité comme Olivier Kaufmann.
    Le nouvel élu est déjà très bien introduit dans les cercles politiques, il ma semblé super diplomate, en flattant les autorités de la République et Joël Mergui, le tout puissant président du consistoire, rassurant les "orthodoxes" en se montrant défenseur rigide de la loi religieuse, tout en se déclarant ouvert aux autres tendances du judaïsme, et... aux femmes. J'y ai vu un bon numéro d'équilibriste.

    Après tout pour représenter et défendre la communauté vis à vis des politiciens, choisir un diplomate un peu flatteur est un bon choix !
  • A peine élu, le président du consitoire Joël Mergui a demandé au Grand Rabbin Haïm Korsia de bénir l'assistance, et le grand Rabbin a commencé par faire une prière pour la République, pour la France avant d'en faire une autre appelant la grâce divine à protéger notre communauté, et elle en a bien besoin ! ! Le nouvel élu a aussitôt tenté de consoler ses challengers en leur promettant de brillantes fonctions dans son équipe. Il s'est félicité de l'excellente tenue de la campagne électorale.

Sur la photos, vous voyez les candidats entourés des responsables du consistoire et vous remarquerez que l'heureux élu est le plus petit... après Sarkozy et Hollande, on voit bien qu'en France, pour être Grand, il faut être Petit.

haut

Pour réagir, cliquez iciétoile
mardi
2 juillet 2014


Les véritables frontières sont religieuses ou linguistiques, les frontières artificielles séparant des pays que rien ne distinguent s'effondrent avec la fin des dictatures impériales. Si on laisse la parole au peuple, il se regroupe par affinité, et ce n'est pas nécessairement gage de bonheur.

Voir article ici ....

haut

Pour réagir, cliquez iciétoile
lundi
16 juin 2014


Les crimes antisémites continuent

 ➔ A Bruxelles en plein centre ville, un samedi après midi, un homme est entré dans le musée Juif de Bruxelles, 21 rue des minimes, en plein centre ville. Il a sorti une mitraillette et a tiré en tuant sur le coup un couple de touristes israélien, Myriam et Emmanuel Riva, des experts comptables en vacance, une bénévole française Dominique Sabrier de 66 ans qui avait trouvé la sérénité en ces lieux, et un stagiaire belge, né de mère juive et de père kabyle agé de 24 ans Alexandre A. Lider Strens, qui devait mourrir quelques jours plus tard. Il sera enterré dans un cimetière musulman au Maroc.

Ce crime odieux a été suivit de répliques en France où beaucoup de juifs visibles ont été sauvagement attaqués par des voyous contaminés par les idées djihadistes.

Dans un contexte ou les idées nationalistes et intolérantes gagnent partout du terrain en Europe, le climat d'incompréhension et les violences liées aux idées islamistes accélèrent le déclin des communautés juives

Pour en savoir plus.... cliquez ici

haut

Pour réagir, cliquez iciétoile
Vendredi
23 mai 2014
b

Une enquête mondiale pour mesurer le % de personnes portant des jugements stéréotypés et négatifs sur les juifs.silence

     ➔Globalement parlant, on a mesuré le degré d'adhésion aux thèses complotistes, on s'est inquiété de savoir quel était le pourcentage des gens qui croyaient à une mafia omni puissante, qui contrôlait la finance, la politique et provquerait des guerres. Dans beaucoup de pays, l'hostilité au «capitalisme impérialiste américain» trouve un exutoire, et les juifs sont la main du petit Satan, Israël, qui lui même dicterait ses volontés aux grands de ce monde.

        ➔ La vision donnée est nécessairement pessimiste, vu qu'on ne montre que ce qui va mal, une vision plus équilibrée aurait du mesurer des attitudes positives, ou neutres, des questions du genre : "Les juifs apportent le progrès et le dynamisme économique", ou tout simplement "les juifs sont des gens comme les autres" manquent cruellement. Ainsi on a l'impression qu'il n'y a que des pays plus ou moins hostiles aux juifs    Pour en savoir plus : cliquez ici

haut

Pour réagir, cliquez iciétoile

samedi
08 mail 2014
b

Il y a vingt ans, un génocide au Rwanda

Les confrontations traditionnelles entre les Tutsis, minorité dominante et les agriculteurs Hutus majoritée dominée s'est terminée au Rwanda par une tentative d'extermination totale des Tutsis considérés comme des "cafards" par leurs assassins. La communauté internationale ne s'est pas mobilisée pour sauver les Rwandais, mais a oeuvré pour le triomphe de l'anglophonie.

Les vingt ans du génocide Rwandais ont donné lieu à de nombreuses prises de positions et à des attaques en règles contre la politique française et la "francafrique".
Le drame humain au Rwanda a commencé avant le génocide proprement dit, massacres organisés dont ont été victimes les populationis Tutsis, ainsi que les Hutus tentant de les protéger. On a parlé de plus de huit cent mille victimes, et il s'est continué après, non seulement au Rwanda mais aussi au Congo ex Zaïre, ou on a cité des centaines de milliers de victimes souvent Hutus. Les plaies sont loin d'être refermées, et les relations entre le président du Rwanda, Paul Kagamé, et les autorités françaises restent détestables.

Suite ici

haut

Pour réagir, cliquez iciétoile

samedi
30 avril 2014


Le gouvernement israélien a décidé d'enseigner la Shoah dès l'école maternelle, 

Nous savons que les horreurs nazies ont traumatisé les survivants, de la Shoah. Ces derniers ont transmis ces stigmates à leurs enfants, qui eux même ont contaminés leurs propres enfants. Ainsi le traumatisme se transmet parfois en onde de choc sur plusieurs générations. Je connais des familles qui ne s'en remettent pas. 

Les conséquences sont des angoisses, des peurs, et une vision du monde étrange, où tout ce qui n'est pas juif est potentiellement ennemi.
Les survivants se rappellent que le monde entier a fermé ses portes, et que seuls quelques héros ont tenté quelque chose avec peu de moyens, et peu de réussite malgré leur dévouement.
C'est ce sentiment de peur diffus qui risque quand même de s'étioler avec les ans.

Les dirigeants israéliens actuels semblent avoir besoin de cette peur pour assurer l'unité nationale. 
On ne peut pas réunir les juifs sur la religion, il n'y a pas affinité entre les athées, les libéraux, les sionistes religieux ou les harédim anti sionistes. 
On ne peut pas non plus les faire rêver sur un idéal sioniste, le rêve de Jérusalem, Jérusalem est là et le paradis terrestre se fait attendre.

Le "yom shoah" jour de la shoah juste avant les fêtes de l'indépendances sont marquées en Israël par une minute de silence en mémoire des six millions de juifs assassinés par les nazis.
Pendant cette minute, tout le pays s'arrête.

Alors, le point commun entre tous, celui qui a maintenu pendant 2000 ans le peuple juif, c'est la solidarité devant l' ennemi commun, l'antisémitisme. Là où il n'y en avait pas, comme en Chine, les communautés se sont assimilées.
 Georges Friedmann dans "La fin du peuple juif ? ", prévoyait la disparition de la diaspora par assimilation, ou par émigration en Israël. "Si l'antisémitisme est, comme on l'espère, en voie d'extinction, n'est-ce pas la fin du peuple juif, as

similé dans la diaspora et transmué en une nation moderne en Israël ? Restera- 1- il quelque chose de la judaïcité ? L'auteur laisse entendre qu'un certain « esprit juif » peut demeurer, mais débarrassé de ce qui fut sa composante traditionnelle, l'inquiétude."
Pour Georges Friedmann, les israéliens formaient un peuple nouveau, majoritaire, maître de son destin, très loin du juif de diaspora perpétuellement inquiet.

On peut se demander si les dirigeants israéliens actuels, ne craindraient pas qu'en l'absence du ressenti antisémte les israéliens perdent leur histoire et la raison d'être historique de l'Etat Juif : Une protection pour un peuple persécuté. Il faudrait donc souder le peuple, en faire des juifs, c'est à dire des gens habitués à craindre l'antisémitisme, et dans ce but, il n'est jamais trop tôt pour former les jeunes générations.

Les dirigeants ont donc décidé d' inculquer cette crainte dès l'enfance, en rappelant à tous que grâce à Tsahal, la menace d'extermination n'existe plus, mais qui en est vraiment sûr ? ? 
Plus que jamais l'État Juif, apparait comme l'État parano il inculque à ses enfants, dès l'école maternelle, que les goyims sont des persécuteurs potentiels... et rien de tel que la peur pour faire voter pour des dirigeants forts.

Le hasard fait bien les choses, les dirigeants actuels par leur fermeté rassurent, les goyim ne nous veulent que du mal, votez donc pour ceux qui savent dire "Non" ! !

Revue de presse ici

haut

Pour réagir, cliquez iciétoile
samedi
20 avril 2014


Le président Bouteflika réélu dans un fauteuil

Les élections présidentielles Algériennes n'ont guère défrayées la chronique en France, pourtant, elles avaient de quoi surprendre, contrairement à toutes attentes, le Président sortant s'était présenté, malgré une santé déplorable qui lui avait valu de très longs séjour à l'hôpital du Val de Grâce à Paris. Il était resté probablement dans un comas avancé assez longtemps, personne ne pouvait le voir, et on l'avait même donné pour mort sur les réseaux sociaux. Le regard vif, et le geste lent, il est allé voter en fauteil roulant accompagné de son petit fils.

Les résultats ont été triomphant, 81 % de vote pour l'infirme, toutefois le taux de participation est très modeste 50 % environ. Ce chiffre n'est pas extraordinaire pour une élection ne soulevant pas l'enthousiasme, toutefois, il ne veut rien dire. Dans certaines régions on a voté à plus de 80 %, et en Kabylie à 20 %.

carte

Alger et surtout la Kabylie ont très largement boycotté les élections, la frontières Tunisienne, Oran et Constantine se sont peu mobilisés, par contre l'Ouest du Pays a voté en général à plus de 60 %. Vous trouverez ici le taux de participation précis. (Merci à Ryad qui les a publié sur Facebook ! )

Ce résultat singulier s'explique d'une part des procédés peu démocratiques qui ont éliminé les candidats gênants, la révolte qui couve en Kabylie deux éléments favorisant l'absention, mais aussi la crainte de l'anarchie. Beaucoup d'algériens ont gardé un souvenir douloureux des années noires, et on préféré soutenir celui qui pouvait leur assurer la sécurité. Le dessin à côté montre ce qui se passe chez les voisins, en Egypte, la dictature militaire, en Syrie, la mort garantie, au Liban un gouvernement fantôme sans pouvoirs. Alors les Algériens ont préféré le fauteuil roulant.

Ces résultats n'empêchent pas les questions. Peu de monde croit que ce soit Bouteflika en personne qui dirige le pays, pendant sa très longue absence, les affaires ont été gérées normalement, certains proches sont très heureux de pouvoir rester dans l'ombre pour mieux diriger le pays.

haut

Pour réagir, cliquez ici étoile

 

jeudi
10 avril 2014


Un nouvel ipad à la maison
ipad

Voilà un cadeau d'anniversaire qui fait plaisir, le nouvel i pad d'Apple. Cette tablette a tout pour plaire, une esthétique sympa, un encombrement modeste, de belles images, de beaux sons, et de belles couleurs grâce à une collection de protections multicolores.

Où donc acheter cette petite merveille quand on habite Dijon ? on a le choix, soit directement sur internet où on trouve de bons prix, soit en ville à la FNAC, soit dans des enseignes installées au milieu des grands centres commerciaux hors de la ville. Conforama à Quetigny, Boulanger et Darty à la Toison d'Or et à Quetigny, Électro dépôt et But à Chenôve-Marsannay.
Dijon possède aussi un Apple-Store à la Toison d'Or.

Le centre ville de Dijon, s'étiole. La Toison d'Or, Quetigny et Chenôve-Marsannay vampirisent la ville. La Toison d'Or en particulier est une immense centre commercial qui évoque Créteil Soleil. On y trouve les habits, chaussures, et tous les commerces traditionnels du centre ville, alors que le bricolage se trouverait plutôt sur Quetigny. Seuls prospèrent en ville les restaurants, les banques, les services, et les agences immobilières... c'est peu. Beaucoup de grandes enseignes ont deux magasins, en ville et à la Toison d'Or où se trouve celui qui a le plus gros chiffre d'affaires.
Il faut voir l'immenses parking plein devant le centre commercial, 3900 places ! on y accoure de toute la grande région.
La Toison d'Or draine une clientèle sur plus de cent kilomètres à la ronde, on y accoure aussi depuis Chalon, Avallon, Langres ou Dôle.
Les commerçants ne s'y trompent pas, par exemple l'Agence Orange a décidé de déplacer son service après vente de sa boutique qui fut principale au Centre ville pour l'installer à la Toison d'Or.

Dans de telles conditions, il n'est pas étonnant qu'Apple ait décidé d'installer son magasin à la Toison d'Or. Je milite pour la sauvegarde commerciale du centre ville, j'y fais régulièrement des achats, ainsi je préfère acheter à la FNAC, dernière enseigne fidèle à la cité ancienne plutôt qu'aller voir ses concurrents qui se bousculent dans le nouveau centre. Cependant, cette fois, j'ai acheté l'Ipad à la Toison d'Or, dans l'Apple-store.
L'Apple Store est un espace, où on trouve de grandes tables, des tablettes à profusion, et une équipe nombreuses de jeunes gens, beaux, sympathiques et compétents. Il n'y a pas de concurrence dans le magasin, les vendeurs ne peuvent donc pas nous aider à choisir entre les marques, par contre ils nous expliquent les fonctionnalités des divers tablettes, les avantages respectifs, et surtout comment s'en servir. Ils nous aident à la mise en route, et sont à notre disposition pour règler tous nos problèmes d'incompétence congénitale.

Apple est cher, mais il apporte le service. Le magasin est plein, la clientèle est variée, on y rencontre tous les âges, tous les genres pour reprendre la nouvelle terminologie. Cette stratégie contraste avec celle d'Orange, mon ancien employeur, pour qui je conserve une certaine tendresse.
Apple a compris qu'on peut être plus cher si on apporte un service meilleur ! !
A la FNAC, lors d'un achat précédant, j'étais tombé sur une employée visiblement très mal formée, qui m'a suggéré d'aller chercher des informations-produit sur internet. Très malin, sur internet, on trouve tous les vendeurs moins chers que la FNAC ! !

haut

Pour réagir, cliquez ici étoile
mercredi
24 mars 2014
ukraine

Poutine en joueur d'échecs

Poutine est un remarquable joueur d'échec, ce stratège rend à la Russie sa fierté, il inspire crainte et respect ce dont les Russes ont le plus grand besoin. Ses manoeuvre pour reconstituer une sorte d'URSS se heurte frontalement au nationalisme Ukrainien tourné vers l'Europe Centrale. Le risque d'une déstabilisation généralisée à l'Est se précise, espérons que les impératifs économiques rendront les maîtres du Kremlin prudents, réalistes et opportunistes.
Suite => ICI ! ! !

haut

jeudi
14 mars 2014
psalterion

La nouba andalouse en Côte d'Or

L'association Soleil d'Or avait invité ses amis à une soirée festive, en l'honneur de la femme, et dans le but de favoriser l'amitié et le mieux vivre ensemble.

Nous avons profité d'un concert de "Nouba Andalouse", la Nouba a été crée à la cour des Abbassides à Bagdad au VIII ième siècle.

Le mot «nouba» vient de l’arabe nouba, نوبة, « tour » (on attend chacun son tour pour chanter ou pour jouer), lui-même issu de l’arabe classique  nauba  (« service de garde », « concert périodique au service d’un prince », « fanfare ») nous dit Wikipedia, pour le Larousse, en Algérie, c'était une sorte de sérénade d'une heure qu'on jouait devant de grands personnages, puis c'est devenu au sens populaire la musique que les militaires jouaient en première ligne. Au sens courant, faire la nouba veut dire faire la fête.

L'orchestre était composé de chanteurs, et de musiciens, soit d'origine marocaine, soit d'origine française. En particulier, des dames qui jouaient des instruments anciens aujourd'hui disparus, comme le psalterium, dans le film je vous laisse découvrir cet animal bizarre.

Le morceau qui a été mis sur Youtube est chanté régulièrement dans les synagogues marocaines, en l'honneur de "Bar Yohaï" un des fondateur de la Kabbale. Le morceau a été traité de musique arabo-andalouse. Sur Facebook un correspondant s'est étonné « Cette musique n'existe pas en Arabie Saoudite, pourquoi serait-elle arabe ? »
         Cette musique est incontestablement juive, vu qu'on l'entend en Israël, en France et au Maroc dans les cérémonies religieuses...elle est avant tout marocaine, vu que les marocains musulmans la jouent et l'aiment. Alors on peut la qualifier d'Andalouse, et bien malin qui pourra nous dire si ce sont les musulmans ou les juifs qui ont copié les uns sur les autres. La culture marocaine est transverse, les populations ont tellement vécu ensemble et si longtemps, que les musiques maures, arabes, berbères, juives se sont mariées.
Pour les amateurs de musique judéo orientale, je leur recommande de chercher "Bar Yohaï" avec leur moteur de recherche préféré, ils trouveront leur bonheur !

haut

Pour réagir, cliquez ici étoile
jeudi
20 février 2014

La fin du moyen âge au musée de Dijon

Le musée de Dijon a été rénové, agrandi, et se classe parmi les plus beaux musées de France, Dijon elle même est une ville extraordinaire par sa richesse architecturale. La partie rénovée du Musée est très riche grâce aux Grands Ducs d'Occidents. On a transporté dans l'ancien Palais des Ducs, les tombes de Jean sans peur, et de Philippe le Hardi, plus des tableaux magnifiques où l'on perçoit la patte des peintres flamands.

J'ai pris en photo ce détail d'une oeuvre magistrale montrant soit la circoncision, soit le rachat du petit Jésus. Voici plus bas, le prêtre, Joseph et Marie ainsi qu'au fond un autre personnage.

Manifestement, Joseph et Marie étaient de bons bourguignons, la scène se passe d'ailleurs dans la cathédrale de la ville, et le prêtre a un air oriental. et je me suis imaginé qu'il était juif. Normal, si on présente Jésus au temple des Juifs, le prêtre ne pouvait pas avoir un physique de curé. A l'époque, personne n'imaginait que la Sainte Famille était juive elle même, on accusait les juifs d'avoir tué Jésus.

Des amis qui ont vu ceci sur ma page Facebook on réagit on criant au racisme. « Les juifs ne ressemblent pas à ceci me disent-ils, tu te joins aux antisémites en soutenant qu'il existerait un type juif » .
Ils n'ont pas entièrement tort, il suffit de se promener dans les rues de Tel Aviv, et on ne voit que très peu de personnes ayant ce physique. Une historienne m'a assuré que les juifs au moyen âge étaient comme les autres, issus de nombreuses conversions, et qu'ils n'avaient aucun trait physique particulier permettant de les reconnaître.

Je me suis mis alors à la recherche sur google d'images de tableaux anciens représentant un personnage manifestement juif, et j'ai trouvé "Judas", le seul qui n'a pas trahit Jésus vu qu'il l'a obligé à accomplir le destin pour lequel il était venu sur terre. (Hypothèse osée de Níkos Kazantzákis dans "la dernière tentation" ) Judas n'a jamais le nez droit ou retroussé.

Le prêtre du tableau est bienveillant, il est probable que le peintre ait voulu représenter un juif, mais ce n'est pas certain. Mes amis ont probablement raison, la plupart des juifs de l'époque ne devaient pas ressembler aux caricatures de Judas, mais depuis quand les stéréotypes sont ils un bon reflet de la réalité ? ? je ne connais guère de français qui mangent des grenouilles à tous les repas, qui se promènent en béret avec une baguette de pain sous le bras. A noter quand même, le prêtre du tableau n'a pas le nez crochu.
Quand je vois la bonne bouille de Joseph, je me l'imagine volontiers en Chevalier du Taste Vin, et je connais plusieurs bourguignons qui lui ressemblent un peu.

Le propre de l'art est de nous faire rêver, et sans savoir si mon hypothèse est vraie ou fantaisiste, elle me fait rêver et m'amuse. Le musée reste définitivement un lieu magique.

haut

Pour réagir, cliquez ici étoile




jeudi
20 février 2014s

La République Centre Africaine dans la tourmente.

La République Centre Africaine est une de ces républiques artificielles crée à partir des anciens territoires de l'Afrique Equatoriale Française, on l'appelait l'Oubangui-Chari, et n'avait pas été occupée par des européens avant 1900. Un peu plus grand que la France, le pays est dix fois moins peuplé.

Michel Djotodia, un ancien diplomate, passé à la rébellion en 2005, a pris le pouvoir grâce à une coalition hétéroclite de rebelles armés fin mars 2013 en reversant le président François Bozizé. Cette coalition est appelée Seleka (Alliance en Sango). La Séléka, est très majoritairement musulmane, elle compte dans ses rangs de nombreux mercenaires tchadiens et soudanais, ils parlent souvent arabe entre eux. Leur chef Michel Djotodia est musulman, malgré son prénom.

Le président Djotodia a pris la tête d'un État qui ne fonctionnait plus, et son arrivée au pouvoir n'a pas arrangé les choses. L'insécurité était généralisée. Une fois au pouvoir, Michel Djotodia disposait de l'armée et de la police, sa milice Seleka n'avait plus de raison d'être, elle sentait le souffre, alors il l'a dissoute en septembre 2013, mais la plupart de ses membres ont refusé de se laisser désarmer, et ont continué à terroriser la population, surtout non musulmane.

En réaction à ce climat d'insécurité, des milices s'étaient formées pour se protéger des pillards, ils se sont appelés «anti Balaka» le mot Balaka signie machette, arme de misère qu'on souvent les pilleurs, mais les milices Seleka, disposaient aussi d'armes automatiques. Composés avant tout de volontaires civils et d'anciens militaires chrétiens, (qui forment 80 % de la population,) voir de fidèles de l'ancien président Borizé, les anti Balaka ont protégé comme ils ont pu leurs quartiers et village, et ont agressé les villages favorables à la Sedeka.
Le 5 décembre 2013, ils lancent une opération militaire pour reconquérir Bangui la capitale, afin de chasser "les arabes". Mais peu armés et mal entrainés ils sont vite repoussés. Par crainte des représailles, les habitants chrétiens de la banlieue de Bangui ont du fuir dans la forêt pour se cacher, car en Afrique on connait les massacres de grande envergure. Voyant cela, la diplomatie occidentale s'est activée et la France a arraché à l'ONU l'autorisation d'envoyer immédiatement des troupes pour une opération de maintien de l'ordre que l'on imaginait courte et facile.

L'opération Sangaris a rapidement pris une ampleur non prévue, "l'armée" Seleka a été désarmée, alors les milices anti balaka se sont senties des ailes. On a assisté à un début de nettoyage ethnique contre les musulmans, avec des massacres de villageois, et des exactions dignes des milices Seleka.
Des critiques se sont élevées contre la France, à qui on a reproche de favoriser les milices chrétiennes. Alors elle a demandé et obtenu l'appui du Tchad, pays musulman, et des combats ont eu lieu aussi entre les "anti balaka" et les soldats tchadiens.
Aujourd'hui l'armée française tente désarmer tout le monde, envoie des renforts, demande l'aide internationale, et veut surtout d'éviter de se retrouver dans la même situation qu'au Rwanda, lors du génocide des Tutsi, où on lui a reproché une passivité tendant vers la complicité.
La démission du président Michel Djotodia, et son exil au Bénin en janvier 2014 n'a pas suffit à rétablir la sécurité dans ce pays où plus rien de fonctionne.

Les complotistes habituels voient dans ces événements la main des puissances impérialistes voulant s'accaparer les richesses du pays, pour ma part j'y vois une tentative d'étendre l'influence islamique dans un pays chrétien. Ces actes de guerre, souvent fruits de l'idéologie djihadiste venue du Nord, loin de la RCA, ont été facilité par la mauvaise gouvernance traditionnelle en Afrique Noire, par le tribalisme et le clientélisme. Les razzias, et actions militaires coup de poing ont par le passé été régulièrement utilisées par les conquérants musulmans pour étendre leur zone d'influence par la violence. Celui qui ne connaît pas le passé peut s'attendre à le revivre.
Cette fois ci, en partie grâce à la France, l'islam n'a pas réussi à s'imposer par la force. La frontière entre l'islam est la chrétienté devrait rester au Nord de la République Centre Africaine et non au Sud.

http://www.youtube.com/watch?v=i6VSkaDz9M4

haut

Pour réagir, cliquez ici étoile

Vendredi
13 février 2014

La fièvre monte à Ghardaïa

Ghardaïa est une ville d'environ 150 000 habitants, située au Sud de l'Algérie, dans la vallée du Mzab, autrement dit au début du Sahara.

L'histoire des régions reculées, protégées par les immenses désert ressemble un peu à celle des montagnes, c'est le refuge naturel des minorités, comme les montagnes les déserts ont permis la survie des populations berbères ou Amazigh pour utiliser l'appelation originale. On apelle mozabites ceux qui habitent le Mzab. Ils suivent l'école Ibadite, c'est une branche de l'islam très ancienne, dominante dans le sultanat d'Oman. Une armée partie d'Oman a rejoint l'Ethiopie, a traversé l'Afrique pour se fixer en Algérie, où ils ont fondé au VIII  ième siècle un royaume dont la capitale était Tiaret, mais les tensions religieuses, les rivalités tribales ont eu raison de ce royaume, et les Ibadites se sont réfugiés là où ils ont pu, ils se sont regroupés dans la vallée du Mzab, ils ont converti les Zénètes à leur école, et se sont fondus parmi eux. Depuis 1048, date de la fondation de Ghardaïa. les Mozabites Ibadites ont conservé leurs traditions et leur culture originale.

Les mozabites sont réputés pour leur grande piété, ils appliquent strictement la charia, ils vivent dans une société égalitaire, le luxe est très mal vu, leur culture est pacifique. Par exemple, s'ils étaient pour l'indépendance de l'Algérie, ils ont très souvent rejoint le MNA mouvement nationaliste algérien plus modéré dont les leaders ont souvent été assassinés par le FLN. Sur le plan matériel, ils sont artisans et commerçants, et tiennent boutique non seulement dans leur "fief", mais aussi dans les grandes villes d'Alger ou Oran. Ils sont réputés être aisés et travailleurs. Ils sont aussi très secrets, et ont des coutumes originales, par exemple, leurs mariage sont collectifs. Ils ne connaissent pas la mendicité, en effet d'une part c'est mal vu dans leur société, et d'autre part, des caisses de solidarité permettent aux plus pauvres d'y échapper.

A côté d'eux, à Ghardaïa vivent des "arabes", des populations issues de tribus de rite Malikite, cette tradition remonte également aux origines de l'islam, son fondateur Malik est né en l'an 93 de l'Hégire, c'est aussi une tendance modérée de l'islam . Aujourd'hui ils sont majoritaires en Afrique du Nord. Les musulmans Malikites de Ghardaïa se revendiquent arabes, ils appartiennent pourtant à des tribus du Sahara, probablement aussi de souche berbère. Ils n'ont pas la structure sociale des Mozabites, et souffrent bien davantage du chômage et de la misère, aussi une jalousie latente existe-t-elle entre les deux populations, et des tensions très vives ont conduit à des émeutes depuis quelques années à Berriane, mais jusqu'à très récemment, Ghardaïa était resté calme.

Des troubles très violents viennent d'éclater à Ghardaïa, ce ne sont pas des troubles religieux ou inter ethnique, mais des agressions de type raciste contre les Mozabites, dont plusieurs ont été assassinés sous l'oeil complaisant de la police. On écrit même que la police au lieu de porter secours aux victimes auraient participé au lynchage.

Les milieux berbères dénoncent fortement l'État. Les autorités affirment tout mettre en oeuvre pour faire cesser les troubles et annoncent des arrestations. En lisant les uns et les autres ont sent bien un pays violent en manque de consensus sur son avenir.

Cette situation est le fruit naturel d'une indépendance mal menée. Par ce que la France en 1945 n'a pas unifié le pays en conservant un régime discriminatoire, défavorable aux musulmans, les violences se sont déchaînées. Pour y mettre fin, il aurait fallu avec l'indépendance, une volonté de construire une nouvelle nation avec tous les habitants du pays.
Or le FLN voulait une Algérie musulmane, et pour cela, il a exclu les chrétiens et les juifs,
Et il voulait un pays arabe, membre de la ligue arabe, d'où l'écrasement des cultures non arabes, en particulier berbères, kabyles, mozabites et autres.
Il a donc essayé d'effacer d'un coup de plume l'histoire de l'Algérie, pour la remplacer par un mythe, celui du pays aux millions de martyres, tous arabes, tous victimes.

Aujourd'hui, il est dur de ne pas être musulman en Algérie, on a interdit de cimetière un chrétien en Kabylie, et on a emprisonné des gens qui mangeaient pendant le ramadan.
L'arabisation forcée a développé le sentiment d'exclusion chez certains berbères. De là est né une volonté de rejet de cette Algérie arabo-musulmane dans laquelle beaucoup ne se reconnaissent plus. Dans les documents ci joint, vous pouvez lire entre les lignes des menaces pour l'unité nationale.
L'Algérie terminera sa longue guerre d'indépendance, le jour où elle sera vraiment Algérienne, et où elle renouera avec elle même, et avec son passé.
Voir Revue de presse ICI

haut

Pour réagir, cliquez ici étoile

 

 

 

Mercredi
22 janvier 2014

Combien coûtent les fruits et légumes à Paris ?

Le coût de la vie est très difficile à estimer, selon le quartier, ou le temps dont on dispose pour faire ses courses, on peut vivre plus ou moins bien avec le même budget. Dimanche matin je suis allé au Marché d'Alligre, rue d'Alligre dans le XII ième arrondissement de Paris, un des moins cher de la capitale, puis j'ai comparé les prix avec ceux du Monoprix de la Mairie d'Issy qui est réputé cher, enfin au Franprix du quartier des Épinettes toujours à Issy.

En moyenne, le marché est deux fois plus intéressant, et on peut toujours payer plus cher en fréquentant Monoprix !

 
Marché d'Alligre
Monoprix d'Issy
Franprix
Issy
Clémentines
0,75
2,49
1,69
bananes
1
1,89
1,99
courgettes
1
3,9
2,49
mangue
1
2,25
2,29
poireaux
1,5
1,6
1,99
pommes canada
1
2,59
2,49
Pommes de terre
0,83
1,58
1,69
oranges navelles
1,25
1,25
1,99
tomates
1,2
2,6
2,79
citrons
1
2,9
1,98
poivrons rouges
2
3,99
2,29
artichaut
1,5
2,95

litchee
1,5

3,99
coco plat
1,5
3,2

haut

Pour réagir, cliquez ici étoile

Lundi 20 janvier 2014

Quand les mythes fondateurs disparaissent

Nous avons assisté à Dijon à une conférence mémorable sur Moïse, par Sabine Lefevre professeur d'archéologie à l'Université de Bourgogne, le public, était resté stoïque quand la conférencière nous a expliqué que jusqu'à preuve du contraire, Moïse n'avait jamais existé, elle avait avancé plusieurs arguments solides, parmi eux :

  • Un historien ne tient une information pour vraie qu'à partir du moment où deux sources écrites indépendantes la confirment, or seule la Bible parle de Moïse, on n'a jamais trouvé sa trace en Égypte.
  • On connaît tous les pharaons de l'époque de Moïse, on a retrouvé toutes les momies, aucun n'est resté au fond de la mer Rouge
  • Le Sinaï a été parfaitement exploré dans tous les sens, on a jamais trouvé la moindre trace d'un campement d'une population importante, alors qu'on aurait du trouver des tessons de poterie, des traces de feu ou les marques des innombrables tentes.

Le public très divers, a bien sûr diversement apprécié, si les athées n'y voyaient rien à redire, les religieux présents chrétiens, musulmans ou juifs ont été offusqués. La conférencière les a rassuré en leur disant quelque chose comme ça : Moïse a été inventé pendant l'exil de Babylone, car les juifs, dispersés, n'avaient plus de Royaume, pour rester un peuple, il leur fallait une belle histoire, alors on s'est inspirée de celle de Sargon, fondateur légendaire du royaume d'Assyrie, pour leur permettre d'être fier d'eux même. Et le personnage mythique de Moïse a vraiment formé le peuple juif, commme Rémus et Romulus ont formé Rome, même s'ils n'ont jamais vu le jour.

Les historiens actuels, et les pédagogues se moquent des pères fondateurs, on ne comprends plus pourquoi on apprenait aux antillais "Nos ancêtres les Gaulois", Schmuel Trigano fait remarquer que dans les écoles laïques, en Israël, on commence l'histoire à Alexandre le Grand, car avant, on a des doutes sur la vérité historique. Les historiens français veulent aussi effacer la sortie d'Égypte de l'histoire des hébreux en classe de sixième, c'est vrai qu'elle n'est pas assurée, mais sans elle, comment comprendre l'histoire du peuple juif ? on ne comprend plus rien si on ignore le mythe. Les gaulois forment le socle de la France, et en apprenant cette histoire, les enfants originaire d'Afrique du Nord, de Pologne, du Portugal ou d'ailleurs sont tous des descendants d'Astérix et Obélix, buvant de la Cervoise et mangeant du sanglier. Nous sommes les héritiers de Vercingétorix, et qu'importe si ce monsieur vivait en aristocrate cultivé, dans la métropole de Arvernes, bien loin des images d'Épinal.

La Maison de la Méditerranée avait organisé une projection débat du film d'Arte "Juifs et musulmans, si loins, si proches", et là aussi les détails sur la vie de Mahomet sont à prendre avec des pincettes, et deux paires de gants, pour reprendre l'expression d'un historien présent dans la salle. Et alors ? ? C'est le mythe fondateur des pères de l'islam quand ils ont figé l'histoire à leur sauce, qui a fait loi et qui a crée l'infrastructure d'une religion qui a façonné le monde, et ce fait, aucun historien ne peut le nier.

En détruisant les mythes fondateurs, sous prétexte qu'ils ne sont pas avérés, on retire un ciment indispensable à l'unité de la nation, elle est menacée, sous les coups de boutoir d'un fédéralisme européen mal aimé et mal assumé d'une part, et d'un retour au tribalisme de l'autre, et on le voit en Bretagne, dans le Pays Basque, en Ecosse, en Catalogne ou ailleurs.

C'est cette volonté de détruire le mythe fondateur d'Israël, qui a poussé les 22 pays arabes membres de l'UNESCO à faire "reporter" une exposition retraçant 3.500 ans de relations entre le peuple juif et la terre d'Israël, sous prétexte que cela nuierait aux négociations de paix en cours.
Mais comment faire la paix, si on ignore qui est l'autre et ses croyances ? ?
Certains israéliens aussi ne veulent pas savoir que la mosquée Al Aqsa symbolise le lieu ou Mahomet est monté au ciel.
Si on ne se comprend pas, comment peut on vivre en paix ? et comment se comprendre si on ignore ces mythes qui nous ont fait ce que nous sommes.

haut

Pour réagir, cliquez ici étoile

 

Samedi 10 janvier 2014

L'étrange monsieur Dieudonné

 

Voilà c'est fait, le système a interdit tous les spectacles de Dieudonné. Ce comique a réussi a prouver que l'antisionisme et l'antisémitisme étaient la même chose. Il a fait rire des centaines de milliers de personnes via internet, le théâtre, les DVD en affirmant qu'entre les juifs et les nazis il ne savait pas qui avaient le plus volé l'autre. Toutefois, Dieudonné n'est qu'un bouffon, il profite d'un nuage toxique pour empoisonner les gens, ce n'est pas lui qui a crée le nuage, il n'est pas à l'origine du mal.

Pour tout savoir sur ce monsieur : cliquez ici

haut

Pour réagir, cliquez ici étoile


Samedi 3 janvier 2014
algerie

François Hollande s'en sort sain et sauf

François Hollande a été invité à un repas du CRIF de bonne humeur, il a eu cette phrase spontanée : « S'adressant d'abord à Christiane Taubira, "qui ne m’a pas quitté depuis au moins huit jours, et que je retrouve avec bonheur ce soir, de retour de Guyane", le président évoque ensuite Manuel Valls, de retour  d'un déplacement en Algérie avec Jean-Marc Ayrault.

"Monsieur de ministre de l'Intérieur, qui va nous quitter peut-être pour aller en Algérie?", dit d'abord le président de la République, avant de se reprendre, visiblement corrigé hors caméra (regardez la vidéo ci-dessous): "il en revient". Puis ajoute, visiblement amusé: "sain et sauf, c'est déjà beaucoup". Une improvisation qui ne figure pas sur le verbatim du discours  mis en ligne sur le site de l'Élysée, mais que l'on peut entendre dans cette vidéo:

Les autorités algériennes, mis au parfum immédiatement, n'ont pas apprécié, «Il s'est moqué de l'Algérie devant la communauté juive», s'est offusqué le puissant quotidien arabophone, Echourouk. «Une plaisanterie de mauvais goût, des insinuations pathétiques», a écrit de son côté El Watan, premier quotidien francophone. Samedi soir, l'UMP Geoffroy Didier, a qualifié cette boutade «d'indigne» et «d'ironie fétide». Il a estimé que François Hollande devait «présenter ses excuses au peuple algérien».

Les internautes algériens ne comprennent pas comment François Hollande peut dire de tels propos aussi insultants pour l'Algérie alors qu'il était HHollande-Algérieà un repas avec des juifs, surtout que les français n'étaient venus en Algérie que pour signer des contrats.
« Il s’était rendu compte que nous sommes un pays de cannibales en mesure de manger la chair humaine notamment celle de Mr VALLS.
Il s’étonne que Mr VALLS, soit retourné saint et sauf en France ! »

On lit aussi : « chez nous le pouvoir est composé de maffieux doublés de lâches et c'est en cela que notre humiliation est unique. Hollande n'aurait jamais tenu des propos pareils ne serait ce qu'à l'endroit de l'Egypte, pays en grande difficulté. mais moi, ce qui me désespère encore davantage, c'est cette tendance des Algériens à détourner les yeux de l'homme par qui est venue l'insulte, pour s'attaquer à l'auditoire composé de membres d'une organisation Juive. je crois que le CRIF et les Juifs n'ont rien à voir dans cette affaire» Et même on lit aussi : «Il y a une grande part de vérité dans ce dérapage. islamiste et ultranationalistes FLN ont bien saccagé le pays. Hollande y est pour rien! »

Ces remarques m'ont étonné, je me suis dit, « qui peut croire que les Algériens dont on connaît le sens de l'hospitalité aient pu envisager de trucider un ministre français en visite officielle ? » Emmanuel Valls a du parler de l'immigration devant un auditoir hostile, et il s'en est sorti "sain et sauf", on dirait facilement en français, je suis venu défendre le mariage pour tous auprès d'un parterre de catholiques intégristes et je m'en suis tiré sain et sauf ! A une phrase expliquant la mission difficile du ministre, certains algériens ont cherché une mauvaise querelle, laissant par là supposer qu'ils étaient effectivement capable du pire ! ! ! le fait qu'Hollande parle devant des juifs n'a pas arrangé son affaire.

Toutefois ni les autorités d'Alger, ni de Paris ne voulaient envenimer la situation, François Hollande a exprimé ses regrets pour la façon dont ses propos ont été compris et les Algériens ont clos l'incident.

Le fin mot des l 'histoire est peut-être arrivé plus tard, le Canard Enchaîné nous apprend : «  Le soir de son arrivée à Alger, le 15 décembre, la délégation française, Jean-Marc Ayrault en tête, est allée dîner sur le port dans un restaurant de poisson et de fruits de mer. Résultat : une intoxication alimentaire carabinée » Jean Marc Ayrault a été malade comme un chien, et Manuel Valls y a réchappé, et c'était probablement à cela que François Hollande faisait allusion... diplomatiquement, pouvait-il le dire ? ? . Vous voyez bien que le métier de Président de la République n'est pas facile ! ! . Le restaurateur dément les allégations du Canard Enchaîné, et je n'ai pas fait d'enquête. L'histoire est suffisante pour nous faire sourire, et peu importe l'histoire, pourvu qu'elle mène à la gloire ! (Jacques Brel dans l'homme de la Manche)

haut

Pour réagir, cliquez ici étoile

 

  historique : journal 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012,2013,2014