facebook
Mivy décoiffe,
car il a été
conçu par un chauve !

m'écrire : a  
adresse : http://www.mivy.fr/


Le grand débat


Lundi, 28-Jan-2019-->-->
Pour réagir, ou s'abonner &agr ave; la liste de diffusion :


Pour naviguer, cliquez sur le nez
historique => journal 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018
trefle
Voir Article sur les Gilets Jaunes

Le Président Macron a décidé d'interroger les français afin de sortir par le haut des problèmes occasionnés par les manifestations des "gilets jaunes". 

Dans ce but, ses services ont rédigé deux questionnaires, qui doivent servir de trame pour des réunions prévues un peu partout en France, et auxquelles les français pourront répondre par internet. Malheureusement, certaines questions qui fâchent ont été éludées.

 

 

En réponse au mouvement des "gilets jaunes" le président Macron a lancé un grand débat

Des réponses sur internet

Le site internet https://granddebat.fr/ permet de participer au Grand Débat depuis son ordinateur.

Il nous offre pour chacun des quatre thèmes deux possibilités

Les questions rapides permettent au public de s'exprimer simplement sur des choix proposés par la présidence. C'est à dire que les réponses sont "cadrées", et chacun peut s'exprimer dans le menu proposé, pour prendre un exemple, on est au restaurant, et on nous propose un choix d'entrée : des huitres, des crevettes, ou je ne prends jamais d'entrée. Celui qui n'aime pas les fruits de mer est obligé de répondre qu'il ne prend jamais d'entrée  !  Comme on le verra, les questions sont posées de façon à pouvoir ultérieurement justifier des choix difficiles faits depuis longtemps par la présidence, elle  pourra dire «la majorité des français m'approuvent. »

Partagez vos propositions propose des questions "ouvertes" sur lesquelles chacun peut dire ce qu'il veut, y compris ce que nos dirigeants n'aiment pas entendre, ou ont oublié de nous suggérer. On peut lire sur le site du grand débat les avis de beaucoup de monde, et c'est très enrichissant. On a bien la confirmation que les français sont loin de penser tous la même chose, aussi je souhaite bien du courage à ceux qui vont dépouiller. Bien entendu certains sujets sont occultés, car la présidence ne souhaite pas que les français disent ce qu'elle n'a pas envie d'entendre.

Voici rapidement, les questions posées pour le grand débat

La Tansition écologique

Les questions rapides

  • Pensez-vous que vos actions en faveur de l'environnement peuvent vous permettre de faire des économies ? Oui Non
  • Diriez-vous que vous connaissez les aides et dispositifs qui sont aujourd'hui proposés par l'Etat, les collectivités, les entreprises et les associations pour l'isolation et le chauffage des logements, et pour les déplacements ? Oui Non
  • Pensez-vous que les taxes sur le diesel et sur l’essence peuvent permettre de modifier les comportements des utilisateurs ? Oui Non
  • À quoi les recettes liées aux taxes sur le diesel et l’essence doivent-elles avant tout servir ?
    1) À baisser d’autres impôts comme par exemple l’impôt sur le revenu ?
    2) À financer des investissements en faveur du climat ?
    3) À financer des aides pour accompagner les Français dans la transition écologique ?
  • Selon vous, la transition écologique doit être avant tout financée :
    Par le budget général de l’État
    Par la fiscalité écologique
    Les deux
    Je ne sais pas
  • Et qui doit être en priorité concerné par le financement de la transition écologique ? Plusieurs réponses possibles
    Les entreprises
    Les administrations
    Les particuliers
    Tout le monde
  • Que faudrait-il faire pour protéger la biodiversité et le climat tout en maintenant des activités agricoles et industrielles compétitives par rapport à leurs concurrents étrangers, notamment européens ?
    Cofinancer un plan d’investissement pour changer les modes de production
    Modifier les accords commerciaux
    Taxer les produits importés qui dégradent l’environnement

Il nous est demandé si nos actions envers l'environnement permettront de faire des économies, la réponse générale sera "oui". Puis on nous parle des taxes sur l'essence et les produits pétroliers, il n'est pas question de les remettre en cause, mais de les justifier par deux moyens : "Est-ce qu'elles modifient favorablement les comportements ? "
et "à quoi ces recettes doivent-elles servir". Visiblement, on cache à l'opinion le grand principe de gestion financière de l'État qui lui interdit d'affecter des recettes à des dépenses particulières.
Depuis la vignette pour "les vieux" on sait qu'aucun gouvernement n'a jamais affecté à une cause particulière les recettes de taxes justifiées par de "bonnes causes"

Une question a retenu mon attention : Pour protéger la biodiversité, on nous demande, s'il faudrait modifier les accords commerciaux ou taxer des produits importés... il est évident, qu'on ne peut pas taxer sans modifier les accords commerciaux  ! 

Les propositions :

Voici les questions ouvertes à ceux qui souhaitent faire des propositions :

  • Quel est aujourd'hui pour vous le problème concret le plus important dans le domaine de l'environnement ?
  • Que faudrait-il faire selon vous pour apporter des réponses à ce problème ?
  • Diriez-vous que votre vie quotidienne est aujourd'hui touchée par le changement climatique ?
  • À titre personnel, pensez-vous pouvoir contribuer à protéger l'environnement ?
  • Si oui, que faites-vous aujourd'hui pour protéger l'environnement et/ou que pourriez-vous faire ?
  • Qu'est-ce qui pourrait vous inciter à changer vos comportements comme par exemple mieux entretenir et régler votre chauffage, modifier votre manière de conduire ou renoncer à prendre votre véhicule pour de très petites distances ?
  • Quelles seraient pour vous les solutions les plus simples et les plus supportables sur un plan financier pour vous inciter à changer vos comportements ?
  • Par rapport à votre mode de chauffage actuel, pensez-vous qu'il existe des solutions alternatives plus écologiques ?
  • Avez-vous pour vos déplacements quotidiens la possibilité de recourir à des solutions de mobilité alternatives à la voiture individuelle comme les transports en commun, le covoiturage, l'auto-partage, le transport à la demande, le vélo, etc. ?
  • Si non, quelles sont les solutions de mobilité alternatives que vous souhaiteriez pouvoir utiliser ?
  • Que pourrait faire la France pour faire partager ses choix en matière d'environnement au niveau européen et international ?
  • Y a-t-il d'autres points sur la transition écologique sur lesquels vous souhaiteriez vous exprimer ?

Je remarque que nos dirigeants s'adressent aux citoyens, pour leur demander ce qu'eux même pensent pouvoir faire pour le climat. Cela suppose d'une part qu'il soit établi que le dérèglement climatique provient bien de la pollution humaine et non de phénomènes astronomiques, et que le gros de la pollution vient des particuliers.

D'un autre côté, rien n'est demandé à l'État qui pourrait par exemple favoriser le rail par rapport à la route, et favoriser le transit des camions à travers la France en les mettant sur des rails, ou moderniser le réseau ferroviaire secondaire au lieu de fermer les petites lignes.

D'autres aspects ne sont pas évoqués, par exemple, le développement de la culture intensive avec des champs immenses, où les élevages de milliers d'animaux qui polluent énormément, détruisent les sols, abîmes la France, empoisonnent nos assiettes par les substances nécessairement ajoutées à la terre, et provoquent des phénomènes incontrôlés comme le développement des algues vertes sur les côtes.

Comme toujours, l'État et les entreprises sont irresponsables, les coupables sont les particuliers, c'est vous, c'est moi.

Fiscalité et dépenses publiques 

Les questions rapides

  • Afin de réduire le déficit public de la France qui dépense plus qu'elle ne gagne, pensez-vous qu'il faut avant tout:   
    - Réduire la dépense publique
    - Augmenter les impôts
    - Faire les deux en même temps
    - Je ne sais pas
  • Afin de baisser les impôts et réduire la dette, quelles dépenses publiques faut-il réduire en priorité ?   
    - Les dépenses de l'Etat
    - Les dépenses sociales
    - Les dépenses des collectivités territoriales
    - Je ne sais pas
  • Parmi les dépenses de l'Etat et des collectivités territoriales, dans quels domaines faut-il faire avant tout des économies ? Plusieurs réponses possibles Votre réponse
    - L'éducation et la recherche
    - La défense
    - La sécurité
    - Les transports
    - L'environnement
    - La politique du logement
    - Autre
  • Seriez-vous prêt à payer un impôt pour encourager des comportements bénéfiques à la collectivité comme la fiscalité écologique ou la fiscalité sur le tabac ou l'alcool ?  Oui Non

Ce questionnaire est terriblement orienté, il part du principe que pour réduire ses dettes, l'état ne peut réduire les dépenses. Or on peut aussi augmenter les recettes, par exemple, en relançant la consommation, l'état récupère la TVA, en favorisant la réindustrialisation, il ferait baisser le chômage, et réduirait sont coût économique et social, il pourrait aussi récupérer les "bijoux de famille", les entreprises qui rapportaient beaucoup à la collectivité et qui ont été bradées à des groupes financiers comme les autoroutes, ou les jeux.

La seule augmentation de recette envisagée est punitive, contre les fumeurs et les alcooliques, c'est un peu maigre n'est-ce pas ?

En outre le rétablissement de l'impôt sur la fortune n'est pas à l'ordre du jour, pas plus que la lutte contre les paradis fiscaux, la pénalisation des professionnels de "l'optimisation fiscale", ou la taxation de la vente par internet qui ruinent le commerce local en échappant parfois à tous les impôts quand le marchand a son domicile fiscal à l'étranger.

Le président Macron pose des choix impossibles et impopulaires qui ne pourront que lui servir d'argument pour continuer sa politique massivement rejetée par l'opinion.
En un mot c'est de la com !   Le président des très riche, comme l'a désigné François Hollande compte bien mener la même politique sans tenir compte de l'opinion des gens qu'il interroge.

Les propositions

Questions ouvertes pour ceux qui sont plein d'idées :

  • Quelles sont toutes les choses qui pourraient être faites pour améliorer l'information des citoyens sur l'utilisation des impôts ?
  • Que faudrait-il faire pour rendre la fiscalité plus juste et plus efficace ?
  • Quels sont selon vous les impôts qu'il faut baisser en priorité ?
  • Afin de financer les dépenses sociales, faut-il selon vous...
    Reculer l'âge de la retraite
    Augmenter le temps de travail
    Augmenter les impôts
    Revoir les conditions d'attribution de certaines aides sociales
    Autre  
        
  • S'il faut selon vous revoir les conditions d'attribution de certaines aides sociales, lesquelles doivent être concernées ?
  • Quels sont les domaines prioritaires où notre protection sociale doit être renforcée ?
  • Pour quelle(s) politique(s) publique(s) ou pour quels domaines d'action publique, seriez-vous prêts à payer plus d'impôts ?
  • Y a-t-il d'autres points sur les impôts et les dépenses sur lesquels vous souhaiteriez vous exprimer ?

    Voir par exemple ici la réponse de Jean Claude Meyer

Ce questionnaire serait presque digne de Churchill, il ne nous propose pas des améliorations de nos conditions de vie, ou de sécurité économique, mais du sang et des larmes, et nous demande, sur quel côté du portefeuille souhaitez -vous que l'on tape ?

On peut s'attendre à recueillir de nouvelles idées pour aggraver les conditions d'obtention des aides sociales, soutenues par une majorité de personnes qui ne connaissent pas la question et qui ont la chance de ne pas en avoir besoin.

La baisse des impôts reste une priorité, qui d'ailleurs faisait partie du programme électoral du président Macron, toutes ses propositions resteront dans la droite file de sa politique actuelle, et les évolutions probables ne seront que marginales.

Le lecteur aura remarqué qu'aucune allusion n'a été faite au sujet de l'évasion fiscale, une fois de plus, ce ne sont que les gens modestes qui seront appelé à faire des efforts supplémentaires. La théorie du ruissellement a de beaux jours devant elle, les miettes font toujours le bonheur des pigeons !  !

Démocratie et citoyenneté

Les questions rapides

  • Selon vous, faut-il introduire une dose de proportionnelle pour certaines élections, lesquelles ? (Plusieurs réponses possibles Législatives Régionales Départementales, Il ne faut pas introduire de proportionnelle)
  • Pensez-vous qu'il serait souhaitable de réduire le nombre de parlementaires (députés + sénateurs = 925) ?  Oui  Non
  • Faut-il rendre le vote obligatoire ? Oui Non
  • Faut-il avoir davantage recours au référendum au niveau national ? Oui Non
  • Faut-il avoir davantage recours au référendum au niveau local ? Oui Non
  • Faut-il tirer au sort des citoyens non élus pour les associer à la décision publique ? Oui Non Je ne sais pas
  • Vie citoyenne Diriez-vous que l'application de la laïcité en France est aujourd'hui: Satisfaisante   :  A améliorer A modifier profondément

Le lecteur remarquera certains absents, comme le référendum d'initiative populaire réclamé à corps et à cri par les gilets jaunes qui n'est pas considéré comme prioritaire.
On suppose que les députés sont trop nombreux, mais on ne se pose pas de question sur leur liberté, ni sur leur rôle. En effet, le vote groupé qui s'impose aux députés leur retire leur pouvoir de décision, et toute possibilité de se démarquer sur tel ou tel point dont leurs électeurs pourraient leur tenir gré. Les citoyens ignorent ce que font leurs députés, d'où le sentiment qu'ils sont trop nombreux et inutiles pour la plupart.

On lit que le gouvernement veut favoriser la proportionnelle, qui entraîne la dictature des petits partis, (voir Israël), qu'il pense que tirer au hasard des citoyens équivaut à une élection...  ces suggestions montre la piètre image des élus qu'à notre président.

Les propositions

Vie institutionnelle et démocratie

  • En qui faites-vous le plus confiance pour vous faire représenter dans la société et pourquoi ?
  • En dehors des élus politiques, faut-il donner un rôle plus important aux associations et aux organisations syndicales et professionnelles ?
  • Que faudrait-il faire pour renouer le lien entre les citoyens et les élus qui les représentent ?
  • Le non-cumul des mandats instauré en 2017 pour les parlementaires (députés et sénateurs) est  (Une bonne ou une mauvaise chose) Pourquoi ?
  • Que faudrait-il faire pour mieux représenter les différentes sensibilités politiques ?
  • Pensez-vous qu'il serait souhaitable de réduire le nombre d'élus (hors députés et sénateurs) ?
  • Que pensez-vous de la participation des citoyens aux élections et comment les inciter à y participer davantage ?
  • Faut-il prendre en compte le vote blanc ? Si oui, de quelle manière ?
  • Que faudrait-il faire aujourd'hui pour mieux associer les citoyens aux grandes orientations et à la décision publique ?
  • Comment mettre en place une démocratie plus participative ?
  • Faut-il faciliter le déclenchement du référendum d'initiative partagée (le RIP est organisé à l'initiative de membres du Parlement soutenu par une partie du corps électoral) qui est applicable depuis 2015 ?  Si oui, comment ?
  • Que faudrait-il faire pour consulter plus directement les citoyens sur l'utilisation de l'argent public, par l'Etat et les collectivités ?
  • Quel rôle nos assemblées, dont le Sénat et le Conseil économique, social et environnemental, doivent-elles jouer pour représenter nos territoires et la société civile ?     Faut-il les transformer ? Oui Si oui, comment ?

Vie citoyenne

  • Quels sont les comportements civiques qu'il faut promouvoir dans notre vie quotidienne ou collective ?
  • Que faudrait-il faire pour favoriser le développement de ces comportements civiques et par quels engagements concrets chacun peut-il y participer ?
  • Que faudrait-il faire pour valoriser l'engagement citoyen dans les parcours de vie, dans les relations avec l'administration et les pouvoirs publics ?
  • Quelles sont les incivilités les plus pénibles dans la vie quotidienne et que faudrait-il faire pour lutter contre ces incivilités ?
  • Que peuvent et doivent faire les pouvoirs publics pour répondre aux incivilités ?
  • Quel pourrait être le rôle de chacun pour faire reculer les incivilités dans la société ?
  • Quelles sont les discriminations les plus répandues dont vous êtes témoin ou victime ?
  • Pensez-vous qu'il faille instaurer des contreparties aux différentes allocations de solidarité ?

Immigration et intégration

  • Que pensez-vous de la situation de l'immigration en France aujourd'hui et de la politique migratoire ?
  • Quelles sont, selon vous, les critères à mettre en place pour définir la politique migratoire ?
  • En matière d'immigration, une fois nos obligations d'asile remplies, souhaitez-vous que nous puissions nous fixer des objectifs annuels définis par le Parlement ?
  • Que proposez-vous afin de répondre à ce défi qui va durer ?
  • Quelles sont, selon vous, les modalités d'intégration les plus efficaces et les plus justes à mettre en place aujourd'hui dans la société ?

Les sujets de réflexion proposés ne sont pas des approfondissements des questions rapides, le premier point sur la vie institutionnelle montre un certain désarroi des dirigeants qui sentent bien un fossé croissant entre les citoyens et eux, ils cherchent des idées pour le combler.

Au sujet de la vie citoyenne, les questions posées sur les "incivilités" posent un problème, elles n'existent pas partout, elles sont souvent liées au mal-vivre dans les territoires perdus de la République. Et ici, on fait semblant de croire que la sécurité est la même dans les beaux quartiers de Paris, et dans le 93. On peut être choqué par le hooligan Suisse qui pendant le mondial de football a jeté un papier gras par terre, ou par les voyous qui brûlent les voitures pour fêter le nouvel an, en faisant semblant de croire que le territoire est homogène, on est sûr de ne résoudre aucun problème.

L'immigration a été rajoutée in extremis, et les questions sont particulièrement prudentes. On sent bien que le pouvoir est favorable à des "critères", des "quotas", et qu'il est mal à l'aise sur ce sujet.  

Organisation de l'État et des services publics

Les questions rapides

L'Organisation administrative

  • Savez-vous quels sont les différents échelons administratifs (Etat, collectivités territoriales comme la région, la commune, opérateurs comme par exemple Pole Emploi ou la CAF) qui gèrent les différents services publics dans votre territoire ? Oui Non
  • Pensez-vous qu’il y a trop d’échelons administratifs en France ? Oui Non
  • Quels sont les niveaux de collectivités territoriales auxquels vous êtes le plus attaché ? Plusieurs réponses possibles
    1 La région 2 Le département 3 La commune 4 L'intercommunalité

Les services publics

  • Lorsqu'un déplacement est nécessaire pour effectuer une démarche administrative, quelle distance pouvez-vous parcourir sans difficulté ?
    jusqu'à 5 kms, jusqu'à 10 kms, jusqu'à 15 kms, jusqu'à 20 kms, plus de 20 kms
  • Pour accéder à certains services publics, vous avez avant tout des besoins... Plusieurs réponses possibles
    Téléphoniques - Numériques - Physiques pour pouvoir vous rendre sur place
  • Si vous rencontrez des difficultés pour effectuer vos démarches administratives sur Internet, de quel accompagnement souhaiteriez-vous bénéficier ? Plusieurs réponses possibles
    Une formation numérique  Une aide téléphonique  Une prise en charge par un agent
  • Seriez-vous d'accord pour qu'un agent public effectue certaines démarches à votre place ? Oui Non
  • Que pensez-vous du regroupement dans un même lieu de plusieurs services publics (Maisons de services au public) ?  Bonne chose Mauvaise chose
  • Que pensez-vous des services publics itinérants (bus de services publics) ?
    Bonne chose Mauvaise chose
  • Que pensez-vous du service public sur prise de rendez-vous ?
    Bonne chose Mauvaise chose
  • Que pensez-vous des agents publics polyvalents susceptibles de vous accompagner dans l'accomplissement de plusieurs démarches quelle que soit l'administration concernée ? Bonne chose Mauvaise chose
  • Avez-vous déjà renoncé à des droits / des allocations en raison de démarches administratives trop complexes ? Oui Non

Ces questions ressemblent davantage à un questionnaire de satisfaction d'usagers. On pose la question sur la connaissance, puis aussitôt on demande s'il y a trop d'échelons. Une personne ignorant, la charge de travail, les missions précises, l'existence ou non de redondances, peut-elle avoir une opinion pertinente sur l'utilité des divers services ?
Celui qui est loin aura tendance à penser que tout cela est trop complexe, et probablement inutile.
  L'opinion du public ne peut se substituer à un audit sérieux et objectif, qui seul peut déceler les éventuels doublons, et en déduire la nécessité de fusionner certains services redondants, l'audit est aussi le mieux placé pour faire des propositions qui seront avalisées ou non au niveau politique.

Il est sérieusement envisagé de supprimer les départements, dans certains cas, cela peut se comprendre, en particulier quand le département est chef lieu de région, mais dans les zones rurales, comme la Nièvre ou la Haute Saône, régulièrement oubliées cela serait une catastrophe.
Le mouvement des gilets jaune est justement parti de la diagonale du vide, supprimer les départements aggraverait encore la désertification

J'ai été mal à l'aise devant des questions, où on semble s'adresser à des personnes à problèmes, voir handicapées en demandant à tout le monde de répondre. Par exemple "Seriez vous d'accord pour qu'un agent public effectue certaines démarches à votre place"  quelles démarches ?  dans quelles circonstances ?   

Les propositions

L'organisation administrative

  • Que pensez-vous de l'organisation de l'Etat et des administrations en France ?
  • De quelle manière cette organisation devrait-elle évoluer ?
  • Selon vous, l'Etat doit-il aujourd'hui transférer de nouvelles missions aux collectivités territoriales ? Oui Non                Si oui, lesquelles ?

Les services publics pour tous

  • Estimez-vous avoir accès aux services publics dont vous avez besoin ? Oui Non
    Si non, quels types de services publics vous manquent dans votre territoire et qu'il est nécessaire de renforcer ?
  • Quels nouveaux services ou quelles démarches souhaitez-vous voir développées sur Internet en priorité ?
  • Avez-vous déjà utilisé certaines de ces nouvelles formes de services publics ?
    - Le regroupement dans un même lieu de plusieurs services publics (Maisons de services au public)
    - Les services publics itinérants (bus de services publics)
    - Le service public sur prise de rendez-vous
    - Les agents publics polyvalents susceptibles de vous accompagner dans l'accomplissement de plusieurs démarches quelle que soit l'administration concernée.
    Oui Non    Si oui, en avez-vous été satisfait ? Oui Non
    Quelles améliorations préconiseriez-vous ?
  • Quand vous pensez à l'évolution des services publics au cours des dernières années, quels sont ceux qui ont évolué de manière positive ?
  • Quels sont les services publics qui doivent le plus évoluer selon vous ?
  • Connaissez-vous le "droit à l'erreur", c'est-à-dire le droit d'affirmer votre bonne foi lorsque vous faites un erreur dans vos déclarations ? Oui Non
    Si oui, avez-vous déjà utilisé ce droit à l'erreur ? Oui Non
    Si oui, à quelle occasion en avez-vous fait usage ?
  • Pouvez-vous identifier des règles que l'administration vous a déjà demandé d'appliquer et que vous avez jugées inutiles ou trop complexes ?
  • Faut-il donner plus d'autonomie aux fonctionnaires de terrain ? Oui Non
    Si oui, comment ?
  • Faut-il revoir le fonctionnement et la formation de l'administration ? Oui Non
    Si oui, comment ?
  • Comment l'Etat et les collectivités territoriales peuvent-ils s'améliorer pour mieux répondre aux défis de nos territoires les plus en difficulté ?

Les services publics pour les particuliers

  • Si vous avez été amené à .... 
    * chercher une formation,
    * scolariser votre enfant,
    * chercher un emploi,
    * préparer votre retraite,
    * demander un remboursement de soins de santé,
    * faire une demande d'aide pour une situation de handicap

    pouvez-vous indiquer les éléments de satisfaction et/ou les difficultés rencontrés en précisant, pour chaque point, l'administration concernée

Les services publics pour les professionnels

  • Si vous avez été amené à ...
    * créer une entreprise,
    * recruter du personnel,
    * former du personnel,
    * rémunérer du personnel,
    * mettre fin à votre activité,
    * recruter une personne portant un handicap

    pouvez-vous indiquer les éléments de satisfaction et/ou les difficultés rencontrés en précisant, pour chaque point, l'administration concernée : Votre réponse
  • Y a-t-il d'autres points sur l'organisation de l'Etat et des services publics sur lesquels vous souhaiteriez vous exprimer ?

Sur l'organisation administrative, outre une collecte d'opinion sur une évolution souhaitée par les uns ou les autres, on trouve une question clé : les français souhaitent-ils ou non davantage de décentralisation ?  Il est très regrettable que l'enquête ignore le profil du répondant, qu'elle mélange les réponses des parisiens avec celles de ceux qui habitent dans la diagonale du vide.

Les questions sur les services publics pour tous, pour particuliers et entreprises, semblent extraits d'une enquête de satisfaction. On cherche à connaître les points où il y a des défaillances afin de les améliorer. C'est louable, mais comme l'enquête n'a aucune idée du profil des répondants, elle ignorera d'où viennent les critiques, et aura une mauvaise image de la géographie des réponses ou des catégories sociales concernées.

La plupart des réponses ignorent les "sondages qualité" sur les services publics, ce qui est normal, seuls ceux qui les ont utilisés et ont été particulièrement contents ou mécontents avaient quelque chose à dire.

La principale motivation des gilets jaunes est liée à l'insuffisance du pouvoir d'achat, or le Grand Débat ignore totalement cet aspect, on ne parle pas d'indexer les salaires des fonctionnaires, les prestations sociales ou les revenus des retraités, aucune question ne touche le montant des salaires, les pensions de reversion, les femmes de commerçants ou d'agriculteurs, ni la lutte contre les emplois précaires, ou le travail détaché. De même l'épuisement du personnel hospitalier n'a pas été pris en compte. Tout est axé sur les économies à réaliser.

Si cette enquête permettra de corriger certaines lourdeurs administratives inutiles, à caresser dans les sens du poil une grande partie de l'opinion, il est peu probable qu'elle réussisse à réconcilier les dirigeants avec les populations qui ont exprimé leur désarroi en défilant avec un gilet jaune.

Michel Lévy