Mivy décoiffe, car il est fait par un chauve

Journal 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019
Derière mise à jour 31-Aoû-2020
Pour m'écrire, ou pour s'abonner à la liste de diffusion

Le port de Beyrouth est détruit


Article imprimable
Une explosion d'une violence inouïe depuis Hiroshima a dévasté le port et la ville de Beyrouth, 2750 tonnes de nitrate d'ammonium ont détruit près de trois cent mille appartements, et tué plus de cent quatre vingt personnes. Ce drame se rajoute à la crise économique et politique sans fin que traverse ce pays, qui pour son malheur a deux armées concurrentes, et où le risque de guerre civile, de guerre étrangère et de famine rode.

Le Liban est en crise, et c'est peu de le dire, entre 2019 et 2020, le taux d'extrême pauvreté est passé de 8 à 23 %. D'après les derniers chiffres des autorités libanaises, 45% de la population vit sous le seuil de pauvreté. La classe moyenne, qui représentait 57% de la population en 2019, n'en constitue plus que 40% en 2020, selon La Commission économique et sociale des Nations unies pour l’Asie occidentale (Escwa) (*) . La Livre libanaise s'effondre, le Dollar vaut 5000 livres libanaises au marché noir, et le Liban reste ingouvernable. Pour la première fois, le Liban est en cessation de paiement, et doit faire appel au Fonds Monétaire International

Des manifestations de protestation contre l'ensemble de la classe politique ne cessent de se dérouler depuis de longs mois. Le Hezbollah est le premier critiqué, et la rue a cessé de l'appeler "La Résistance". Toute la classe politique est dans le collimateur, l'ensemble des dirigeants sont sur la sellette. Depuis des mois le pays vit une ambiance prérévolutionnaire. La violence est perceptible, on a vu des commandos du Hezbollah venir agresser des manifestants anti-gouvernementaux, provoquant peur, haine, et violence.

Le 4 Août 2020, une explosion terrible secoue le port

Un véritable tremblement de terre a secoué le port de Beyrouth faisant plus de cent soixante seize morts. D'abord une petite explosion, plus une plus importante provoquant un incendie, plus un méga boom détruisant tout aux alentours. Les images montrent des scènes apocalyptiques. L'explosion a creusé un cratère de 200 mètres de long et de 43 mètres de profondeurs, elle équivaut à 600 tonnes de TNT.

Alors que la famine menaçait le pays, les silos à blé du port sont détruits, avec tout leur contenu, les cinq hôpitaux de la ville sont gravement touchés, on a écrit que 300 000 logements sont inhabitables, et combien d'autres endommagés ? les pertes se chiffreraient en milliard de dollar, alors que le pays était déjà au bord de la faillite. Le nombre de morts et disparus est passé de quelques uns à près de deux cents, tous les jours on retrouve de pauvres gens enfouis sous les décombres.L'explosion a été si forte qu'on l'a entendue à Larnaca à Chypres à plus de deux cent kilomètres.

De suite l'hypothèse d'un accident a été privilégiée, même le Hezbollah n'a pas osé accuser Israël, coupable traditionnel auquel tout le monde avait d'abord pensé. La triste réalité était là 2750 tonnes de nitrate d'ammonium étaient stockés depuis six ans sur le port sans aucune précaution. C'est ce même produit utilisé pour fabriquer des engrais agricoles et des explosifs qui avait provoqué en France la destruction de l'usine AZF près de Toulouse en faisant de nombreuses victimes.

Tous les dirigeants libanais accusés par l'opinion

Les libanais, unis pour une fois, se sont soulevé contre leurs dirigeants, tous leurs dirigeants, Hezbollah en tête, mais pas seulement.

Le Général Aoun, président de la République a affirmé avoir été informé de présence de 2750 tonnes de nitrate d'Ammonium le 20 juillet 2020, mais il ne pouvait pas ordonner son retrait, car ce n'était pas dans ses compétences. Le chef du gouvernement Hassan Diab a été informé en même temps, et avait été transmis au haut conseil de défense dans les 48 heures... qui bien sûr n'a pas bougé. Ce même général Aoun s'est opposé fermement à l'envoi d'une commission d'enquête internationale, est-ce que cela vous étonne ?

Pourtant, une enquête judiciaire avait été entamée en janvier 2020 par le procureur général Ghassan Oweidat, et cela faisait six ans que les 2750 tommes de nitrates d'ammonium avaient été saisies à bord du navire poubelle le Rhosus battant pavillon moldave. Les autorités sécuritaires dont celle des douanes et les responsables du port et des douanes se sont adressés à 5 reprises, entre 2014 et 2017, à la justice locale pour obtenir les autorisations nécessaires pour pouvoir se débarrasser de cette marchandise stockée dans des conditions inadéquates et dangereuses dans l’entrepôt du port. Personne n'avait bougé.

Trois jours après l'explosion, un, puis deux ministres démissionnaient, et le 10 juillet, c'est tout le gouvernement d'Hassan Diab qui a rendu son tablier. Mais qui pourrait le remplacer ? tous les hommes politiques du pays sont déconsidérés, et la situation est désastreuse. Personne n'est vraiment volontaire pour assumer la tâche de syndic de liquidation; et tout le monde a sa part de responsabilité.

En attendant la situation reste tendue, on a signalé au Sud Liban de violents affrontements armés entre la milice Chiite Amal et le Hezbollah. Le Liban craint la guerre civile qui rajouterait du malheur au malheur. Après avoir dit à BFMTV que le Liban pourrait envisager une paix avec Israël si les litiges étaient réglés, il l'a démenti au Corriere della Sera peu après, puis il a affirmé qu'il était impossible que des armes du Hezbolah aient été stockées sur le port. On sait qui commande à Beyrouth !

Les dirigeants ont trouvé le moyen d'éviter les émeutes, en raison de la progression du COVID-19, le Liban se reconfine à compter du 16 août... ainsi il ne sera plus possible de manifester ! !

Un grand élan de solidarité international

Le monde entier s'est montré solidaire du Liban, en particulier la France. Le Président Macron s'est déplacé rapidement sur place, il apportait une aide en personnel et en matériel importante, toutefois il précisait que l'aide irait directement à ceux qui en ont besoin, les hôpitaux, les associations, sans passé par les officiels politiques qui sont tous soupçonnés de malversations. Quelle situation humiliante pour le pays ! une pétition signée par plus de cinq mille personne a même demandé le retour du mandat français sur le pays ! !

La mairie de Tel Aviv a été illuminée au couleur du Liban, provoquant la colère denationalistes israéliens et libanais. Cependant, les réalistes qui ne comprennent pas pourquoi il y aurait des hostilités perpétuelles entre Israël et le Liban. Les Émirats Arabes Unis ayant décidé de signer la paix avec Israël, certains souhaitaient voir le Liban les imiter, le Président Aoun a cru sentir le vent tourner, et la girouette a déclaré à BFM TV que c'était impossible aussi longtemps que certains problèmes n'étaient pas résolus (surtout la frontière maritime qui est controversée, l'enjeu financier est important en raison du gaz qui est en dessous). Suite à la pression probable du Hezbollah, il a peu de temps après déclaré au "Corriere della Sera " qu'il n'en était pas question, et qu'aucune arme du Hezbollah ne se trouveait sur le port au moment de l'explosion.

Hélas, tout le monde n'a pas été aussi solidaire, Macron a été le seul dirigeant à se déplacer, et les espoirs d'une solidarité arabe ont été le plus souvent vain, parmi les images illustrant des manifestations de soutien au Liban, certaines sont le fruit d'un montage comme celles des pyramides égyptiennes et de l'horloge de Tunis illuminées aux couleurs du drapeau libanais.

Comment expliquer une telle catastrophe ?

On a d'abord pensé à une attaque israélienne, les israéliens aussi avaient pensé ceci possible, mais après une enquête interne à travers tous les services, l'état hébreu dément toute intervention. Cela n'a pas suffit à convaincre tout le monde, sur le web on a vu des centaines de milliers de fois, un missile frapper le port , mais ce film et ces photos étaient des montages, en effet les mêmes images avaient circulées sans missile précédemment. Jusqu'à présent, toutes les opérations militaires israéliennes,même les plus violentes à Gaza ou en Syrie ont évité les victimes civiles, une explosion aussi meurtrière ne porte pas la signature israélienne.

D'autres sources accusent le Hezbollah. Cette milice ne recule pas devant les attentats meurtriers, par exemple, pour assassiner Rafic Hariri, le Hezbolah avait réalisé un attentat terrible faisant des dégâts matériels et humains considérables, 22 morts et 226 blessés.
L'explosion du port a eu lieu près des quartiers généraux de ses adversaires politiques, dont plusieurs ont été tués, et on sait que le Hezbollah cache ses armes au milieu des zones habitées.
Le Hezbollah a le contrôle exclusif et absolu du port, il aurait pu s'en servir pour stocker des armes en attente d'affectation.
Mais les armes n'explosent pas toutes seules, et l'image du mouvement a été très abimée par l'attentat, on voit mal Nasrallah se tirer ainsi une balle dans le pied.

On a parlé de négligences, on a vu sur le web des photos montrant des ouvriers faisant des soudures à proximité immédiate de dépôt d'explosif quelques jours avant l'explosion. Un maladresse aurait-elle mis le feu aux feux d'artifices qui auraient fait exploser le nitrate d'ammonium ? C'est à ce jour la version officielle

Et si l'explosion était née sous terre ? Le journal Israel defense émet une hypothèse intéressante. D'abord il remarque, photo à l'appui que le port est truffé de tunnels, ils servent en général a apporter l'eau, l'électricité, et tous les réseaux possibles.
Ensuite, il note que l'explosion a provoqué un cratère de 110 mètres de largeur, et 43 mètres de profondeur. Cette profondeur n'est pas possible pour une explosion en surface. Il en déduit que l'explosion provient probablement à l'origine des tunnels. Ceci est confirmé grâce à une enquête sismologique qui démontre que cinq mini explosions ont précédé les grands boom responsable du cataclysme. Il en déduit que des armes étaient probablement stockées dans les sous sols, et que soit un attentat, soit un dysfonctionnement du système de mise à feu a provoqué un incendie qui aurait permis à 2750 tonnes de nitrate d'ammonium d'exploser. (*)

Conclusions provisoires

Aujourd'hui, les libanais francophone sont révoltés contre le Hezbollah d'abord, puis contre l'ensemble des féodaux qui ont dirigé le pays depuis des décénnies. (Ne lisant pas l'arabe, je ne peux me plonger dans leurs forums) . Le Hezbollah se fait tout petit, et tente de rassurer l'opinion sur ses intentions. Lancer malgré lui, le Liban dans une aventure guerrière contre Israël pourrait être une diversion, mais il n'est pas sûr cette fois de souder le pays derrière lui, car les libanais ont soif de paix, d'unité, et.. de revenus.
Le pays est détruit, dévasté, chacun se sent menacé par la Turquie, par l'Iran, ou par Israël selon sa communauté, mais tous sont menacés par misère.

J'aurais aimé terminer par une note d'espoir, mais après un mouvement éphémère de solidarité, plus personne ne pense au Liban, c'est le deuil qui couvre ce drame, la tristesse la solitude, et l'exode de ses élites. Le Liban se meurt, le monde s'en moque, ses dirigeants refusent toujours la neutralité et la laïcité, seules valeurs permettant de recoudre le tissus national déchiré, afin que le Liban puisse redevenir la Suisse du Proche Orient dont tous les amis du Liban rêvent.

Michel Lévy

Revue de presse :