facebook
Mivy décoiffe,
car il a été
conçu par un chauve !

m'écrire : a  
adresse : http://www.mivy.fr/


Les mystères de Beith Shemesh


Vendredi, 28-Sep-2018
Pour réagir, ou s'abonner &agr ave; la liste de diffusion :


Pour naviguer, cliquez sur le nez
historique => journal 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018
trefle
   
     Une vision poétique de la nature que l'on peut rencontrer autour de Beith Shemesh, le vrai et le faux s'y mélangent, et qu'importe, nous savons que nous ne sommes pas les premiers à avoir foulé la terre de Judée !
 
 
     

Aurlie, notre petite fille s'est mariée le 6 août 2018, et cela explique ma longue absence, nous avons rencontré une nature étonnante, et des traces humaines se confondant avec le naturel, si bien que parfois nous ne savions plus qui était l'auteur des surprises et des beautés découvertes

Lors d'une visite à Jérusalem, nous avons vu dans le jardin du musée d'Israël d'étranges oiseaux

 
 

Et un grand cheval

 

Israël possède de nombreux parcs naturels, c'est de plus en plus indispensable, compte tenu de la densité de population dans le centre du pays. Ici, c'est le parc Britania, pas très loin de Beth Shemesh.

La nature parait calme, pourtant elle est sauvage, et on y rencontre de redoutables archers.

Et aussi des traces des anciens, on exploitait dans la région du gypse, et parfois, tellement que l'on découvre des sortes de grottes, où les archers pouvaient se cacher.

 

La recherche de la nature pour une promenade buccolique à Beith Shemesh est de plus en plus difficile, car la ville s'étend sans cesse à une vitesse surprenante et inquiétante, surtout qu'il ne semble pas y avoir de plan d'urbanisme, et la ville grandit en longueur, les derniers bâtiments se trouvent désormais à 8 kilomètres de la gare et du centre commercial, lesquels sont tout au bout de l'agglomération.

Toutefois la route de contournement est semble fixer la limite pour les constructions, et il est possible de s'y rendre en autobus. En s'arrêtant près de la nouvelle station service on trouve une grande plantation de cédrats cachés sous des bâches. La récolte était déjà finie, car les fêtes de souccoth n'étaient plus très loin.
Au delà de la zone bâchée, s'étend des collines de plus en plus hautes au fur et à mesure qu'on s'éloigne de la ville. Dominant la plantation et la route, on voit les ruines d'un vieux village abandonné depuis au moins 1948. En effet des traces de béton montrent qu'il était encore habité au XX ième siècle.

 

En général dans les anciens villages abandonnés, on trouve des arbres fruitiers plus ou moins sauvages, mais ici, il ne reste rien sauf des cactus dont les fruits érotiques pointent vers le ciel. On remarque aussi certains restes de murs plus solides, probablement plus anciens, avec de grosses pierres.

 
 
     Au dessus du village, l'espace a été boisé, on a une très agréable pinède, qui pousse au millieu d'alignement de pierres, dont certaines sont de taille impressionnante.
On dirait qu'il y avait là une ville antique. Ce ne serait pas impossible, car mon petit fils a trouvé un fragment de poterie au milieu des aiguilles de pin, et parfois on remarque l'entrée d'une cave qui n'a pu être détruite par le temps. Et partout on croit deviner d'anciennes statues qui probablement n'ont jamais existé
 

Voici un beau chien


Qui est aussi une tête Et voici l'original
 
    

On voit aussi d'énormes pierres, et on se demande d'où elles viennent

Près de la grotte des jumelles, là où vivent des chauves-souris-qui-braillent-et-qui-puent, le sol est magnifique, on le croit parsemé de pierres précieuses, voir de restes préhistoriques...  tout cela est probablement du à la géologie, mais si on ne pouvait plus rêver, le monde serait si triste.                                                                                     .

La grotte est libre d'accès, avec la lampe torche du téléphone portable on peut voir le plafond, et on admire le vol des bébètes. Elles sont accrochées au plafond et se laissent tomber à la verticale, puis font un angle à 90 ° et foncent là où elles veulent aller... très impressionnant.

 

Sur les murs près de la grotte, de curieux personnages nous saluent bien.

 

Pour ceux qui auraient mal vu, à côté de la tête noire, on a deux personnages, à vous de choisir votre préféré.

On voit aussi un renard sur le reste d'un mur potentiel.

 
    

Toute la région de Beith Shémesh faisait partie de la Judée et était intensément peuplée, il y a des reste des anciens un peu partout, et l'urbanisme dévorant de la ville en fait disparaître beaucoup. Dans la campagne ici, il devait y avoir des cultures en terrasses, et des villages pouvant dater de cent ans, de mille ans ou de cinq mille ans. Il y a aussi une nature, qui joue la comédie, et qui imite l'oeuvre de l'homme, à moins que ce ne soit l'inverse.

Michel Lévy