facebook
Mivy décoiffe,
car il a été
conçu par un chauve !

m'écrire : a  
adresse : http://www.mivy.fr/


Les femmes et les Weinstein


Samedi, 28-Oct-2017
Pour réagir, ou s'abonner &agr ave; la liste de diffusion :


Pour naviguer, cliquez sur le nez
historique => journal 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016... 
trefle
Hervey Weinstein est un  producteur de cinéma américain qui a fait la pluie et le beau temps à Hollywood, libertin et autoritaire, il a fallu attendre des déboires économiques pour qu'une centaine de femmes l'accusent d'abus sexuels. Par contagion, dans le monde entier des femmes "balancent leur porc" et affirment "me too" contre les agressions sexuelles dont elles sont victimes.
Voir la revue de presse ici

L'empire Weinstein

Harvey Weinstein est le fondateur en 1979 de la société Miramax Films, avec l'aide de son frère Robert, il est devenu un producteur de cinéma très puissant à Hollywood., il a fondé en 1979 qui a produit des films indépendants, comme ceux de Steven Soderbergh ou de Quentin Tarantino, d'autres films cultes comme Cinema Paradiso de Giuseppe Tornatore ou la Reine Margot de Patrice Chéreau.

En 1990, ils ont décroché leur première Palme d'or pour Sexe, mensonges et vidéo, puis beaucoup d'autres, dont en 1994 pour Pulp fiction, en 1997 ils obtiennent leur premier Oscar pour Le Patient anglais, et il y en aura 74 autres, ils enchaînent les succès de production dont Le seigneur des anneaux, le discours d'un roi, the artist etc...

Pour lui, tout est bon pour recevoir une statuette. Ce graal capable de démultiplier les retombées économiques d'une œuvre. Et les coups d'éclat n'étaient pas rares, comme lorsque, en promo du film La dame de fer, il s'invite sur le plateau du polémiste Bill O'Reilly sur Fox News pour assurer qu'il ne s'agit pas d'un film de gauchiste contre Margaret Thatcher. Ou quand il rassemble les filles de Charlie Chaplin pour promouvoir The Artist, alors qu'elles n'ont participé au projet ni de près, ni de loin.

En 2005, suite à un désaccord avec The Walt Disney Company Harvey crée, toujours avec son frère, The Weinstein Company. Il est au zénith de sa carrière, plus rien ne peut lui résister. Pour obtenir un rôle, ou des facilités dans la production cinématographique, avoir son appui est un sésame apprécié et presque obligatoire. Fort de sa puissance dont il use et abuse, Harvey a un caractère bien trempé, très dur en affaires, il fait la loi à Hollywood. Si Harvey Weinstein travaille dans l'ombre, les plus grandes stars d'Hollywood n'hésitent pas à le mentionner publiquement lors de remises de prix.

En 2012, Meryl Streep profite de sa victoire comme meilleure actrice aux Golden Globes pour remercier "son dieu" Harvey Weinstein, suivi par un tonnerre d'applaudissements.

Le lent déclin

Or le vent a tourné, les Weinstein depuis environ 2012 subissent des revers, moins de films, moins de nominations au Oscars, moins d'investisseurs, selon certaines opinion, Harvey serait passé de la personne la plus influente d'Holliwood à la deux centième place ! une dette de la compagnie estimée à 400 millions de dollars, l'accumulation d'engueulades d'Harvey avec la moitié du show business à cause de sa  personnalité volcanique, et de son comportement à la Marlon Brando dans Le Parrain, semblent avoir plongé la Weinstein Company et son patron dans des sables mouvants.

Harvey Weinstein s'est aussi fait depuis longtemps de solides ennemis dans les milieux politiques, en effet, il a été un des plus solides financiers des campagnes électorales d'Obama, et d'Hillary Clinton, et aussi du mouvement qui lutte contre la diffusion des armes à feu, le changement de président lui a fourni un ennemi très puissant de plus.

Les accusations

C'est dans ce contexte que le jeudi 5 octobre 2017, le New York Time publie un article incendiaire : " Harvey Weinstein Paid Off Sexual Harassment Accusers for Decades " par JODI KANTOR and MEGAN TWOHEY

C'est un article très bien documenté, qui montre que pendant des décennies Harvey Weinstein a usé et abusé de son pouvoir pour obtenir de gré ou de force les faveurs des femmes qui avaient besoin de ses faveur pour obtenir un rôle, un emploi, ou une recommandation. Des dossiers avaient été montés depuis 2004, mais ils ont toujours été étouffés.

 

Grâce à ses relations Harvey Weinstein contactait les impresarios des femmes qu'il désirait, en leur faisant miroiter une promesse de contrat, il leur faisait fixer un rendez d'affaire souvent dans une suite d'un hôtel, ces rendez-vous étaient organisés comme des réunions de travail. Une fois qu'il se retrouvait seul avec les femmes, la situation changeait et elles se rendaient compte que le travail n'était qu'un prétexte.
Il y avait toute une logistique dans les hôtels, des assistants mettaient tout en place, il y avait des agents de voyages, et des gens qui organisaient les réunions. Certains racontent même que des responsables de la Weinstein Company devaient attendre en bas dans le lobby, et quand les femmes redescendaient, ils les aidaient à trouver des castings et des agents, etc.

A Cannes, tout le monde savait qu'il organisait des parties fines dans les hôtels.

Parmi les victimes du producteur, on trouve aussi bien d'obscures assistantes que les plus grands noms du cinéma américain voir français, entre autre Asia Argento et Rose McGowan, qui ont accusé le producteur de les avoir violées, mais aussi Angelina Jolie, Emma de Caunes, des centaines de femmes sont venues porter plainte, pour des actes d'une gravité très variable selon les cas et pouvant aller jusqu'au viol.

La curée

La solidité du dossier du New York Times, et les innombrables dépôts de plainte pour agressions sexuelles ont secoué toute la planète du Show bizz, si bien qu'Harvey Weinstein a démissionné quasiment le lendemain de son entreprise, qu'il a été rayé du Jury des Oscars, et qu'on lui a retiré la légion d'honneur.

Le plus fort, et la plus intrigante

 

 

 

 

Harvey Weinstein a clairement abusé de sa situation dominante, pour commettre des attentats à la pudeur, des agressions sexuelles, voir des viols.  La presse parle sans cesse d'harcèlement. Si on en croit le dictionnaire, le harcèlement se définit comme une «violence répétée qui peut être verbale, physique ou psychologique. Cette violence se retrouve aussi au sein de l'école. Elle est le fait d'un ou de plusieurs élèves à l'encontre d'une victime qui ne peut se défendre.»

Dans le cas d' Harvey Weinstein, on ne peut parler d'harcèlement. Il a trompé des femmes en leur faisant croire à une réunion de travail, certaines l'ont été de bonne foi, d'autres savaient, comme quasiment tout Hollywood ce qui les attendait. Elles ont fait semblant d'être trompées. Ce qui ne les empêchera pas de porter plainte dans l'espoir de toucher des dommages et intérêts si possible substantiels.

Elles ont eu le choix entre passer un moment probablement désagréable et obtenir le rôle tellement attendu, ou protéger leur fierté ou dire au revoir à l'espoir de se faire connaître en tant qu'actric. On leur a fait une proposition malhonnête, qui s'apparente à de la corruption. Harvey ne favorisera pas la meilleure comédienne, mais celle qui lui fera le plus plaisir, celle qui lui fait le plus envie.

Ce phénomène de corruption est vieux comme le monde, j'ai rencontré des coopérants français qui s'étaient mis en grève au Viet Nam en 1969, car les autorités françaises étaient si corrompues qu'elle accordaient le baccalauréat français aux jolies Viet Namiennes qui acceptaient de coucher avec certains inspecteurs. Les filles se prostituaient une ou deux fois en échange de leurs examens. Beaucoup d'actrice acceptent des «promotions canapés» . La plupart préféreraient la promotion sans le canapé  !  Peut être faudrait il crée un délit pour sanctionner les "promotions canapé" librement consenties qui sont de la corruption et qui pourrait s'apparenter à de l'abus de bien social.  (On fait du tort à la bonne marche de l'entreprise en nommant une personne à un poste, non en fonction de ses compétences, mais en raison des faveurs qu'elle accorde au décideur).        

          .  

Le silence de la victime ne veut pas dire consentement

Il arrive aussi que le supérieur utilise la violence physique, voir drogue sa victime qui se trouve contre sa volonté soumise à plus puissant qu'elle et obligée de subir ce qu'elle ne souhaitait pas, et qu'elle refuse de porter plainte, par peur de se retrouver en chômage, par honte, ou pour d'autres raisons, par exemple pour ne pas avoir de problème avec son conjoint.

Le plus fort  peut briser les espoirs de carrière de l'actrice, ou réduire une famille à  la misère. Très peu d'abus se terminent devant la justice, car la preuve est toujours difficile à administrer, et trop souvent le combat de la victime risque d'aggraver encore sa détresse psychologique et matérielle. Subir et ne rien dire apparaît malheureusement parfois comme le moindre mal, les plaignantes perdent quasiment toujours leur emploi.

En toute bonne logique, si les faits étaient prouvés, on devrait punir les responsables d'abord pour Abus de situation dominante. Le harcèlement devrait être une circonstance aggravante, prouvant la  pré méditation. En  outre, le coupable devrait être puni aussi pour attentat à la pudeur, agression sexuelle et viol le cas échéant. On pourrait en plus envisager des poursuites pour corruption, si une femme offrait son corps pour obtenir ce qu'elle ne méritait pas. 

L'épidémie

Et alors les dénonciations tombent, Le réalisateur James Toback est accusé par 38 femmes ! d'autres femmes dans la foulée accusent Gilbert Rozon célèbre producteur d'émissions de télévision, les député Luc Carvounas ou Christophe Arend doivent se défendre, comme l'ancien candidat à la présidence de la République Jean Lassale, et même Tariq Ramadan l'islamologue si séducteur et si contesté.

Mais le vrai problème n'est peut être pas là

Beaucoup de femmes ont du subir les avances plus ou moins agressives de la part d' hommes, qui ont abusé de leur pouvoir. Ils peuvent être directeur d'entreprise ou du personnel, haut placés dans la hiérarchie universitaire, hospitalière, ou administrative. Cependant la plupart des agressions proviennent du cercle familial, de proches de la famille (médecins), de pièges tendus par de nouveaux «amis» sans scrupule, ou de rencontres malheureuses dans la rue ou les transports en commun.

Des femmes traumatisées par ces attaques ont décidé de libérer la paroles afin de faire connaître la vérité, Weinstein n'est pas le seul a abuser ! 

Elles sont ont crée un site internet : http://www.balancetonporc.com sur lequel toutes ont pu décrire sous couvert d'anonyma leur expérience malheureuse et éventuellement nommer le coupable. (En annexe, vous trouvez des exemples de témoignage).

Le site internet est complèté par une page tweeter des milliers de personnes se sont exprimées librement, https://twitter.com/balancetonporc1?lang=fr .
On lit des foules de témoignages, des femmes dénoncent parfois nomminativement mais toujours publiquement le gros cochon qui a essayé (ou réussi) à abuser d'elles.
Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre et chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes, soutient la campagne #Balancetonporc et envisage de modifier la loi pour sanctionner les comportement grossiers qualifiés d'harcèlement sexuels.

 

Et le mouvement et mondial, le htag sur tweer #metoo a aussi un très grand succès. https://twitter.com/hashtag/metoo

Une enquête réalisée  par l'institut Odoxa consulting pour le Figaro nous montre la réalité française en octobre 2017.
Du graphique ci dessous on peut conclure :   

* Les agressions sexuelles au travail ont été divisées par deux pendant les trente dernières années, en effet, 25 % des femmes de plus de 65 ans en ont souffert alors qu'elles ne sont que 13 % pour les moins de 35 ans.

* Les agressions sexuelles en dehors du lieu de travail sont de plus en plus fréquentes, un jeune sur deux en a subit, alors qu'il n'y en avait pas un sur trois il y a quelques décennies.

 

Ce graphique s'explique par trois évolutions différentes :

A) Une différence de tolérance, ce qui semblait de la drague normal il y a trente ans passe pour du harcèlement aujourd'hui. Pensez à la chanson "La Madelon", "La Madelon, pour nous n'est pas sévère, quand on lui prend, la taille ou le menton..." et les moeurs ont changé comme le montre le graphique ci dessous.

 
 

B) Des efforts ont été faits et restent à faire contre les abus de pouvoir au travail, et de plus en plus de cadres sont des femmes, donc malgré l'affaire Weinstein, la hiérarchie est de moins en moins souvent impliquée dans les abus sexuels.

C) C'est dans la famille, chez les proches parfois des personnel de santé, dans les transports en commun, ou lors de rencontres qui devaient être amicales ou festives que la situation s'aggrave. Une consultation du site "Balance ton porc" le confirme amplement. Les agressions concernent souvent des enfants et des adolescentes très jeunes.

L'aggravation constatée hors des lieux de travail est souvent liée à un manque d'éducation des garçons, en particulier dans "les territoires perdus de la République". Des moeurs venues d'Afrique du Nord ont contaminé certaines banlieues, où les agressions sexuelles deviennent de plus en plus fréquentes et graves.

L'étude Odoxa a négligé la géographie, et n'a pas vérifiée si les réponses étaient les mêmes dans le XVI ième arrondissement de Paris et à Aubervilliers.  Ceci aurait permis de vérifier cette hypothèse, et de mieux savoir où et comment agir.  
Toutefois sa conclusion, se basant sur le vécu publié sur internet et sur des "tweets" montrent que le slogan à diffuser serait probablement  :   "Éduque ton fils" .

On ne changera jamais la nature humaine, une femme est une tentation pour les hommes, elle est naturellement séductrice.
Si elle en pris conscience, elle restera méfiante si elle ne veut pas provoquer ce qu'elle ne souhaite pas. Si l'hommes craignait la femmes, par peur de gros ennuis au cas où il serait accusé «d'harcèlement», il serait nécessairement respectueux, car la crainte impose le respect. Ce n'est pas incompatible avec l'amour, Machiavel disait, "si on te demande si tu dois être aimé ou être craint, je te dirais les deux, mais si c'est impossible, alors fait toi craindre" en effet, on admire le fort, celui qui fait peur, tout le monde veut être un lion, un tigre, un aigle, et personne ne veut être un lapin ni un mouton. On peut aimer celui ou celle  qu'on craint, pas celui ou celle qu'on méprise.

Savoir que l'on risque de gros ennuis si on va trop loin imposera un self contrôle souvent souhaitable, toutefois, il faudrait éviter à notre société de plonger dans les excès. Il est très dur psychologiquement d'accepter que les unes puissent séduire, et les autres risquer de gros ennuis s'il se laissent prendre au piège. Il n'est pas bon pour une femme trop belle de trop faire peur aux hommes.

Alors, pour conclure un peu d'humour pour montrer la complexité de la situation

 

 
Voir la revue de presse ici